•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La population et les élus de Pont-Rouge se mobilisent pour avoir une école secondaire

Des élèves du secondaire dans une classe. Une adolescente à l'avant-plan semble concentrée.

Le district scolaire de Portneuf comprend trois écoles secondaires. (Photo d'illustration)

Photo : Getty Images / izusek

Sondage, étude de faisabilité, pétition… Depuis un an, la communauté de Pont-Rouge multiplie les efforts en vue de convaincre le ministère de l’Éducation de construire une école secondaire dans la ville. Le Centre de services scolaire de Portneuf a déposé la demande au gouvernement le 29 octobre.

On parle d’une école de secondaire 1 à 5, qui pourrait accueillir 750 élèves et qui coûterait 107 millions de dollars, renseigne Marie-Claude Tardif, la directrice générale du Centre de services scolaire de Portneuf.

La mairie a déjà localisé deux emplacements possibles, non loin des quartiers résidentiels. Il s’agit de terrains agricoles dont il faudra changer le zonage pour les rendre constructibles, et que la mairie devra acheter, puis céder au centre de services scolaire.

Réponse du ministère

Maintenant que le dossier est entre les mains du ministère de l’Éducation, celui-ci dispose de quelques mois pour l’étudier et rendre sa décision. Les projets retenus pour un financement devraient être connus au plus tard à l’été 2022, indique-t-on au ministère.

Si cela ne dépendait que du maire de Pont-Rouge, Mario Dupont, cette école sortirait de terre le plus rapidement possible. On sait que ce sont de longs processus. Une ouverture d’ici cinq à sept ans me semble raisonnable et réaliste, confie l’élu.

Compte tenu des prévisions d’effectifs dans les établissements scolaires du comté de Portneuf, Marie-Claude Tardif aimerait plutôt inaugurer cette nouvelle école d’ici quatre à cinq ans. La situation n’est pas critique, mais si rien n’est fait elle le deviendra.

L’école primaire de Pont-Rouge est l’une des plus importantes de la province. Cette année, 930 élèves y sont inscrits. Un nombre en constante augmentation tant et si bien que dès l’été prochain, des travaux d’agrandissement vont y être lancés, afin d’ouvrir six nouvelles classes à la rentrée 2023.

L'hôtel de ville de Pont-Rouge.

La mairie de Pont-Rouge a repéré deux terrains sur lesquels l'école pourrait être bâtie.

Photo : Radio-Canada

Accroissement de la population

Par ailleurs, Pont-Rouge se développe considérablement. De nombreuses familles avec enfants et de jeunes professionnels choisissent de s’y établir, attirés par sa proximité avec Québec et les prix abordables pour accéder à la propriété.

« Entre janvier et début novembre, on a enregistré 189 permis de construire. Habituellement, on en émet 80 dans une année complète. Y a un gros boom à Pont-Rouge et ça fait des années qu’on est sur une lancée. »

— Une citation de  Mario Dupont, maire de Pont-Rouge

Ce projet d’école secondaire n’a pour l’instant rien de concret. Sur place, il remporte déjà une large adhésion. Julie Pellerin est maman de deux jeunes garçons de 7 et bientôt 3 ans.

À choisir, elle préférerait les voir faire leur secondaire à quelques rues du foyer familial, plutôt que de les envoyer dans un des trois établissements du comté (Donnacona, Saint-Raymond, Saint-Marc-des-Carrières) ou dans une école privée à Québec. Dans ce dernier cas de figure, cela nécessiterait 1 h 30, voire 2 h de transport par jour pour ses enfants.

Une école à Pont-Rouge, ça réduirait le temps de trajet des élèves. Ça leur permettrait d’avoir plus de temps pour des activités parascolaires et pour leurs études, indique la mère de famille.

Pétition

Julie Pellerin fait partie du groupe d’habitants qui forment le Comité citoyen pour mon école chez moi à Pont-Rouge. Au début de l’automne, ils ont lancé une pétition pour réclamer cette école avec l’espoir de rassembler 2500 signatures.

À ce jour, ils en ont réuni 3000 en faisant du porte-à-porte, en la publiant sur Internet, en la laissant dans des commerces et lors d’événements comme ce rassemblement festif organisé dimanche matin, dès 10 h, dans les Jardins du 150e de la place Saint-Louis, auquel participera le député de Portneuf, Vincent Caron.

Interrogé par Radio-Canada sur ce projet de construction d’école, l’élu réserve sa réponse.

« Si on réussit à me démontrer qu’elle est nécessaire pour le bien-être de nos enfants de Portneuf, bien entendu, je suis en faveur. Mais on n’est pas encore arrivé à cette étape-là. »

— Une citation de  Vincent Caron, député de Portneuf

Il considère cependant que certaines écoles québécoises ont été négligées par les gouvernements précédents et se retrouvent maintenant en état de délabrement. Il y a de gros investissements à faire, avance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !