•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Plante et Justin Trudeau discutent de sécurité dans les rues de Montréal

Valérie Plante et Justin Trudeau se serrent le coude dans le hall de l'hôtel de ville.

Il s'agissait de la première rencontre entre le premier ministre Trudeau et la mairesse de Montréal depuis sa réélection, le 7 novembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le premier ministre Justin Trudeau, qui rencontrait vendredi matin la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fait preuve d’ouverture, selon cette dernière, face aux principaux enjeux de la métropole, notamment en matière de lutte contre les armes de poing.

D’après Valérie Plante, qui a répondu à quelques questions à la sortie de son entretien avec M. Trudeau, le premier ministre a manifesté le désir d’en faire plus aux côtés de la Ville et de Québec pour lutter contre la prolifération des armes de poing dans la métropole.

J’ai pu vraiment discuter à cœur ouvert avec M. Trudeau de la situation […] M. Trudeau a fait preuve de beaucoup d’ouverture. Et quand j’ai partagé les efforts qui étaient faits par la Ville avec le SPVM, avec les groupes… ce qu’il a manifesté, c’est un désir d’en faire plus.

Je suis satisfaite que le premier ministre comprenne à quel point c’est un enjeu important, s’est félicitée Mme Plante.

Questionnée sur le renforcement des contrôles contre les armes à feu aux frontières, que son administration réclame haut et fort depuis plusieurs semaines, de concert avec le gouvernement du Québec, Valérie Plante a affirmé que tout a été mis sur la table lors de son entretien avec le premier ministre.

« Le message que j’ai porté au premier ministre c’est que la raison pour laquelle je tiens absolument à ce que ça soit une loi comme on dit en anglais "coast to coast" […] c’est que les armes ne connaissent pas de frontières. »

— Une citation de  Valérie Plante, mairesse de Montréal

Justin Trudeau, qui a dû quitter rapidement après la rencontre en raison d’un déplacement en Colombie-Britannique où sévissent d’importantes inondations, a néanmoins assuré à son arrivée à l’hôtel de ville sa volonté de discuter avec la mairesse des questions de logement, de transport collectif, de sécurité publique et des armes de poing qui sont des enjeux majeurs pour la métropole.

Il y a trois jours, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly et son collègue Pablo Rodriguez, lieutenant du Québec au cabinet Trudeau, ont rappelé qu'Ottawa est ouvert à l'idée d'accroître le pouvoir des provinces à légiférer sur les armes de poing sur leur territoire respectif.

Le ministre Rodriguez avait ajouté que son gouvernement a déjà mis un milliard de dollars de côté pour financer les initiatives des provinces en matière de contrôle des armes de poing.

Reste à savoir si le gouvernement libéral s'aventurera de nouveau sur le terrain délicat du contrôle des armes à feu après le cuisant échec du registre canadien des armes d'épaule aboli en 2012 par les conservateurs de Stephen Harper qui en avaient fait l'un de leurs chevaux de bataille électorale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !