•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 1300 postes d’infirmières sont vacants à Winnipeg

Des personnes manifestent pour les infirmières du Manitoba.

En octobre 2021, 30 % des postes d'infirmières aux soins intensifs n'étaient pas pourvus à l’Hôpital Saint-Boniface, selon l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW).

Photo : Radio-Canada / Ian Froese

Radio-Canada

Le nombre de postes d’infirmières vacants dans la région sanitaire de Winnipeg dépasse 1300 depuis plus de huit mois, selon des chiffres de l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW). Cela représente un taux de postes non pourvus de 17,3 %. Ces statistiques ont été au centre de plusieurs questions à l'Assemblée législative du Manitoba jeudi.

En octobre, l’Office régional de la santé de Winnipeg comptait 1331 postes à pourvoir. Cela montre qu'il y a près de 150 infirmières de moins qu'à la même période l'an dernier.

La ministre de la Santé du Manitoba, Audrey Gordon, a reconnu que les infirmières ressentent une fatigue due à la COVID-19. Elle a déclaré aux journalistes qu’elle invitait les soignantes à rester au sein du système de santé publique.

La ministre a évoqué les 115 étudiantes en soins infirmiers qui ont récemment reçu leur diplôme de l'Université du Manitoba. Elle a également mentionné que plus de 1200 infirmières formées à l'étranger ont demandé un permis d'exercice dans la province.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a soulevé la question de la pénurie d’infirmières à l’Assemblée nationale jeudi, après avoir obtenu des données sur les postes vacants grâce à une demande d'accès à l'information. Les données du Nouveau Parti démocratiques'arrêtaient au mois de juin.

Un tiers des postes sont vacants à Winnipeg

L'Office régional de la santé de Winnipeg a fourni les chiffres des postes vacants jusqu'en octobre après que CBC/Radio-Canada eut demandé cette information.

En octobre, 34 % des postes d’infirmières aux soins intensifs étaient à pourvoir à l'Hôpital Grace, de même que 37 % aux urgences. À l’Hôpital Saint-Boniface, 30 % des postes aux soins intensifs étaient vacants, et il en manquait 23 % au Centre des sciences de la santé.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Wab Kinew, a accusé le gouvernement d'avoir fait perdurer ces pénuries massives pendant des années.

En réponse, le vice-premier ministre du Manitoba, Kelvin Goertzen, a déclaré que toutes les provinces du Canada ont fait face à des pénuries d'infirmières et que la province s'était engagée à augmenter le nombre de soignantes.

Avec les informations d'Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !