•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève inopinée au CPE de Fermont

Des femmes manifestent devant un CPE.

Le CPE le Mur-mûr, à Fermont, est fermé pour la journée en raison d'une situation exceptionnelle (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

Les travailleuses du Centre de la petite enfance (CPE) de Fermont ne seront pas au travail ce vendredi. Elles exigent des réponses de la part du ministère de la Famille depuis la démission en bloc de leur direction et du conseil d’administration.

Dans un communiqué, le syndicat des employés affilié à la Confédération des syndicats nationaux signale que les travailleuses n’ont toujours pas été avisées de la raison de la désertion soudaine de la direction et du conseil d'administration.

Selon le syndicat, une journée de grève est une meilleure option que d’offrir un service inadéquat aux parents et à leurs enfants.

Le syndicat indique dans le même communiqué que les employées se sont retrouvées le 26 novembre avec un horaire incomplet et des groupes d’enfants sans surveillance.

La présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CPE le Mur-mûr — CSN, Caroline Pariseau, s’explique mal le départ des membres de la direction.

L'horaire n'était pas conforme à ce que tous les postes d’éducatrices soient comblés, et comme on ne peut pas ouvrir un local sans éducatrices, on a décidé de partir une grève locale, précise-t-elle en entrevue.

Le ministère de la Famille nous avait indiqué mercredi avoir entrepris des démarches en vue de mettre en place une administration provisoire. Le ministère assurait alors que la continuité des services de garde ne serait pas compromise.

Caroline Pariseau réclame alors des réponses de la part de ses anciens cadres et du ministère de la Famille.

Nous ne disposons d’aucune information sur les jours à venir. Quand serons-nous en mesure de reprendre nos négociations locales? Surtout, quand pourrons-nous enfin recommencer à prendre soin des petits dans un contexte approprié? lance-t-elle dans le communiqué.

Le syndicat qui représente le Centre de la petite enfance assure pour sa part que la journée de grève était inévitable. Le président du Conseil central Côte-Nord, Guillaume Tremblay, affirme que bien que ce ne soit pas la première fois que le Centre de la petite enfance le Mur-mûr traverse une période trouble, cette situation serait inédite. En plein milieu de la négociation et du jour au lendemain, aucune direction, aucun C. A. et sans nouvelles du ministère de la famille , s’indigne-t-il dans le même communiqué.

Caroline Pariseau indique qu’il est encore trop tôt pour savoir si la grève locale sera prolongée la semaine prochaine. Ça va nous prendre des réponses pour être capables de fonctionner , souligne-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !