•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dur, dur pour les 5 à 11 ans de se faire vacciner à l’école en Ontario

La province connaît actuellement une hausse marquée du nombre de cas de COVID-19 dans les écoles.

Cadell Walker tient la main de sa file Solome, 9 ans, qui se fait vacciner contre la COVID-19.

Les séances de vaccination dans les écoles pour les 5 à 11 ans, comme celle-ci aux États-Unis, sont rares en Ontario.

Photo : Associated Press / Laura Ungar

La vaccination à l'école est offerte dans seulement une poignée d'établissements en Ontario à l'heure actuelle, alors que des experts qui conseillent le gouvernement Ford disent qu'il s'agit d'un élément clé pour obtenir un taux de vaccination élevé chez les 5 à 11 ans.

La vaccination de masse des petits Ontariens a commencé jeudi. Toutefois, seulement trois écoles offraient ce jour-là le vaccin pédiatrique à Toronto, par exemple.

La semaine dernière, le bureau local de la santé publique disait prévoir plus de 390 cliniques de vaccination dans les écoles. Jeudi, la santé publique a précisé à Radio-Canada qu'elle avait pour objectif d'organiser 200 séances d'immunisation par semaine à l'école, au cours des deux prochaines semaines, dans 34 quartiers jugés plus à risque.

Les renseignements au sujet des cliniques de vaccination mobiles dans les écoles seront communiqués directement aux communautés scolaires une fois que les détails auront été confirmés, s'est contentée de dire une porte-parole du bureau de la santé publique.

Pour l'instant, la Ville mise plutôt sur cinq centres de vaccination de masse, une centaine de cabinets de médecin et plus de 240 pharmacies pour vacciner les 5 à 11 ans.

Flambée du nombre de cas dans les écoles

Le nombre d'infections grimpe dans les écoles en Ontario ce mois-ci. À l'heure actuelle, 712 écoles ont un cas déclaré de COVID-19, soit 14,7 % des établissements élémentaires et secondaires de la province. Par ailleurs, 17 écoles sont fermées, du jamais vu depuis le début de l'année scolaire. Il s'agit d'un bond de près de 89 % des fermetures scolaires en une semaine.

À titre de comparaison, le 1er novembre dernier, un peu plus de 10,6 % des écoles avaient un cas déclaré et trois établissements étaient fermés.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr Kieran Moore, s'est néanmoins fait rassurant jeudi en disant que la vaccination des 5 à 11 ans contribuera à limiter les éclosions.

L'épidémiologiste Colin Furness, de l'Université de Toronto, a affirmé que la flambée du nombre de cas dans les écoles illustre l'échec lamentable des politiques de santé publique. Il attribue cette situation à la décision provinciale de permettre aux stades de faire salle comble et au refus d'imposer des normes en matière de ventilation dans les restaurants, notamment. Une hausse du nombre d'infections dans la communauté entraîne davantage de cas dans les écoles, a-t-il dit.

Ottawa promet plus de séances à l'école en décembre

La vaccination à l'école est chose rare à Ottawa aussi. Le bureau local de la santé publique doit offrir le vaccin pédiatrique aux endroits suivants vendredi :

  • les cliniques de vaccination communautaires avec rendez-vous (aréna de curling Nepean Sportsplex, le centre communautaire Rideauview et l'école intermédiaire St. Patrick’s);
  • les cliniques de vaccination communautaires (sans rendez-vous);
  • les pharmacies, les fournisseurs de soins de santé primaires et les 10 centres de vaccination de quartier.

Ottawa doit bonifier les services de vaccination à l'école à partir du 2 décembre avec un horaire rotatif de 73 cliniques de vaccination temporaires après les heures d’école. Les détails n'ont pas encore été annoncés.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a fait savoir que la liste de ses écoles participantes sera publiée sur le site de Santé publique Ottawa.

Deux écoles du Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO) doivent aussi offrir la vaccination sans rendez-vous (école secondaire catholique régionale de Hawkesbury et école secondaire catholique L’Escale de Rockland).

Le Conseil Viamonde a indiqué qu'une seule de ses écoles doit pour l'instant offrir le vaccin aux 5 à 11 ans, soit l’école élémentaire Carrefour des jeunes, à Brampton (7 et 14 décembre).

Même situation dans le cas du Conseil MonAvenir. Des séances de vaccination doivent avoir lieu les 2, 9, 16 et 20 décembre prochains à l'école élémentaire Sainte-Jeanne-d'Arc.

Pour sa part, le Conseil public du Grand Nord de l'Ontario a indiqué qu'aucune séance de vaccination des petits n'est prévue dans ses écoles pour l'instant.

Le gouvernement Ford se défend

Le Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19 disait en octobre que la vaccination à l'école était un élément clé pour faciliter la vie des parents et pour accroître le taux d'immunisation des 5 à 11 ans.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, s'était dite d'accord à ce moment-là en affirmant que les écoles joueraient un rôle important dans la campagne de vaccination des 5 à 11 ans.

Toutefois, la province a délégué la gestion de la vaccination aux divers bureaux locaux de la santé publique, avec pour seule obligation que la vaccination à l'école soit offerte dans chaque région.

Il y aura plus de 300 cliniques de vaccination dans les écoles pour les enfants de 5 à 11 ans un peu partout dans la province, a dit l'attachée de presse de la ministre Elliott, Alexandra Hilkene, sans donner plus de détails.

Ce qu'en pensent les experts

Le virologue Hugues Loemba, chercheur clinicien à l'Hôpital Montfort, à Ottawa, est satisfait de la variété d'options actuellement offertes aux parents. Je ne pense pas que le manque de cliniques dans les écoles soit un gros handicap, car ces cliniques de vaccination peuvent être déployées assez rapidement dans les gymnases ou dans d’autres locaux des écoles qui ont beaucoup d'espace, comme on a pu le voir dans le cas des adultes, a-t-il dit.

David Fisman, professeur d'épidémiologie à l'Université de Toronto, s'inquiète quant à lui du risque de manifestations devant les écoles. Il ne faudrait pas se retrouver avec des antivaccins à l'extérieur des écoles, a-t-il dit.

À ce propos, le Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) n'a pas voulu communiquer à Radio-Canada la liste de ses écoles qui accueilleront des cliniques de vaccination.

Le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses à l'Hôpital général de Toronto, se réjouit de voir que de nombreuses options sont actuellement offertes aux parents. Il croit que l'effet positif de la vaccination des 5 à 11 ans commencera à se faire sentir au cours des prochaines semaines. Oui, il semble que deux doses soient nécessaires, mais la première dose offre quand même certains bienfaits, a-t-il dit. J'espère que ça aidera à réduire la transmission à l'école et à d'autres endroits, par exemple lors d'activités parascolaires et à la maison.

Je pense qu'il faut attendre quelques semaines pour déterminer si la vaccination des enfants avance assez rapidement, renchérit le professeur Furness. Pour l'instant, je demeure optimiste.

De son côté, Santé publique Ottawa a indiqué qu'en date de jeudi à 14 h, plus de 30 600 rendez-vous avaient été pris pour la première dose des 5 à 11 ans, ce qui couvre environ 40 % des enfants appartenant à ce groupe d'âge dans la capitale canadienne.

Avec des renseignements fournis par Natasha MacDonald-Dupuis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !