•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de date pour le retour des fonctionnaires fédéraux au centre-ville

Des autobus le long d'un édifice.

On ne sait pas encore quand les fonctionnaires retourneront au travail en présentiel.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Radio-Canada

Alors que le maire d'Ottawa, Jim Watson, s'impatiente de voir les fonctionnaires fédéraux revenir dans le centre-ville pour aider les commerçants à sortir la tête de l'eau, le gouvernement ne donne aucune date. Du côté syndical, on estime que la santé et la sécurité des travailleurs doivent rester la priorité.

Les fonctionnaires au centre-ville d'Ottawa se font toujours attendre, du moins pour le maire Jim Watson. Il souhaite leur retour dans les édifices fédéraux de la capitale.

Ce dossier lui tient à cœur. C'est important pour moi de parler pour les petites entreprises parce qu'il y a beaucoup de défis pour les personnes qui avaient de petits restaurants ou des magasins, a-t-il souligné, en entrevue, jeudi.

Le premier magistrat souligne qu'il est nécessaire d'aider le centre-ville, alors que les commerçants tombent comme des mouches.

Ce dernier suggère d'y aller graduellement et de façon équilibrée. Est-ce que c'est un bon système d'avoir des personnes qui sont là lundi, mercredi, vendredi et restent chez eux les autres jours? s'est-il questionné.

Mais du côté du vice-président exécutif régional de la région de la capitale nationale à l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Alex Silas, le point de vue est tout autre.

« Il faut garder la santé et la sécurité des travailleurs et du public comme priorité numéro un.  »

— Une citation de  Alex Silas, vice-président exécutif régional de la région de la capitale nationale à l'AFPC

Les membres de l’AFPC ont démontré, dans les derniers 20 mois, qu’on est capable de continuer à offrir les services essentiels à la population canadienne en télétravail, a-t-il fait valoir, mercredi, lors de l'émission Sur le vif. Ce n'est pas le temps de précipiter un retour au bureau.

Toujours pas de date

Contrairement au gouvernement québécois, Ottawa n'a toujours pas choisi une date pour le retour de ses fonctionnaires au bureau.

C'est ce qu'a confirmé la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, alors qu'elle avait évoqué un retour en présentiel en plus grand nombre, il y a plus de deux semaines.

Mona Fortier, de profil, en train de sourire lors d'une conférence de presse.

Mona Fortier est présidente du Conseil du trésor. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La députée d'Ottawa-Vanier a précisé que le gouvernement n'adoptera pas une approche uniforme pour l'ensemble de la fonction publique. Chaque ministère et agence devra déterminer les modalités de retour en présentiel de ses employés et cela pourrait varier selon l'endroit où travaille un fonctionnaire, a-t-elle ajouté.

« On va regarder avec les organisations, dépendamment de quel genre de services elles offrent, de comment les employés veulent continuer à offrir ces services-là. »

— Une citation de  Mona Fortier, présidente du Conseil du Trésor

Il y a un peu plus de gens qui sont de retour au travail, a soutenu la ministre en entrevue à ICI Ottawa-Gatineau. Il y a un retour progressif, on va travailler tous ensemble pour qu'on puisse le faire de la meilleure façon possible.

Mme Fortier a rappelé que la priorité du gouvernement est bel et bien d'assurer la santé et la sécurité des fonctionnaires. Elle a également réitéré que le gouvernement se fiera aux recommandations de la santé publique pour le retour en présentiel.

Une rencontre est prévue la semaine prochaine pour discuter du plan de retour au travail des fonctionnaires.

La directrice générale du Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale (RGA), Lise Sarazin a souligné que les choses ont beaucoup changé pendant la pandémie. On s'attend à ce que ce ne soit pas tous les employés qui reviennent à temps plein au bureau, a-t-elle indiqué.

Ça va être une réalité pour les prochaines années à venir parce qu'on sait que ça va être un problème, autant au niveau des entreprises qu'au niveau gouvernemental, a expliqué Mme Sarazin. Elle a donné en exemple les entreprises qui ont quitté leur emplacement, qui ont décidé de réduire leur taille ou qui ont simplement choisi d'automatiser leur pratique.

Du côté de Gatineau, la mairesse France Bélisle a confirmé avoir eu des échanges à ce sujet avec des représentants des deux autres paliers de gouvernement.

La Municipalité prévoit quant à elle un retour progressif de son personnel à compter du 13 décembre.

Avec les informations de Rosalie Sinclair et de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !