•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C.-B. : 10 jours après les inondations, les bilans sont catastrophiques

Des semi-remorques et des débris sur la route et en bordure.

La route 1, principale voie de communication entre le Lower Mainland et le reste de la Colombie-Britannique, était fermée depuis que des pluies extrêmes ont provoqué des inondations sur plusieurs tronçons, dans le secteur d’Abbotsford.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Dix jours après les inondations, certaines routes de la Colombie-Britannique sont passables, d'autres ont été balayées, les travaux de réfection s'annoncent longs et difficiles, les pertes agricoles s'alourdissent, une rivière atmosphérique s'abat à nouveau sur le sud de la province et deux autres plus intenses s'annoncent.

La Transcanadienne en état acceptable

La route 1, qui traverse la vallée du Fraser, a rouvert à la circulation jeudi et échappe aux limitations de déplacement imposées en vertu de l'état d'urgence, a précisé le ministre provincial du Transport et de l'Infrastructure, Rob Fleming.

Les expertises géotechniques menées depuis 10 jours sur la transcanadienne, notamment dans le secteur d'Abbotsford et de Sumas Prairie, à l’est de Vancouver, sont positives.

Toutefois, en fonction de l'évolution de la situation et au regard des précipitations importantes attendues dans les prochains jours, M. Fleming précise que ce tronçon pourrait connaître des fermetures ponctuelles.

Le ministre invite aussi les automobilistes à la prudence et à la patience, indiquant que des congestions et des limitations de vitesse sont à prévoir. La province demande en outre aux conducteurs de rester à l'écart de la route 1 près Abbotsford, sauf en cas de nécessité.

Le réseau d'éclairage électrique n’est pas endommagé et opérationnel, comme la signalisation. Toutefois, l'échangeur avec la route 3 est toujours inaccessible en raison des réparations.

La Coquihalla fermée jusqu'en janvier

La route 5, la Coquihalla, ne pourra pas être opérationnelle avant fin de janvier, note le ministre. Après ces réparations temporaires, la route 5 se rouverte uniquement pour la circulation commerciale, précise-t-il.

En tout, 20 portions de la route ont été emportées par les eaux, 130 kilomètres d'asphalte au moins sont hors d'usage et 5 ponts se sont effondrés.

Un personne regarde la destruction d'une portion de la route Coquihalla.

Une portion de la route Coquihalla détruite par les inondations.

Photo : Offerte par Jeremiah Steberl

C'est une tâche dantesque qui nous attend, explique le ministre, qui précise que des équipes s'affairent toujours à nettoyer des débris, tandis que d'autres font sauter des roches. Aussi, au nord de Hope, le pont Jessica a été remplacé par un ouvrage de génie temporaire.

Lors de la réouverture de la route 5, il y aura deux segments d'environ 30 kilomètres où la vitesse sera réduite et la circulation sera possible uniquement sur une voie, dans les deux sens, prévient déjà le ministre.

« Nous n'avons jamais rien vu de tel en Colombie-Britannique en termes de nombre de routes impactées en même temps. »

— Une citation de  Rob Fleming, ministre du Transport et de l'Infrastructure

Nous avons 200 sites de la côte sud et de l'intérieur qui ont été touchés. Certaines de ces routes sont vitales pour le déplacement de biens essentiels, mais toutes le sont pour les personnes qui vivent et voyagent dans ces régions , a-t-il ajouté.

Être préparé pour les 3 tempêtes qui arrivent

Le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, a expliqué que la pluie qui s’abat en ce jeudi sur les zones côtières et le Grand Vancouver est la résultante de la première tempête d’une série de trois dont l'intensité sera croissante.

Une autre est prévue pour la fin de semaine, et la plus importante, qui arrive des Philippines, frappera mardi. Aussi, la province demande aux gens de faire attention et d'être prêts.

« Je demande instamment à tous les Britanno-Colombiens d'être extrêmement vigilants. »

— Une citation de  Mike Farnworth, ministre de la Sécurité publique

Le ministre recommande de suivre de près les alertes météorologiques d'Environnement Canada par région, et de vérifier régulièrement les mises à jour, les avertissements et les alertes des gouvernements locaux et des autorités des Premières Nations.

Une image satellite d'une rivière atmosphérique.

Les rivières atmosphériques apportent de l'humidité de régions éloignées vers la côte ouest où elle tombe sous forme de pluie ou de neige en arrivant près des montagnes.

Photo : NASA

Il est conseillé de protéger sa maison contre les intempéries, de nettoyer les gouttières et les systèmes de drainage, et de faire des réserves d'eau potable et de nourriture dans un endroit accessible.

Le ministre insiste sur le fait de se procurer une trousse d'urgence, ou de la compléter, et de ne pas se déplacer durant ces épisodes climatiques.

Toutefois, si vous êtes obligé de prendre la route, assurez-vous que votre véhicule contient de la nourriture, de l'eau, des vêtements chauds, des couvertures et une trousse d'urgence, dit-il.

Si vous vous trouvez dans une zone sujette aux inondations, soyez prêt à l'évacuer si on vous le demande, poursuit le ministre Farnworth, qui ajoute que le site provincial de Préparation et rétablissement aux urgences publiques (Nouvelle fenêtre) (en anglais) offre de nombreuses ressources utiles.

Un numéro de téléphone gratuit, le 1-833-376-2452, est aussi disponible en tout temps, et il est également fortement recommandé de se renseigner sur les centres d'accueil locaux désignés dans lequel se rendre en cas d'évacuation.

Alors que nous faisons face à ces défis ensemble, soyez assurés que le service public et des milliers de travailleurs et tous les niveaux de gouvernement travaillent à répondre et à se remettre de cette catastrophe et se préparent pour les tempêtes à venir, a déclaré M. Farnworth.

Les pertes du secteur agricole s'alourdissent

Lana Popham, la ministre de l'Agriculture, a indiqué qu'après les éleveurs de la vallée du Fraser, les cultivateurs sont également durement touchés par les inondations.

En tout, 2100 acres de bleuets et 82 acres de framboises sont encore sous l'eau et devront être arrachés.

À ce jour, 420 acres de culture maraîchère qui n'étaient pas récoltés au moment de l'inondation ont été répertoriés. Cela représente 4000 tonnes de légumes de plein champ stockés et récoltés qui sont très probablement endommagés et perdus, se désole Mme Popham.

Image satellite montrant les inondations à Sumas Prairie, à Abbotsford en C.-B.

De nombreux champs et fermes ont été touchées par les inondations à Sumas Prairie, à Abbotsford en C.-B.

Photo : Maxar Technologies

Les choux, les choux-fleurs, les choux de Bruxelles, les carottes et les poireaux ont été considérablement touchés. La plupart de ces légumes se trouvaient dans la prairie de Sumas et les environs de Langley.

Par ailleurs, deux grands producteurs de fleurs sont toujours sous plusieurs pieds d'eau. Ce sont environ 250 000 plantes qui sont perdues dans les pépinières, indique la ministre, qui ajoute qu’une entreprise a aussi perdu environ 250 000 bulbes de safran, balayant 5 ans d’efforts.

Des exploitations de piscicultures dans la vallée du Fraser, qui élèvent des tilapias et des barramundis, ont été touchées. Les pertes n'ont pas encore été comptabilisées, mais nous pensons que tous les poissons sont présumés perdus, a indiqué la ministre.

Une écloserie commerciale de saumon Chinook, sur l'île de Vancouver, a également été endommagée par les inondations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !