•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À une semaine de l’ouverture, Club Med cherche toujours 41 employés

L'extérieur d'un grand hôtel neuf, avec du gris, du bois et du rouge, situé dans les montagnes.

L'entrée principale du village du Club Med de Charlevoix

Photo : Radio-Canada

C’est finalement à effectifs réduits que le Club Med Québec Charlevoix ouvrira ses portes. À une semaine de l’arrivée des premiers clients prévue le 3 décembre, pas moins de 41 emplois sont toujours à pourvoir au sein du complexe hôtelier.

En septembre dernier, l’organisation avait bon espoir de recruter tous les employés nécessaires, malgré la pénurie de main-d'œuvre qui sévit dans plusieurs secteurs au Québec.

Près de 1000 entretiens d’embauche plus tard, force est de constater que le Club Med n’est pas parvenu à trouver toutes les perles rares qu’il espérait. Les 41 postes vacants représentent presque 12 % des 350 emplois disponibles à l’hôtel charlevoisien.

La situation a été très, très complexe, reconnaît le vice-président de Club Med pour le Canada, Vincent Giraud. Il assure cependant que le manque de main-d'œuvre passera inaperçu puisque l’hôtel fonctionnera à 80 % de ses capacités, à l’ouverture.

« Avec 90 % des effectifs recrutés et disponibles, on est capables d'opérer et d'offrir le service prévu pour nos clients. »

— Une citation de  Vincent Giraud, vice-président du Club Med pour le Canada
Vincent Giraud, vice-président pour Club Med au Canada

Vincent Giraud, vice-président du Club Med pour le Canada

Photo : GAETANE LEFRANC

Bar, cuisine, entretien ménager

Si les 150 postes de G.O. (gentils organisateurs) étaient déjà pourvus avant même la fin de l’été, les problèmes de recrutement sont apparus lorsqu’est venu le temps d’embaucher les 200 G.E. (gentils employés), qui œuvrent dans les services hôteliers.

Sans surprise, les 41 G.E. manquants sont notamment en cuisine, au bar et à l’entretien ménager, des secteurs où la pénurie de main-d'œuvre est un secret de polichinelle.

L’encadrement des enfants, le spa et les services pour le ski n’ont pas été épargnés non plus. M. Giraud affirme que le Club Med accepte toujours des candidatures dans l’espoir d’avoir pourvu tous les postes à la fin décembre ou au début janvier.

Globalement, on est quand même bien prêts parce que ça fait deux semaines que les équipes sont là, assure-t-il.

« Ça fait deux semaines que les équipes s'entraînent tous les jours au restaurant, à faire les menus que nos clients vont découvrir. Ça fait deux semaines que les gens préparent l'animation, l'ambiance, les spectacles, donc on est prêts. »

— Une citation de  Vincent Giraud, vice-président du Club Med pour le Canada
Un croquis du futur Club Med Québec Charlevoix

Un croquis du futur Club Med Québec Charlevoix

Photo : Club Med

Moins de cannibalisme qu’attendu

Considérant l’état actuel du marché de l’emploi, Tourisme Charlevoix estime que c’est déjà une très bonne nouvelle que Club Med soit parvenu à recruter presque 90 % de sa main-d'œuvre.

Il faut se rappeler aussi que dans Charlevoix, on a une population de moins de 30 000 habitants, explique le directeur général Mitchell Dion. Déjà, près de 30 % des emplois sont reliés à l'industrie touristique.

Si certains craignaient que le Club Med aille recruter ses employés au sein d’autres entreprises touristiques de la région, M. Dion soutient que le complexe hôtelier n’a pas amplifié ce phénomène de cannibalisme.

« Il y a un certain cannibalisme, point. Le Club Med n'est pas devenu un élément déclencheur. »

— Une citation de  Mitchell Dion, directeur général de Tourisme Charlevoix

Il y a beaucoup de mouvement de personnel [dans Charlevoix], même des gens qui sortent de l'industrie touristique également, des gens qui y entrent aussi. Il y a beaucoup de mouvement en ce moment, explique M. Dion.

En fait, le Club Med n’est pas parvenu à recruter autant de main-d’oeuvre locale qu’il l’espérait. Selon le vice-président pour le Canada, Vincent Giraud, environ 40 % des embauches ont été faites à l’extérieur du pays.

En attendant la neige

Au-delà des défis de main-d’oeuvre, une question reste en suspens : y aura-t-il de la neige à temps pour l’arrivée des visiteurs? Ça va dépendre de la météo, se résigne M. Giraud.

Même si l’enneigement artificiel a commencé ces derniers jours, il n’est pas encore possible de dévaler une pente en ski, admet M. Giraud. Il reste cependant optimiste puisque les prévisions des prochains jours laissent entrevoir des accumulations.

Si Dame Nature devait changer d’idée, les clients ne seraient pas en peine, assure M. Giraud. On a beaucoup d'activités qui sont offertes malgré tout au village, donc ce sera une très belle ouverture, dit-il, citant au passage la randonnée pédestre, le gymnase, le spa et la piscine, entre autres.

Pour la semaine d’ouverture, presque toutes les chambres disponibles ont été réservées. Par la suite, jusqu’à Noël, le taux d’occupation du Club Med Québec Charlevoix avoisine les 70 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !