•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs de Cargill rejettent l’offre de contrat de leur employeur

Les employés de l'usine de transformation de viande Cargill en train de désosser des morceaux de boeuf.

Les employés de l'usine de transformation de viande Cargill, près de High River, en Alberta, en train de désosser des morceaux de boeuf avant le début de la pandémie. L'usine a été un des lieux d'éclosion les plus importants en Amérique du Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Moins de deux semaines avant la date butoir pour déclencher une grève, les employés de l’usine de transformation de viande Cargill, près de High River, en Alberta, ont rejeté à 98 % l’offre de contrat de l’entreprise après deux jours de délibération, indique leur syndicat.

Au début du mois, la section locale 401 du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce a envoyé un préavis de grève à Cargill.

Si les travailleurs et l’entreprise ne parviennent pas à une entente, une grève pourrait être déclenchée le 6 décembre, ce qui inquiète, entre autres, les éleveurs de bétail des Prairies.

Selon le syndicat, les travailleurs de l’usine ont noté des problèmes de santé et de sécurité liés à la COVID-19. Ils demandent également de meilleurs avantages sociaux, des augmentations de salaire et la possibilité d’accéder à de meilleurs postes plus rapidement dans l’entreprise.

L’année dernière, l’usine a été frappée par une importante éclosion de COVID-19, durant laquelle 950 travailleurs ont été contaminés par le virus et 3 ont perdu la vie. Une autre éclosion, en 2021, a engendré des dizaines de cas.

Les travailleurs de Cargill ont fait savoir à leur employeur, à travers un vote écrasant, qu’ils comptent et qu’ils méritent davantage, a déclaré le président de la section locale 401 du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce, Thomas Hesse.

Nous communiquerons le résultat à Cargill et lui demanderons de retourner à la table des négociations pour répondre à nos membres, a-t-il ajouté.

Le syndicat a précisé que, bien que ses membres aient exprimé leur colère, ils demeuraient prêts à s'entendre avec leur employeur.

Réponse de Cargill

De son côté, le porte-parole de Cargill, Daniel Sullivan, affirme que l’entreprise a bon espoir d’arriver à une entente avant le 6 décembre.

Nous sommes prêts à continuer de les rencontrer pour éviter toute interruption de travail, ce qui n’est dans l’intérêt de personne dans cette période déjà difficile, déclare-t-il dans un courriel.

Alors que nous poursuivons le processus de négociation, nous nous efforçons de répondre aux commandes [...] tout en continuant de faire fonctionner les marchés pour les agriculteurs et les éleveurs de bétail, explique-t-il.

Si cela devient nécessaire, nous transférerons la production vers d’autres usines de notre chaîne d’approvisionnement afin de minimiser les perturbations , conclut Daniel Sullivan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !