•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Dalhousie exigera la vaccination complète

Logo de l'Université Dalhousie.

Ceux qui veulent soumettre une preuve de vaccination peuvent le faire par le biais de l'application Campus Check.

Photo : CBC / Eric Woolliscroft

L’Université Dalhousie à Halifax a annoncé mercredi qu’une preuve de vaccination complète sera nécessaire pour les étudiants, les professeurs et tous les employés à partir de janvier.

Jusqu’à maintenant, la politique de l’université était que les personnes qui ne fournissent pas de preuve de vaccination devaient montrer une preuve de résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19 deux fois par semaine.

Mais selon l’université, 80 % des personnes concernées par cette politique ne l’ont pas fait lors du semestre d’automne. Sur environ 400 personnes qui ont dit qu’elles utiliseraient le programme de dépistage, environ 80 l’ont fait, a déclaré Janet Bryson, porte-parole de Dalhousie, à Canadian Broadcasting Corporation News dans un courriel mercredi.

Dans le communiqué, il est écrit que ce changement n’aurait aucun impact sur les presque 22 000 membres de la communauté qui ont déjà soumis leurs preuves. Quant aux autres, la transition commencera dans les semaines à venir et continuera tout au long du semestre d’hiver.

Des répercussions à venir

La première étape de cette transition sera l’élimination de l’option de test pour ceux qui n’ont pas communiqué leurs résultats par le biais de l’application Campus Check, ainsi que la mise en oeuvre de l’exigence de preuve de vaccination aux nouveaux étudiants qui doivent déménager en résidence en janvier 2022.

Les étudiants qui ne s’inscrivent pas sur Campus Check afin de fournir une preuve de vaccination, ou qui ne possèdent pas d'exemption médicale, ne seront pas autorisés à participer aux cours et autres activités sur le campus, alors que la grande majorité des cours se tiendront en présentiel cet hiver.

Les employés qui ne s’inscrivent pas au programme s’exposent à des mesures disciplinaires. Ces mesures peuvent aller jusqu’au licenciement.

Université Sainte-Anne

L’Université Sainte-Anne quant à elle reprendra ses classes en présentiel en janvier et ne compte pas changer sa politique de retour au campus.

Taux de vaccination à l’Université Sainte-Anne :

Employés : 96 %

Étudiants qui habitent sur le campus : 95 %

La politique de vaccination actuelle de l’université exige que tous ceux qui n’auront pas soumis de preuve de vaccination d’ici la rentrée devront soumettre deux résultats négatifs de tests de la COVID-19 par semaine et communiquer les résultats à l’administration.

Université Saint Mary’s

L’Université Saint Mary’s à Halifax a mis en place une politique de vaccination similaire à ce que Dalhousie a annoncé en octobre.

Le directeur des communications, Cale Loney, a écrit dans un courriel que l’université effectue un suivi auprès de ceux qui n’ont pas fourni de preuve de vaccination cet automne.

Une grande majorité des membres du personnel ont fourni une preuve de vaccination complète, mais le travail se poursuit pour confirmer leur statut vaccinal. Dans le cadre de l’engagement de l’université pour la sécurité du campus, les étudiants doivent télécharger une preuve de leur vaccination complète d’ici le 7 janvier 2022 pour suivre des cours sur le campus ou le visiter.

Après le 7 janvier 2022, les étudiants qui n’auront pas fourni de preuve de vaccination ou qui n’auront pas obtenu d’exemption ne seront pas inscrits aux cours sur le campus. Si certains d’entre eux ont déjà payé l'inscription à leur cours, ils seront remboursés en même temps qu’ils seront désinscrits.

Taux de vaccination à l’Université Saint Mary’s :

Membres de la faculté : 95 %

Employés : 95 %

Étudiants : 86 %

Université de King’s College

Bien que l’Université de King’s College, qui est collée au campus de Dalhousie, suive souvent les décisions de sa voisine, lorsqu’il en vient aux politiques de vaccination, c’est à leur comité de santé et de sécurité au travail qu’ils se remettent.

Selon la vice-présidente de l’université Sarah Clift, c’est seulement lorsque le comité aura fourni une liste d’actions recommandée au président que l’on pourra voir des changements.

« Nous nous appuyons beaucoup sur notre comité de santé et de sécurité au travail et nous allons écouter ce qu’ils ont à nous dire à ce sujet. »

— Une citation de  Sarah Clift, vice-présidente de l’Université King’s College

Selon Mme Clift, il est plus facile pour une université de petite taille comme King’s College ou l'Université Sainte-Anne de s’assurer que les membres du personnel et les étudiants sont vaccinés. Elle explique que l’on croise plus souvent les mêmes personnes dans les couloirs du campus et que plus de conversations sont possibles entre l’administration et les autres membres du campus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !