•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta a fortement contribué à l’augmentation des homicides au Canada

En tout, 743 homicides ont été recensés au Canada en 2020, un sommet depuis 1991.

Une banderole jaune délimite une scène de crime devant une maison. Un véhicule de police est stationné derrière.

En 2020, les homicides représentaient moins de 0,2 % de tous les crimes violents au Canada.

Photo : CBC/David Bajer

Avec 39 homicides de plus qu’en 2019, l’Alberta est la province qui recense la plus forte hausse du nombre d'homicides en 2020, selon Statistique Canada. La Nouvelle-Écosse suit l'Alberta, principalement en raison de la tuerie de Portapique, qui a fait 22 victimes.

En tout, le nombre d’homicides a bondi de 56 au Canada, pour atteindre 743. La hausse marquée en Alberta et en Nouvelle-Écosse a été partiellement compensée par une diminution dans les autres provinces atlantiques et en Ontario.

Les différents services de police albertains ont signalé 139 homicides en 2020, contre 100 en 2019, principalement dans les régions métropolitaines de recensement de Calgary et d’Edmonton.

À l’échelle du pays, le nombre d’homicides a augmenté dans 20 des 36 régions métropolitaines de recensement.

Selon Statistique Canada, la pandémie de COVID-19 a entraîné des changements sociétaux et économiques majeurs qui ont eu une incidence sur les tendances de la criminalité partout au Canada

Le confinement a joué un rôle dans cette augmentation, croit de son côté Temitope Oriola, professeur adjoint au département de sociologie à l’Université de l’Alberta.

La plupart des victimes d’homicide connaissent leur meurtrier, rappelle-t-il. Seulement 18 % des victimes ont été tuées par des inconnus. Cela veut dire qu’il n'y a pas de fusillades faites au hasard, mais cela veut aussi dire qu’il y a beaucoup de gens qui sont tués par des membres de leur famille ou encore leur conjoint ou ancien conjoint.

Les pertes d’emplois du début de la pandémie pourraient aussi avoir contribué à pousser certaines personnes à se tourner vers la violence, selon lui, en particulier en Alberta. L'Alberta est connue pour son marché de l'emploi dynamique, les gens s'attendent à trouver des possibilités et de la mobilité sociale ici.

Temitope Oriola croit cependant qu'il faudrait davantage de recherches pour vraiment comprendre les causes de la hausse en Alberta.

C’est difficile de mettre le doigt sur une cause. Le nombre d’homicides fluctue d’année en année, fait valoir le sergent Colin Chilshom, de la police de Calgary. Il ajoute que 10 des 34 homicides recensés à Calgary sont liés au crime organisé.

Moins de crimes graves

Le tableau n’est cependant pas entièrement sombre, puisque l’Indice de gravité de la criminalité, qui permet de mesurer la quantité et la gravité des crimes déclarés par la police au Canada, a reculé de 8 %.

En 2020, les homicides représentaient moins de 0,2 % de tous les crimes violents au Canada.

La violence par armes à feu augmente

Pour la deuxième année consécutive, le nombre d’homicides commis à l’aide d’une arme à feu a augmenté au Canada. On en a recensé 277 en 2020, 15 de plus que l’année précédente. Cette hausse s’explique cependant en grande partie par l’attaque de Portapique, pendant laquelle un homme armé a terrorisé toute une région et abattu 22 personnes avant d’être tué dans un échange de coups de feu avec la police.

L’Alberta a elle aussi connu une hausse importante du nombre d’homicides par armes à feu. La plupart des autres provinces ont cependant connu une diminution pendant la même période.

Cette hausse s’inscrit cependant dans une tendance nationale observée depuis 5 ans, fait remarquer le professeur de criminologie Doug King, de l’Université Mount-Royal de Calgary.

La plupart des armes utilisées sont des armes illégales. La plupart viennent des États-Unis et passent la frontière dans des véhicules, note-t-il.

Il ajoute que certaines d’entre elles passent par des points d’entrée comme le port de Vancouver, mais que la vaste majorité traverse la frontière américaine par d’autres moyens.

Le nombre d’homicides attribuables à des gangs a cependant diminué de 10 % entre 2019 et 2020. Au Canada, environ 8 homicides attribuables à des gangs sur 10 ont été commis au moyen d'une arme à feu et, parmi ceux-ci, 81 % ont été perpétrés à l'aide d'une arme de poing, peut-on lire dans la mise à jour publiée par Statistique Canada.

Avec les informations de Colleen Underwood

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !