•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déceptions et les attentes du patineur de vitesse Cédrick Brunet

Un patineur de vitesse tire la langue pendant une course.

Cédrick Brunet lors des championnats nationaux à Calgary en octobre 2021.

Photo : Dave Holland

Jamais deux sans trois dit l’adage… mais le patineur de vitesse Cédrick Brunet espère certainement qu’il ne s’appliquera pas à lui prochainement. Le Gatinois de 20 ans devrait normalement se trouver en Allemagne pour une compétition Neo-Senior pour les athlètes en développement, mais l’événement a été annulé en raison de l’augmentation des cas de COVID-19.

Brunet avait déjà connu la déception de ne pas participer à la Coupe du monde en Pologne, après s’être fait confirmer sa place par Patinage de vitesse Canada (PVC). Son coéquipier Alex Boisvert-Lacroix avait été réintégré dans l’équipe par le Tribunal arbitral du sport, ce qui avait aussi annulé la participation de son jeune partenaire d’entraînement. 

C’était une petite déception, c’est certain. Ça fait deux fois que je suis supposé partir et je me fais mettre ça dans la face un peu. Mais je dois voir la situation positivement, il ne faut pas que je focusse là-dessus, philosophe le jeune athlète de 20 ans, spécialiste du 500 m, qui s’entraîne à Québec.

Un patineur de vitesse s'exécute lors d'une course aux championnats nationaux longue piste.

Cédrick Brunet a accès au circuit de la Coupe du monde à 20 ans seulement.

Photo : Gracieuseté de Bill Christ / Patinage de vitesse Canada

« C’était pas facile mentalement au début. J’ai eu de la misère à accepter le fait que je n’y allais pas. Mais, j’ai mis ça derrière moi. Je me concentre sur le moment présent.  »

— Une citation de  Cédrick Brunet, patineur de vitesse

Le voyage annulé a permis à Brunet de se concentrer sur son entraînement et les deux prochaines compétitions qui arrivent rapidement. Il sera d’abord de la Coupe Canada à Québec, au début décembre, avant de s’envoler pour Calgary pour une étape de la Coupe du monde. 

Je veux me concentrer à faire mon standard de 34,90 s imposé par PVC pour que si je me qualifie pour les Jeux olympiques. Je veux éviter un autre appel à la fédération, souligne Brunet. 

Je me concentre plus sur la technique et à maintenir la force musculaire. On a eu des entraînements assez durs, mais en ce moment on déloade parce que les deux grosses compétitions s’en viennent, ajoute-t-il. 

Laurent Dubreuil comme modèle

Cédrick Brunet regarde avec bonheur les récents exploits de son coéquipier Laurent Dubreuil depuis le début de la saison. Le Québécois a beaucoup de succès sur le circuit de la Coupe du monde. Il a notamment remporté une médaille d’argent en ouverture de la saison, en Pologne, avant de remporter une étape en Norvège.

Il est exceptionnel à voir aller! Je le côtoie presque tous les jours et je ne suis pas surpris qu’il performe de cette façon. Il s’applique tellement. Laurent se défonce chaque jour à l’entraînement, mais il sait aussi quand se reposer, raconte Brunet. 

Trois hommes prennent la pose avec une médaille au cou après une compétition de patinage de vitesse.

Gilmore Junior, à gauche, avec Laurent Dubreuil, au centre et Cédrick Brunet à droite, après l'épreuve du 500m aux championnats nationaux.

Photo : Gracieuseté de Patinage de vitesse Canada

Le jeune homme admire l’engagement de son coéquipier, qui est aussi père d’une jeune fille de deux ans.

Le fait qu’il est si sérieux, qu’il deal avec ça, c’est fantastique et cool à voir aller. J’essaie d’apprendre de lui. Je vois sa chimie avec les entraîneurs, avec le préparateur physique et le physio notamment. Je vois tous les petits détails qui font que c’est un des meilleurs au monde, renchérit Brunet. 

Après avoir goûté à l’extase d’une médaille de bronze aux championnats canadiens et la déception des grandes compétitions ratées cet automne, Cédrick Brunet voudrait aller plus loin dans les prochaines semaines.

J’espère faire mon standard et bien faire aux qualifications olympiques. Au début de la saison, l’objectif c’était pas d’aller à Pékin, je voulais me concentrer sur le développement dans les prochaines années. Depuis le début je vise 2026. Le jeune de 20 ans ne s'attendait pas à être dans la game dès maintenant. Mais, ça va certainement me servir dans le futur, dit un Brunet confiant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !