•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La garderie Le Jardin Enchanté reçoit un avis de révocation de son permis

Le bâtiment de briques rouges de la garderie Le Jardin Enchanté, à Québec.

La garderie Le Jardin Enchanté a fait l'objet de cinq inspections du ministère de la Famille, depuis le mois de juin dernier, et d'une enquête de la Direction de la protection de la jeunesse au printemps.

Photo : Radio-Canada

La garderie non subventionnée Le Jardin Enchanté, d'où trois bambins se sont échappés le mois dernier, s'est vu signifier un avis de révocation de son permis par le ministère de la Famille (MFA). Ses propriétaires ont dix jours pour se conformer aux exigences du gouvernement.

L'avis a été acheminé aux propriétaires mercredi, ont confirmé jeudi le ministère de la Famille et le cabinet du ministre Mathieu Lacombe.

Le 28 octobre, trois enfants âgés de 2 à 3 ans avaient échappé à la surveillance de leur éducatrice. Deux d'entre eux ont été retrouvés enlisés dans la boue par des passants, alors qu'un autre déambulait à proximité du boulevard Robert-Bourassa, dans l'arrondissement Les Rivières.

Le lendemain de l'événement, le ministère de la Famille avait procédé à une inspection des lieux et amorcé une enquête en collaboration avec la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Il ressort de l’examen du dossier par le Ministère que la Garderie a commis plusieurs manquements à la loi, et ce, de manière répétitive, indique Bryan St-Louis, porte-parole du MFA.

Nicole Sénéchal et Gervais Dumais pointent l'endroit où ils ont retrouvé les enfants.

Nicole Sénéchal et Gervais Dumais ont retrouvé deux bambins enlisés dans la boue, le 28 octobre.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Les propriétaires disposent désormais d'un délai de dix jours à compter de la signification de l'avis pour présenter leurs observations au ministère et se conformer aux correctifs demandés.

À la réception des observations, le Ministère analysera dans les plus brefs délais les informations transmises, précise M. St-Louis. Si les réponses sont jugées insuffisantes, le permis pourra être suspendu.

Pascale Godin, une mère dont l'enfant fréquentait jusqu'à tout récemment le service de garde, s'est dite heureuse de savoir que le ministère de la Famille avait agi dans le dossier.

Je suis contente que le ministère ait pris action, a-t-elle réagi. Elle croit cependant que le ministère aurait pu agir avant, la situation au Jardin Enchanté ayant été dénoncée avant l'incident du 28 octobre.

« Par contre, je trouve ça déplorable que ça aille pris la fuite des enfants pour que le dossier de cette garderie-là avance. »

— Une citation de  Pascale Godin, ex-utilisatrice de la garderie Le Jardin Enchanté

Mme Godin et d'autres parents avaient fait part de leur mécontentement au ministère de la Famille dans les derniers mois. Une vingtaine d'entre eux avaient cosigné une lettre adressée au ministre de la Famille, en juin.

Toujours ouverte

La garderie Le Jardin Enchanté demeure ouverte durant la procédure administrative lancée par le ministère.

Le maintien des services de garde pour les parents est une priorité pour le Ministère, explique-t-on. Il fait tout en son pouvoir pour maintenir la continuité des services de garde aux parents, tout en assurant la santé et la sécurité des enfants.

Si la garderie ne parvient pas à convaincre le MFA, il faudra alors trouver un nouvel endroit pour relocaliser les enfants. S'il y avait suspension de permis, le Ministère fait tout pour accompagner les enfants. Il offre un soutien aux parents qui en ont besoin et guide ceux-ci vers le guichet unique La Place 0-5 afin qu’ils puissent trouver un nouveau service de garde, indique le Ministère.

Dans la foulée de l'événement du 28 octobre, Radio-Canada a appris que des plaintes plus anciennes faites contre le même service de garde ont été réactivées, ou du moins accélérées. Des inspecteurs du ministère procèdent à des rencontres avec les plaignants depuis quelques semaines.

Mathieu Lacombe répondait aux questions des journalistes en mêlée de presse le mercredi 8 septembre 2021.

Le ministre Lacombe a récemment admis les limites de ses pouvoirs pour intervenir dans des cas comme la garderie Le Jardin Enchanté.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le MFA refuse de dire si d'autres établissements appartenant aux mêmes propriétaires sont actuellement sous la loupe de l'État. Le mois dernier, le ministre Mathieu Lacombe avait néanmoins affirmé que des signalements avaient été faits contre plusieurs services de garde dirigés par Geneviève Côté et Richard Cazes

Il avait également ouvert la porte à renforcer la loi pour permettre d'agir plus efficacement contre des propriétaires de garderies privées qui ne respecteraient pas les exigences de la Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance.

C’est sûr que j’aimerais qu’on agisse. [...] Les moyens légaux qu’on a pour dire quoi faire aux garderies sont assez limités, parce que c’est un réseau décentralisé et géré par les communautés, avait exprimé Mathieu Lacombe.

Le terrain de jeux clôturé de la garderie Le Jardin Enchanté.

Le terrain de jeux clôturé de la garderie Le Jardin Enchanté.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Enfants retirés

Après la cavale du 28 octobre, des parents avaient aussi signifié des lacunes importantes dans la gestion de l'établissement non subventionné, mais reconnu par Québec par un permis de service de garde éducatif à l'enfance.

Enfants sans surveillance, bambin oublié dans un local ou un autre laissé dans ses vêtements souillés d’urine, des parents ont témoigné de mauvais traitement et de négligence au Jardin Enchanté au cours des deux dernières années.

La direction de la garderie avait admis que la pandémie avait frappé un dur coup, notamment sur la main-d'œuvre, blâmant une partie des incidents sur l'inexpérience de certaines éducatrices.

Plusieurs parents avaient déjà retiré leurs enfants du milieu de garde après l'incident du mois dernier.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !