•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Francis St-Pierre entame un 6e mandat comme préfet de la MRC Rimouski-Neigette

Photo officielle de Francis St-Pierre.

Francis St-Pierre, maire de Saint-Anaclet-de-Lessard et préfet de la MRC de Rimouski-Neigette

Photo : MRC de Rimouski-Neigette

Laurie Dufresne

Le maire de Saint-Anaclet-de-Lessard, Francis St-Pierre, est reconduit dans ses fonctions de préfet de la MRC de Rimouski-Neigette.

Il a été nommé mercredi par ses homologues, les élus du conseil de la MRC.

Le maire de Saint-Valérien, Robert Savoie, a lui aussi été choisi à nouveau comme préfet suppléant.

Leurs mandats sont d’une durée de deux ans.

« On doit penser en MRC, pas juste penser à notre municipalité.  »

— Une citation de  Francis St-Pierre, préfet de la MRC de Rimouski-Neigette

Francis St-Pierre se dit honoré de la confiance de ses collègues. Il se dit particulièrement fier d'avoir instauré des réflexes de collaboration au sein de la MRC.

Il cite en exemple le partage des revenus tirés des projets éoliens. Si on avait été selon la richesse foncière pour diviser, nos plus petites municipalités auraient eu environ 2000 $ par année. [...] Saint-Anaclet et Rimouski ont laissé de l'argent sur la table, ce qui permet à ces municipalités-là de recevoir 17-18 000 $ [par année].

Par ailleurs, cette première rencontre du conseil des maires a aussi permis l’adoption du budget de la MRC. Celui-ci totalise 7,8 millions de dollars, soit une hausse de 500 000 $ par rapport à l'an dernier.

Les maires et mairesses de la MRC de Rimouski-Neigette sont debout sur deux rangées parallèlement.

De gauche à droite, 1ère rangée : Vanessa Lepage-Leclerc, (conseillère à Saint-Anaclet-de-Lessard), Langis Proulx (maire d'Esprit-Saint), Julie Thériault (mairesse de Saint-Marcellin), Chantal Gagnon (mairesse de La-Trinité-des-Monts), Robert Duchesne (maire de Saint-Narcisse-de-Rimouski) ; 2e rangée : Claude Viel (maire de Saint-Eugène-de-Ladrière), Robert Savoie (maire de Saint-Valérien), Mario Beauchesne (Saint-Fabien), Guy Caron (maire de Rimouski), Francis St-Pierre (préfet de la MRC).

Photo : MRC de Rimouski-Neigette

Révision du schéma d’aménagement

La révision du schéma d’aménagement de la MRC sera l’un des premiers grands chantiers de ce nouveau mandat.

Au terme de consultations publiques menées l’automne prochain, ce schéma encadrera le développement du territoire d’ici 2035.

Dans les municipalités rurales, il peut y avoir du développement qui ne nuit pas à l'agriculture, qui ne nuit pas à la forêt, mais qui va permettre de ramener les gens, et de consolider nos municipalités rurales. Il y a un élément de continuer à positionner notre ville-centre comme le pôle de la région, mais de permettre aussi à la ruralité de se développer, affirme Francis St-Pierre.

La MRC a d'ailleurs conclu une entente avec la municipalité de Saint-Anaclet-de-Lessard afin de partager les services d'une conseillère au développement durable.

Elle entrera en poste en janvier, et pourra aider les municipalités à mieux comprendre les contraintes et les effets des changements climatiques à prévoir dans le schéma d’aménagement.

Plan de revitalisation pour quatre municipalités

Un conseiller en développement local et intermunicipal était déjà en poste pour contrer la dévitalisation de Trinité-des-Monts, Esprit-Saint, Saint-Eugène-de-Ladrière et Saint-Fabien.

Or, en raison d'une révision de l'Indice de vitalité économique du ministère des Affaires municipales de l'Habitation (MAMH), la MRC s'est vue accorder une somme 257 000 $ par année pendant quatre ans pour aider ces quatre municipalités. Pour toucher cette aide financière, un plan de revitalisation doit être fourni à Québec.

Un comité de revitalisation a donc été formé, et se rencontrera jeudi pour y plancher.

Les éléments de base que ça prend pour maintenir une municipalité en vie, pour être capables d'attirer des gens, [...] on regarde : est-ce qu'il y a une école? Est-ce qu'il y a une garderie? Est-ce qu'il y a minimalement un dépanneur? Dans une municipalité, si un dépanneur ou une épicerie ferme, il n'y a plus rien. Plus rien. Donc [ce sont] tous ces éléments-là à maintenir en place pour être capables de ramener des jeunes familles sur ces territoires-là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !