•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’audience de libération sous caution de Peter Nygard est prévue vendredi à Toronto

Dessin de cour d'un homme portant un masque.

Peter Nygard, lors d'une précédente comparution dans un tribunal de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Radio-Canada

L’ancien magnat canadien de la mode, Peter Nygard, sera de retour devant la justice vendredi à Toronto. Il tentera d’obtenir une libération sous caution, étant accusé d’agression sexuelle et de séquestration. Ces faits se seraient produits dans la capitale ontarienne.

Âgé de 80 ans, Peter Nygard se trouve en détention depuis son arrestation à Winnipeg en décembre dernier, en lien avec des accusations aux États-Unis. Dans ce pays, il fait face à neuf chefs d’accusation, dont ceux de racket et de trafic sexuel.

Aucune de ces allégations n’a été prouvée devant un tribunal. Il les nie toutes et a toujours affirmé qu’elles avaient été formulées pour nuire à sa réputation.

Le 1er octobre dernier, la police de Toronto a lancé un mandat d’arrestation contre lui pour six chefs d'agression sexuelle, et trois, de séquestration. Ces faits remonteraient à la fin des années 1980 et au milieu des années 2000.

Ce sont les premières accusations contre Peter Nygard au Canada.

Peter Nygard a été transféré de Winnipeg à Toronto à la fin du mois d’octobre pour comparaître dans la Ville Reine. L’audience concernant sa demande de libération sous caution avait été programmée plus tôt ce mois-ci, mais avait ensuite été repoussée au 26 novembre.

Demande de libération sous caution refusée à Winnipeg

Par ailleurs, le jour même où la police de Toronto a déposé des accusations, Peter Nygard acceptait de signer une entente pour contourner le processus judiciaire d’extradition vers les États-Unis et s’adresser directement au ministre fédéral de la Justice, David Lametti.

Ce dernier n’a toujours pas pris de décision à ce sujet.

Auparavant, Peter Nygard avait déjà tenté d’obtenir une libération sous caution à Winnipeg, mais elle lui avait été refusée.

Il avait ensuite tenté d’aller à la Cour suprême, mais celle-ci a refusé d’entendre son cas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !