•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Pierre-Laporte : les ingénieurs interrompront leur grève, mais fustigent le MTQ

Vue aérienne du pont Pierre-Laporte.

Le pont Pierre-Laporte vieillit et nécessite des travaux d'urgence.

Photo : Gracieuseté de Paul Dionne

Les travaux sur le pont Pierre-Laporte sont à ce point urgents que les ingénieurs du gouvernement du Québec devront interrompre leur grève pour les effectuer.

Au lendemain du déclenchement de leur grève, l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec avait une occasion en or de fustiger le ministère des Transports (MTQ) pour sa gestion du pont Pierre-Laporte, une infrastructure vieillissante qui a déjà atteint la moitié de sa vie.

On nous a mis au courant des travaux au début de la semaine puisqu'on doit assurer des services essentiels, dénonce le président de l'Association, Marc-André Martin.

Le pont Pierre-Laporte compte 160 suspentes. Ces tiges verticales qui font le lien entre le tablier du pont et les deux immenses câbles porteurs sont toutes importantes.

C'est une situation d'urgence. Les suspentes, c'est un élément principal du pont. Ils ne peuvent se permettre qu'une suspente brise. Il faut faire les travaux avant les Fêtes, avant la neige.

« On nous a expliqué qu'il faut faire des travaux d'urgence de nuit sur le pont Pierre-Laporte. »

— Une citation de  Marc-André Martin, président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec

Moyens de pression

Les moyens de pression des syndiqués dans le cadre de leur grève se traduisent justement par un arrêt de travail la nuit et les fins de semaine.

Les usagers du pont ne seront toutefois pas pris en otage par les syndiqués, souligne M. Martin.

On a toujours dit qu'on ne fera pas de politique sur le dos de la sécurité des gens. On va donc fournir tous les ingénieurs nécessaires. Il ne faut pas être inquiet là-dessus, assure-t-il.

D'ordinaire, ce sont des travaux qui sont planifiés à l'avance. Mais là, c'est une condition particulière qui force à aller très rapidement. Ils sont en attente des suspentes qui devraient arriver des États-Unis, explique l'ingénieur.

Un homme souriant.

Marc-André Martin, président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

L'exemple du pont de l'Île-aux-Tourtes

Marc-André Martin dénonce au passage la gestion du MTQ de l'ensemble des infrastructures du Québec. Il montre par exemple du doigt le pont de l'Île-aux-Tourtes, fermé d'urgence en mai dernier.

« Ce qui est important de savoir, c'est que notre réseau se détériore plus vite qu'on n'est capable de le réparer. Des choses comme il arrive aujourd'hui, ça va se reproduire. »

— Une citation de  Marc-André Martin, président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec

C'est une situation qui va aller en s'empirant, ajoute-t-il, estimant que les experts dans le genre d'infrastructures comme le pont Pierre-Laporte se comptent sur les doigts des deux mains.

On a une problématique, il faut attirer des gens d'expérience.

Expertise et salaire au centre du litige

Outre le problème de recrutement, la question salariale est au centre du conflit entre le MTQ et les ingénieurs, sans convention collective depuis mars 2020.

L’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec représente 1800 ingénieurs, dont environ 1200 au MTQ.

Avec la collaboration de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !