•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dimitri Xenos condamné à 9 mois de détention

Le palais de justice de Sept-Îles

Le palais de justice de Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Le Port-Cartois Dimitri Xenos, qui a voulu utiliser une arme au Centre éducatif L’Abri, vient d’être condamné à neuf mois de détention par le tribunal.

Il devra rester derrière les barreaux pour encore 114 jours étant donné qu’il est détenu depuis le 14 août. Il sera aussi en probation pendant 3 ans. Il devra suivre une thérapie.

Il devra également respecter une série de conditions. Il lui sera interdit de posséder une arme à feu pour le reste de sa vie. Il ne pourra pas non plus se rendre à Port-Cartier pour deux ans, sauf pour y travailler ou y étudier.

Le procureur de la Couronne, Simon Blanchette, se dit satisfait de la décision de la juge.

À mon sens, l'interdiction d'arme à feu à perpétuité en vertu de l'article 109 du Code criminel est vraiment un des éléments clés de la sentence qui a été rendue par la juge Aubry.

L’avocat de la défense, Michel Savard, est lui aussi satisfait de la peine rendue, qui permettra selon lui la réhabilitation sociale du jeune homme.

Je pense qu'une des qualités des décisions judiciaires, c'est qu'elles sont rendues et que tout le monde peut passer à d'autres choses. Dimitri Xenos a un bel avenir, je suis persuadé, qui l'attend. C'est un jeune homme, les choses vont se placer. Il va finir sa peine et j'ai confiance pour l'avenir de cet individu.

L'homme de 20 ans était accusé de port d’arme dans un dessein dangereux pour la paix publique, de harcèlement criminel et de possession d’une substance illicite.

Arrêté en août, il avait plaidé coupable à la fin du mois d’octobre à toutes les accusations qui pesaient contre lui.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.