•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La centrale de Belledune devra cesser de brûler du charbon d’ici 2030

Le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbault, rejette la demande du Nouveau-Brunswick.

Cheminée et partie du bâtiment de la centrale.

La centrale thermique de la société Énergie NB à Belledune (archives).

Photo : CBC / Jacques Poitras

Radio-Canada

Le ministère fédéral de l’Environnement et des Changements climatiques rejette la demande du Nouveau-Brunswick de prolonger la durée de vie de la centrale de Belledune au-delà de 2030.

Un porte-parole du ministre Steven Guilbeault indique que la centrale au charbon de Belledune devra cesser d’utiliser ce combustible d’ici 2030.

Ottawa refuse donc la proposition d’équivalence du premier ministre Blaine Higgs.

Le ministre est placé devant une affiche de la COP26.

Le ministre de l'Environnement Steven Guilbeault a participé récemment à la COP26, où les pays ont signé une entente pour diminuer l'utilisation du charbon comme combustible.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le Nouveau-Brunswick espérait prolonger la durée de vie de la centrale en réduisant les émissions annuelles, ce qui permettrait d’émettre la même quantité d’émissions de gaz à effets de serre, mais sur une plus longue période.

La porte-parole du ministre, Joanna Sivasankaran, a confirmé que le gouvernement fédéral ne signerait pas une telle entente.

Je peux confirmer que le gouvernement du Canada s'est engagé à éliminer progressivement les centrales au charbon d'ici 2030 dans tout le pays, y compris au Nouveau-Brunswick, écrit-elle.

8 ans pour trouver une solution

Énergie NB aura donc huit années pour trouver une autre source de combustible pour la centrale de Belledune afin d'espérer en prolonger la durée de vie. La centrale emploie 100 personnes dans le nord de la province.

On évalue que la centrale de Belledune a émis 2,5 millions de tonnes de gaz à effets de serre dans l’atmosphère depuis 2019. Elle vient au deuxième rang des plus grands émetteurs de la province, après la raffinerie d’Irving, à Saint-Jean.

Certaines idées ont été avancées au cours des dernières années pour remplacer le charbon à Belledune, mais elles ont toutes échoué. La province a évoqué l’utilisation d’une technologie à l’hydrogène d’une entreprise émergente floridienne et a exploré l’utilisation de sous-produits d’une éventuelle usine de transformation de fer.

Pas une surprise

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, n’est pas surpris de la décision du gouvernement fédéral concernant l’avenir de la centrale de Belledune. Selon lui, il est plus que temps de convertir cette centrale.

C’est important pour l’avenir de nos enfants de faire la transition vers un système d'énergie renouvelable. L'énergie au charbon ce n’est pas durable dans les réalités avec le changement climatique, ce n’est pas possible de maintenir une centrale de charbon après 2030, dit-il.

David Coon est d’avis que le gouvernement provincial doit négocier une entente avec le fédéral pour une transition vers une énergie verte.

Il souligne que Belledune serait l’endroit parfait pour une industrie d’éoliennes en mer ou de fabrication de biogaz.

Le ministre des Ressources naturelles, Mike Holland, affirme aussi qu’il faudra que le gouvernement fédéral investisse dans ce dossier, si la province décide de convertir la centrale de Belledune.

Le nœud de l’affaire est bien là : la province décidera-t-elle de convertir cette centrale au charbon? Le ministre Holland soutient que des discussions sont en cours.

Avenir incertain

Le charbon c’est un produit du passé, il faut aller vers l’avenir, il faut protéger l’environnement et il faut protéger la qualité de l’air qu’on respire. On est d'accord avec ça à 100 %, lance le député libéral de Restigouche-Chaleur, Daniel Guitard, en mêlée de presse à Fredericton.

Celui-ci soutient que les travailleurs à la centrale de Belledune sont inquiets pour leur avenir. Le député redoute que le gouvernement Higgs choisisse d’investir dans le sud de la province plutôt que de convertir la centrale au charbon. Il rappelle qu’Énergie Nouveau-Brunswick a acheté la centrale de Bayside à Saint-Jean, alimentée au gaz naturel.

« Ça fait des années qu’on en discute dans notre coin, de convertir. »

— Une citation de  René Legacy, député Bathurst-Ouest-Beresford

Pour le député de Bathurst-Ouest-Beresford, René Legacy, le gouvernement n’est pas proactif. Ils ont tout misé sur le fait que le gouvernement fédéral accepterait de prolonger l’entente, on a vu aucun plan alternatif.

La raison a toujours été financière et économique. Si on voulait convertir le plan de Belledune, de charbon à autre chose, il fallait que l’autre chose soit moins dispendieuse ou égale au charbon. Maintenant, le charbon [...] est cinq fois plus cher qu’il l’était. Il y a d’autres alternatives qui sont moins chères et on n'en parle pas, lance René Legacy.

Il ajoute que la centrale de Belledune produit de l’énergie depuis longtemps et qu’il y a encore de bonnes infrastructures qui peuvent être utilisées.

D’après des informations d'Alix Villeneuve et de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !