•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province a mis un frein à une politique de la SGI sur le masque, selon le NPD

Le chef de l'opposition néodémocrate Ryan Meili, répond aux questions des journalistes au Palais législatif de Regina.

Le chef de l'opposition, Ryan Meili, déclare que la Société d’investissement de la Couronne a mis un terme à l'initiative de la SGI.

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

Radio-Canada

L'opposition accuse le Parti Saskatchewanais d’avoir empêché la Société d'assurances de la Saskatchewan (SGI) de mettre en œuvre une politique de port du masque obligatoire en août dernier.

La Société d’investissement de la Couronne est une société de portefeuille utilisée par le gouvernement de la Saskatchewan pour gérer ses sociétés d'État financières et commerciales, comme la SGI.

Selon les courriels obtenus par le Nouveau Parti démocratique (NPD), la SGI s’apprêtait à envoyer une lettre au sujet d'une politique de masque obligatoire temporaire qui entrerait en vigueur le 30 août. La SGI a communiqué le texte proposé de cette lettre par courriel à deux employés de la Société d’investissement de la Couronne.

Leur réponse se lit en partie comme suit : On nous a informés assez clairement. Aucune restriction ou obligation (concernant le port du masque, la vaccination, la signalisation, etc.) ne doit être mise en œuvre de nouveau. Alors, s’il vous plaît, n’envoyez pas votre lettre.

Mardi, ces échanges de courriels ont donné lieu à un débat animé à l’Assemblée législative, entre le chef du NPD, Ryan Meili, et le ministre de la Santé, Paul Merriman.

« Voilà un ministre de la Santé et un premier ministre qui essaient de réécrire l’histoire du désastre de santé publique que leurs actions ont créé. »

— Une citation de  Ryan Meili, chef de l’opposition officielle

Ryan Meili a ajouté qu’un autre courriel avait été envoyé aux dirigeants de la Société d’investissement de la Couronne. Il disait, et je cite : ''Le premier ministre a été très clair. Il n’est pas question de réintroduire le port du masque, de rendre les vaccins obligatoires ou d'implanter des restrictions dans le secteur public pour le moment."

Ryan Meili a demandé au gouvernement pourquoi il avait entravé la mise en œuvre d'une politique de masque obligatoire à la SGI. Le ministre de la Santé a répondu que les gens ont toujours été autorisés à porter des masques s’ils le voulaient, même sans obligation.

« Si les gens veulent [porter des masques] [...], ils doivent faire une évaluation personnelle des risques dans une situation, des événements auxquels ils vont assister, s’ils sont vaccinés ou non. »

— Une citation de  Paul Merriman, ministre de la Santé de la Saskatchewan

Nous avons toujours encouragé les gens à porter des masques s’ils le voulaient, y compris les employés de la fonction publique et de toutes les sociétés d’État, a ajouté le ministre.

Après la période de questions, le premier ministre, Scott Moe, a affirmé aux journalistes que la Société d’investissement de la Couronne était dans son droit et qu’il n’avait pas été mis au courant de cet échange.

Les décisions qui ont été prises tout au long de la pandémie ont été prises à partir des renseignements disponibles à ce moment-là, a-t-il dit.

En fin de compte [au milieu de septembre], l'obligation du port du masque est arrivée, a-t-il ajouté.

D’après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !