•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario est à moins de 20 % de sa cible de réduction des GES pour 2030

Doug Ford en point de presse.

La promesse de Doug Ford de construire une nouvelle autoroute au nord de Toronto va à l'encontre de la réduction des GES, selon les environnementalistes.

Photo : La Presse canadienne / Geoff Robins

Radio-Canada

L'Ontario est bien loin de son objectif de réduire les émissions polluantes, qui ont, au contraire, augmenté après l'arrivée au pouvoir des progressistes-conservateurs de Doug Ford.

Le gouvernement Ford a promis de respecter les cibles nationales de réduction de GES pour 2030 prévues dans le cadre de l'Accord de Paris, ce qui signifie une baisse annuelle de 17,6 mégatonnes de CO2.

Toutefois, selon les estimations du ministère ontarien de l'Environnement, la province réduira ses émissions de seulement 3,4 mégatonnes d'ici 2030, soit moins de 20 % de sa cible, si aucune mesure additionnelle n'est prise.

Ces statistiques sont contenues dans le dernier rapport de la vérificatrice générale, Bonnie Lysyk, qui accuse le gouvernement  d'ignorer sciemment  le public dans ses décisions qui ont trait à l'environnement, que ce soit dans le cas de changements de zonage unilatéraux, de modifications à la Loi sur les évaluations environnementales ou le projet de construction de l'autoroute 413 au nord de Toronto.

Après avoir été élu en 2018, le premier ministre Ford avait mis fin à la participation de l'Ontario au marché du carbone avec le Québec et la Californie.

Résultat : les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province en 2019 étaient de retour au niveau de 2015.

Les progressistes-conservateurs ont promis de lutter autrement contre les changements climatiques. Dans son plan environnemental, le gouvernement Ford s'est fixé comme objectif de réduire les émissions polluantes des façons suivantes, notamment :

  • Baisse de 2,6 mégatonnes en ayant 1,3 million de véhicules électriques en circulation d'ici 2030
  • Diminution de 2,3 mégatonnes en offrant aux abonnés l'option d'acheter du gaz naturel renouvelable (plus cher)
  • Baisse de 2,2 mégatonnes grâce à de futures innovations

Toutefois, la vérificatrice Lysyk indique dans son rapport qu'aucune de ces promesses ne sera atteinte, en vertu des mesures actuellement en place.

Le gouvernement Ford se défend

Le gouvernement Ford est très loin de ses propres cibles en matière de lutte contre les changements climatiques, souligne l'environnementaliste Keith Brooks du groupe Environmental Defence.

Le ministre ontarien de l'Environnement, David Piccini, défend néanmoins le bilan de son gouvernement à environ six mois des élections provinciales. Je peux regarder les Ontariens droit dans les yeux et leur dire que l'Ontario est un leader en matière de réduction des émissions de GES au Canada, dit-il. Nous sommes la seule province qui a fait du progrès.

La réduction des émissions de l'Ontario avant 2018 est avant tout liée à la décision de l'ancien gouvernement libéral de fermer les centrales au charbon.

Le ministre Piccini cite deux mesures qui ne figurent pas dans les statistiques de 2019 et dans le rapport de la vérificatrice, soit un nouveau fourneau électrique à l'aciérie d'Algoma Steel à Sault-Ste-Marie et des options de carburants plus vertes offertes aux cimenteries.

Toutefois, ces deux mesures ne mèneront ensemble qu'à une baisse de 1 mégatonne des émissions annuelles de l'Ontario, selon des officiels du gouvernement.

Réactions de l'opposition

Rien ne montre du tout que le gouvernement cherche sérieusement à réduire les émissions, lance la chef du NPD, Andrea Horwath. C'est plutôt le contraire.

Le gouvernement va s'attaquer soudainement aux changements climatiques au cours des six prochains mois sans plan? Ils ont eu 3 ans et demi pour le faire, renchérit le libéral John Fraser.

Le chef des verts, Mike Schreiner, ajoute que nombre des politiques du gouvernement vont au contraire accroître la pollution. Il cite l'exemple du projet d'autoroute 413.

Toronto dit être sur la bonne voie

La Ville de Toronto confirme, de son côté, qu'elle a dépassé sa cible d'avoir réduit en 2020 ses émissions de GES de 30 % par rapport au niveau de 1990. Selon les dernières données, la Municipalité avait déjà diminué ses émissions de 38 % en 2019. La Ville s'est fixée comme objectif d'être carboneutre d'ici 2050.

Avec des renseignements fournis par Mike Crawley de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !