•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aline : Valérie Lemercier se défend d’avoir abimé l’image de la famille Dion

Les trois personnes posent devant la tour Eiffel à Paris.

Danielle Fichaud, Valérie Lemercier et Sylvain Marcel dans le film «Aline».

Photo : Jean-Marie Leroy/Rectangle Productions/TF1 Films Production

Radio-Canada

La réalisatrice Valérie Lemercier a réagi mercredi aux dures critiques exprimées par Michel et Claudette Dion contre Aline, son film inspiré de la vie de Céline Dion qui sort au cinéma jeudi, en affirmant avoir tout fait pour y présenter sous son meilleur jour la famille Dieu (inspirée des Dion).

Le parrain et la marraine de la diva québécoise avaient livré leurs impressions à chaud sur le film en entrevue avec Julie Snyder à La semaine des 4 Julie, puis dans d’autres médias. En plus de déplorer les nombreuses erreurs factuelles dans le film, le duo a souligné qu’Aline faisait paraître les Dion comme une gang de Bougon, en les dépeignant dans une cabane au Canada.

En entrevue avec le journaliste de Radio-Canada Kevin Sweet, la réalisatrice a d’abord voulu rappeler que son long métrage n’est pas biographique et prend des libertés avec la réalité.

Dans une première image au début du film, je dis que c’est une fiction inspirée [de la vie de Céline Dion] avec de l’imagination. C’est fait avec des auteurs qui ont inventé un scénario avec plein de choses pas vraies.

Après, si on me dit : "Jamais elle a eu un maquilleur gai", par exemple; et alors? J’ai inventé un personnage pour qu’elle ait un ami, quelqu’un à qui se confier. Et voilà, c’est une fantaisie.

Malgré les critiques de la famille, elle a toujours l’impression que son film est profondément bienveillant envers les Dion.

J’ai eu l’impression de faire tout le temps attention à ce que cette famille soit belle, affirme-t-elle. La réalisatrice cite en exemple l’allure de la maison familiale dans le film, qualifiée par Claudette Dion de cabane où règne le désordre.

Pas du tout. C’est très bien rangé. C’est propre, c’est une maison impeccable. Elle n’est pas grande, ça c’est sûr, et tout le monde n’a pas sa chambre.

Il y a des gens [de la famille Dion] qui ne se sont pas exprimés publiquement, mais dont j’ai vu les messages, qui ont beaucoup aimé ce film. Donc, il y en a qui aimeront, d’autres pas.

Le fait de ne pas retrouver des membres de sa famille exactement comme on les connaît, ou on les a connus, pourrait expliquer certaines réactions négatives de la famille Dion, selon elle. Je pense que quand on veut retrouver des gens qui ne sont plus là, et qu’on vous en donne d’autres, on n’en veut pas.

Mais je pense que rien ne salit mes personnages. Je pense que les personnages de mon film, on les aime.

Valérie Lemercier dit avoir été plus stressée mardi, lors de la première montréalaise, de voir l’accueil que réserverait la patrie de Céline Dion à son film, que lors de sa présentation au Festival de Cannes.

Ça s’est très bien passé, affirme-t-elle. Je n’ai jamais eu un accueil pareil pour aucun film de ma vie.

Le film Aline, qui a une distribution presque entièrement québécoise, avec, notamment, Sylvain Marcel, Sonia Vachon et Danielle Fichaud, prend l’affiche jeudi au Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !