•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 mois d’attente pour une chirurgie de la cataracte en Montérégie-Ouest

Des salles d'opération à deux pas de l'Hôpital Anna-Laberge restent inutilisées.

Une chirurgie de l'oeil au laser.

L'une des raisons qui expliquent la longue liste d’attente est le manque de personnel.

Photo : AFP/Getty Images / STEPHEN JAFFE

L’attente pour une chirurgie de la cataracte à l’Hôpital Anna-Laberge, en Montérégie-Ouest, est l’une des pires de la grande région de Montréal. À tel point que l’Association des médecins ophtalmologistes du Québec suggère au ministère de la Santé d’intervenir lors du renouvellement des contrats au privé, au printemps 2022.

Depuis le début de l’année, des centaines de patients liés à l’Hôpital Anna-Laberge ont été opérés pour une cataracte après avoir attendu 10 mois en moyenne.

Pourtant, à quelques kilomètres de là, tant au centre qu’à l’est de la Montérégie, l’attente n’est que de 3 à 4 mois.

Comme l’explique le Dr Salim Lahoud, président de l’Association des médecins ophtalmologistes du Québec, lorsque le ministère de la Santé et des Services sociaux [MSSS] a autorisé des contrats pour des chirurgies au privé [en 2020], le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest n’a pas été assez rapide pour négocier des volumes auprès de la clinique médicale spécialisée Chirurgie Dix30.

Les deux autres Centre intégré de santé et de services sociaux en Montérégie ont octroyé rapidement des contrats afin de combler les retards accumulés en début de pandémie lors du délestage dans les hôpitaux comme Charles-LeMoyne ou Pierre-Boucher.

Le Dr Lahoud précise que son association est intervenue auprès du Ministère de la Santé et des Services sociaux.

On a obtenu un engagement pour un rééquilibrage des volumes [de chirurgies de la cataracte] en Montérégie lorsque les contrats viendront à échéance au printemps 2022, dit-il.

Des salles d’opération inutilisées à deux pas de l’Hôpital Anna-Laberge

Selon les données récentes du MSSS, plus de la moitié (54 %) des 1911 patients de l’Hôpital Anna-Laberge attendent depuis plus de six mois pour une chirurgie de la cataracte. La moyenne au Québec est de 28 % et ne devrait pas dépasser 10 %, selon le gouvernement.

L'une des raisons qui expliquent cette longue liste d’attente est le manque de personnel.

Selon nos informations, des salles d’opération en ophtalmologie du Centre intégré de santé et de services sociaux Montérégie-Ouest aménagées dans un local loué en face de l’Hôpital Anna-Laberge sont inutilisées depuis le début de la pandémie.

Normand Laberge, directeur général de la clinique médicale spécialisée Chirurgie Dix30, a offert de s’en porter acquéreur.

Je peux vous confirmer avoir eu des pourparlers avec le Centre intégré de santé et de services sociaux et le ministère pour regarder l’opportunité d’acquérir ces infrastructures, mais cela demeure en suspens, dit-il.

Les salles se trouvent dans un bâtiment propriété de la Fondation Anna-Laberge.

Selon un document consulté par Radio-Canada, le Centre intégré de santé et de services sociaux Montérégie-Ouest verse un loyer annuel de 640 000 $ pour deux locaux totalisant près de 1600 mètres carrés ainsi que pour des espaces de stationnement.

La directrice générale de la Fondation, Maude Daoust, confirme que le Centre intégré de santé et de services sociaux y a aménagé un bloc opératoire en ophtalmologie de même qu’une clinique de consultation en ophtalmologie et que le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest paie l’entièreté de son bail.

Par courriel, la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux, Jade St-Jean, précise que l’établissement est préoccupé du nombre de patients en attente pour des chirurgies en ophtalmologie.

Le personnel en chirurgie du CISSS est présentement dédié pour des chirurgies prioritaires afin de respecter les délais, notamment en oncologie, ajoute-t-elle.

Nous sommes confiants de pouvoir diminuer la liste d’attente à un niveau acceptable d’ici 12 mois.

La situation à l’urgence de l’Hôpital Anna-Laberge fait également l’objet d’un suivi étroit par la protectrice du citoyen du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !