•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un climat malsain dénoncé à une école primaire de Waterloo

L'école Waterloo Elementary School.

L'école Waterloo Elementary School, en Estrie.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Prieur

Radio-Canada

Des parents et des membres du personnel de l'école primaire Waterloo Elementary School dénoncent un climat malsain entre les murs de l'établissement. Selon eux, les épisodes de violence et d'intimidation sont fréquents.

Un incident de violence qui s’est déroulé au début du mois de novembre aurait mis le feu aux poudres, indique Lorrie Wheeler, une accompagnatrice pour les élèves handicapés à l’école primaire. Il y a quelques semaines, cette dernière a été battue par un élève.

Mes lunettes sont tombées par terre, il a commencé à me frapper comme ça [sur la tête] au moins quatre ou cinq fois. [...] Ça faisait plusieurs fois que j’envoyais des courriels pour dire que quelque chose allait arriver, mais ils n’ont jamais rien fait, déplore-t-elle. 

Elle soutient en effet avoir dénoncé de la violence à l’école à de nombreuses reprises bien avant l'incident, et juge que la direction n’a rien fait pour protéger le personnel et les élèves. Elle a donc formellement porté plainte à la Sûreté du Québec pour négligence criminelle contre la direction et la commission scolaire.

Lorrie Wheeler.

Lorrie Wheeler est accompagnatrice pour les élèves handicapés.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Mutation d'un enseignant dans une autre école

Pour les parents, la goutte qui semble avoir fait déborder le vase est la mutation d’un enseignant dans une autre école.

Selon plusieurs témoignages, l’enseignant en question, surnommé Mr C. par ses élèves, est très proactif et n’hésite pas à parler haut et fort pour défendre ses élèves et ses collègues. Il aurait aussi tenté de trouver des solutions pour régler les problèmes de violence dans son école. 

Des parents manifestent devant la commission scolaire Eastern Townships. Leurs affiches indiquent notamment, en anglais, "Sauver Mr C!" et "On veut M. C!"

Des parents ont manifesté devant la Commission scolaire Eastern Townships, pancartes à la main.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Mr C. confirme qu’il y a quelques jours, la commission scolaire a choisi de le transférer d’école contre son gré.

Selon des parents, cette mutation représenterait une tentative de la commission scolaire de le museler.

« Pour tous ceux qui pensaient que la Commission scolaire Eastern Townships agissait dans le bien des enfants, la décision de déplacer Mr C. prouve que ce n’est pas le cas. »

— Une citation de  David Proulx, un représentant des parents dans le conseil d’établissement de l’école Waterloo Elementary School

De nombreux parents et enfants ont montré leur soutien à Mr C. en manifestant devant les bureaux de la Commission scolaire Eastern Townships mercredi.

Un dossier confidentiel, selon la commission scolaire

Le président de la Commission scolaire Eastern Townships, Michael Murray, soutient que le dossier de Mr C. est confidentiel. Il indique cependant que les parents ne détiennent pas toutes les informations nécessaires pour pouvoir avoir un jugement éclairé sur le dossier.

La commission dit aussi agir concrètement pour contrer la violence dans ses écoles. M. Murray affirme cependant vouloir prendre une approche basée sur la concertation, et non la punition. 

C’est une différence de culture, différence de vision de comment procéder, certainement. [Ce n'est pas] un manque d’action… Au contraire, nous avons dédié des ressources à cette école. [...] Je regrette énormément le virement de ces parents, qui ont agi ainsi, d’impliquer leurs enfants dans une affaire politique comme ça, déplore Michael Murray.

Mr C. a déjà reçu des dizaines de lettres d’appui de ses collègues, de parents et d'élèves.

Avec les informations de Thomas Deshaies

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !