•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bois d’oeuvre : nouveau coup dur pour les scieries du Nouveau-Brunswick

Des planches de bois de cèdre empilées les unes sur les autres avec le numéro 16 écrit au marqueur à l'extrémité de chaque planche.

Le bois d'oeuvre est au centre d'un des désaccords commerciaux les plus durable entre le Canada et les États-Unis.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Les producteurs de bois d’oeuvre du Nouveau-Brunswick sont une fois de plus touchés par des droits plus élevés sur leurs exportations vers les États-Unis. Après un répit d’un an, le ministère américain du Commerce a rehaussé ses droits d'importation.

Les producteurs néo-brunswickois et de la plupart des autres provinces au Canada doivent désormais payer un droit de douane de 11,59 %. Récemment, ce droit s’élevait à 8,9 % pour la plupart des scieries du Nouveau-Brunswick, et à 4,23 % pour la division des scieries de J. D. Irving.

Nous sommes très déçus de la décision du gouvernement des États-Unis d’augmenter ces droits injustes et injustifiés, a affirmé dans une déclaration écrite le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs.

Il est important de rappeler, a ajouté le premier ministre, qu’en 2020 une décision de l’Organisation mondiale du commerce dans ce dossier avait été incontestablement favorable au Canada et au Nouveau-Brunswick.

Conflit durable entre les États-Unis et le Canada

Depuis une quarantaine d’années, les États-Unis affirment que le Canada subventionne ses producteurs de bois d’oeuvre et se plaignent d’être ainsi lésés par ce qu’ils croient être une forme de concurrence déloyale.

Blaine Higgs parle au micro devant un grand drapeau des États-Unis. Doug Ford et Scott Moe se tiennent debout derrière lui.

Blaine Higgs (à gauche) avait plaidé, sans succès, la cause des producteurs de bois d'oeuvre du Nouveau-Brunswick lors d'une visite à Washington en février 2019.

Photo : La Presse canadienne / James McCarten

À répétition, les États-Unis ont imposé des tarifs qui élèvent le prix que doivent payer les clients américains pour du bois d’oeuvre provenant du Canada. Pendant longtemps, les provinces du Canada atlantique y échappaient.

En 2017, les Américains ont imposé de nouveaux droits au Canada et aboli l’exemption accordée précédemment au Nouveau-Brunswick. L’augmentation du volume de bois récolté sur les terres de la Couronne au Nouveau-Brunswick était notamment perçue par les décideurs politiques américains comme une forme de subvention.

Blaine Higgs déclare que son gouvernement continuera de travailler avec Ottawa pour contester les politiques commerciales américaines par tous les moyens légaux disponibles.

Puisque ces démarches peuvent être très longues, M. Higgs ajoute qu’il est temps pour les gouvernements du Canada et des États-Unis de retourner à la table des négociations pour résoudre le différend et éviter de longues procédures devant les tribunaux.

D’après le reportage de Jacques Poitras, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !