•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Rien n’a changé » : Réjean Porlier écrit à Legault au sujet du transport aérien régional

Les hélices d'un avion sont en marche, alors qu'un signaleur lui fait signe avant qu'il ne puisse décoller.

Réjean Porlier souhaite que l'accès aux vols régionaux au Québec soit démocratisé en instaurant une saine concurrence (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Dans une lettre adressée au premier ministre François Legault, l'ancien maire de la ville de Sept-Îles, Réjean Porlier, demande à Québec de remédier à la situation du transport régional dans la province.

Le Septilien, redevenu un citoyen comme les autres depuis son départ de la politique municipale, déplore que rien n'ait changé au niveau des prix pour les vols régionaux dans les dernières décennies. Selon lui, Air Canada ne fait que baisser ses prix lorsqu'il y a de la concurrence.

Dans sa lettre, Réjean Porlier expose qu'actuellement, il n'y a pas de transporteurs au Québec qui soit en mesure de faire compétition à Air Canada.

« Il n'y a rien qui a changé. Ce que moi j'ai constaté dans les 30 dernières années, c'est que la seule fois où ça a changé, bien c'est pour tuer la concurrence. Une fois que la concurrence est tombée, on est revenu à la charge. »

— Une citation de  Réjean Porlier, ancien maire de Sept-Îles

Réjean Porlier indique à Radio-Canada qu'il a décidé d'envoyer sa lettre maintenant, même s'il n'est plus maire de Sept-Îles, puisqu'il sent que le gouvernement va prendre des décisions qui vont nous maintenir dans une situation captive pour encore plusieurs années au niveau de l'avion.

Réjean Porlier.

Le Septilien Réjean Porlier est l'ancien maire de Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada

Prix plancher pour les transporteurs aériens

Selon Réjean Porlier, la solution passe entre autres par un prix plancher pour empêcher Air Canada de trop baisser ses prix lorsqu'il y a de la concurrence.

Réjean Porlier espère que la Coop de Transport régional TREQ verra finalement le jour. Il explique toutefois que, lorsqu'il faisait partie de la vie politique, lui et cinq autres maires ont eu une rencontre avec le ministre de l'Économie et l'Innovation Pierre Fitzgibbon concernant cette coop et qu'il est sorti de cet échange renversé et désillusionné.

« Je vous pose la question, monsieur le premier ministre : quelle sera votre réponse au problème profond de l’aviation au Québec? »

— Une citation de  Extrait de la lettre écrite par Réjean Porlier à François Legault

Le système, il fait en sorte de servir uniquement, ou à peu près uniquement, les gens d'affaires et les employés de l'état, finalement des gens pour qui le budget est remboursé et ça, ça nous fait très mal à notre économie, expose-t-il.

Selon lui, mettre en place un réseau d'aviation régional qui offre des prix abordables pourrait également être bénéfique au tourisme au Québec, comme c'est le cas dans d'autres provinces, défend-il.

Par ailleurs, d'après M. Porlier, la mise en place de plus gros avions dans le réseau aérien régional québécois permettrait également de faire des vols plus rentables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !