•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un seul élève inscrit à l’école Mathieu de Gravelbourg

p1190888

Pour Michel Vézina, un citoyen de Gravelbourg, ce faible nombre d'inscriptions rappelle la situation de l'école à sa création.

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

La publication des données du Conseil des Écoles fransaskoises (CEF) a démontré une baisse significative des inscriptions d'élèves dans les écoles fransaskoises de Gravelbourg. L'École Beau Soleil ne compte plus que 18 élèves, et l'École Mathieu, un seul.

Interrogé au sujet de l'unique inscription à l’École Mathieu de Gravelbourg, le directeur général du Conseil des écoles fransaskoises, Ronald Ajavon, a reconnu mardi qu’il y a eu des pertes, expliquées en partie par le déménagement de plusieurs familles.

L’éditeur du journal Gravelbourg & District Tribune, et ancien président du conseil des parents de l'École Beau Soleil, Paul Boisvert, s’est prononcé à son tour à l'émission Point du jour avec Elsie Miclisse.

C’est triste, a-t-il déclaré.

M. Boisvert a fait allusion à un investissement immobilier. Ils étaient prêts à acheter un bâtiment du vieux Collège Mathieu de 11 000 pieds carrés, sans élèves, dans l'idée que ce vieux bâtiment allait assurer l'avenir de l'école.

« On dirait que la division scolaire est plus intéressée par les bâtiments que l'éducation de qualité. »

— Une citation de  Paul Boisvert, ancien président du conseil des parents de l'École Beau Soleil

Au lieu de mettre toutes les ressources dans les bâtiments, on aurait dû mettre les ressources dans un programme international, avance Paul Boisvert.

Pour le citoyen de Gravelbourg, Michel Vézina, le faible taux d'inscriptions à l'École Beau Soleil lui rappelle la situation de l'établissement à sa création.

C'est toujours désolant d'entendre qu'il y a une diminution d'élèves dans nos écoles… Je viens d'une des familles fondatrices de l'École Beau Soleil, et on était à peu près ce nombre-là.

Michel Vézina souligne aussi l'attractivité de l'école d'immersion, laquelle se distingue de l'école fransaskoise par sa mission, souligne-t-il. Les jeunes qui sont motivés par le sport peuvent être attirés par le plus grand nombre d'élèves à l'école d'immersion.

Avec les informations de Mercia Mooseely

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !