•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ruisseau endommagé à Tracadie : le ministère de la Justice enquête

Ruisseau Clearwater

Des photos et des vidéos servent à montrer les dommages causés au ruisseau Clearwater.

Photo : Gracieuseté

Le ministère de la Justice et de la Sécurité publique du N.-B. enquête sur les dommages causés à un ruisseau à l'ancien champ de tir de Tracadie.

Des membres du Club chasse et pêche de Tracadie ont été « horrifiés » par les dégâts causés par un véhicule à chenilles qui a fait son chemin au travers du ruisseau Clearwater.

Traces d'un véhicule à chenilles

Des traces qui s'apparentent à celles d'un véhicule à chenilles traversent le ruisseau.

Photo : Gracieuseté

Une plainte à été faite auprès du ministère des Ressources naturelles, puis un agent du ministère s'est rendu sur les lieux pour constater les dommages et recueillir des preuves.

Le ruisseau Clearwater est un habitat important, notamment pour les truites.

Des règlements provinciaux existent en ce qui a trait à la protection contre l'érosion et la sédimentation. Des règles fédérales ont trait à la protection de l'habitat du poisson.

Ruisseau Clearwater

On peut voir des truites nager dans le ruisseau Clearwater dans cette photo prise il y a quelques semaines.

Photo : Gracieuseté

Même si les terres de l'ancien champ de tir militaire de Tracadie ont été cédées par le gouvernement fédéral il y a plusieurs années, le ministère de la Défense nationale s'occupe encore de travaux de décontamination.

Un porte-parole du ministère de la Justice et de la Sécurité publique, Shawn Berry, confirme que cette affaire est liée à ces travaux.

Le ministère de la Justice et de la Sécurité publique est au courant de rapports provenant de la région du ruisseau Clearwater où des travaux de décontamination sont en cours au nom du ministère de la Défense nationale concernant le site du champ de tir Tracadie, confirme-t-il.

Une porte-parole de la Défense nationale a laissé entendre que le ministère pourrait commenter cette affaire bientôt.

Les agents de conservation enquêtent

Ni le ministère de l'Environnement du Nouveau-Brunswick, ni le ministre Mike Holland n'ont commenté la situation.

Le ministère de la Justice et de la Sécurité publique a justifié ce mutisme par l'enquête qui est en cours.

Selon un porte-parole, les deux ministères attendent les résultats de l’enquête menée par les agents de conservation du ministère de la Justice et de la Sécurité publique au sujet de cet incident.

Mike Holland.

Mike Holland, ministre des Ressources naturelles et Développement de l'énergie

Photo : Radio-Canada

Récemment, le ministre Mike Holland s'était présenté comme un grand défenseur des « zones tampons » pour protéger les cours d'eau de l'ancien champ de tir de Tracadie. Des inquiétudes ont été soulevées quant à la protection de la faune et de la flore par l'exploitation de nouvelles bleuetières sur ce territoire. Le gouvernement provincial a donné son aval à de telles initiatives en raison des retombées économiques qui, selon lui, peuvent en découler.

Les esprits s'échauffent

À la dernière réunion publique de la Municipalité régionale de Tracadie, le président du Club chasse et pêche de Tracadie, Mathieu Allard, s'est adressé aux élus. Il a expliqué la situation en réclamant à nouveau un moratoire et des consultations publiques sur la gestion du territoire.

Réunion du conseil municipal

La dernière réunion publique du conseil de la Municipalité rurale de Tracadie

Photo : Youtube/Municipalité régionale de Tracadie

Puis, il a lancé une sorte d'avertissement en parlant d'une population qui est pas mal proche d'exploser.

C'est sûr que je n'appuierai jamais... ou je ne dirais jamais à quelqu'un de faire quelque chose, a-t-il mentionné.

Je suis certain que vous avez vu des choses qui commencent à passer sur Facebook, sur les réseaux sociaux. Je n'appuierai jamais ça. Je n'ai pas le contrôle sur 25 000 personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !