•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination des enfants contre la COVID-19 en six questions

Une petite fille se fait vacciner, les yeux fermés. Son père, masqué, la réconforte.

La vaccination contre la COVID-19 des jeunes enfants a commencé jeudi au Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les premiers lots de vaccins de Pfizer-BioNTech pour les jeunes âgés de 5 à 11 ans sont arrivés cette semaine au Canada et déjà des dizaines de milliers de parents ont pris un rendez-vous pour leur enfant. Vous hésitez à faire vacciner votre enfant? Voici quelques réponses pour vous éclairer dans votre décision.

1. Que sait-on du vaccin contre la COVID-19 pour enfants?

Pfizer-BioNTech a été la première compagnie pharmaceutique à demander et à recevoir l'approbation de Santé Canada pour un vaccin pédiatrique contre la COVID-19.

La version pédiatrique du vaccin (nom de marque Comirnaty) est destinée aux enfants âgés de 5 à 11 ans. Ceux de 12 ans et plus reçoivent la formulation adulte déjà approuvée.

La formulation pédiatrique sera administrée à des doses plus faibles – 10 mcg (microgrammes) au lieu des 30 mcg utilisés pour les 12 ans et plus.

La dose pédiatrique a été établie pour créer la plus grande réponse immunitaire possible, tout en minimisant les effets secondaires. Notons que, contrairement aux médicaments, les doses ne sont pas calculées en fonction de la taille ou du poids, mais plutôt en fonction de l’âge. Généralement, le système immunitaire des enfants est plus réactif et a donc besoin d’une dose moins élevée pour être efficace.

L'étude clinique de phase 3 évaluant l'efficacité du vaccin Pfizer a démontré une efficacité de plus de 90 % du vaccin.

Le vaccin pour les enfants contient le même ARN que le Pfizer pour adulte et fonctionne de la même manière. Les adjuvants, qui servent à renforcer l’efficacité des vaccins, sont légèrement différents dans la version pédiatrique afin de s'ajuster à une plus petite dose.

Ce vaccin ne contient pas d'allergènes alimentaires courants, comme des œufs, des mollusques et crustacés, du gluten ou des noix.

Comme les adultes, les enfants recevront deux doses. Le fabricant suggère un intervalle de 21 jours, mais le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande un intervalle d'au moins huit semaines, comme suggéré pour la version adulte.

Un intervalle plus long entre les doses semble offrir une réponse immunitaire plus robuste. De plus, un intervalle de plus de huit semaines aiderait à réduire le risque d'un effet secondaire rare, la myocardite (Nouvelle fenêtre) – l'inflammation du muscle cardiaque – qui est parfois apparue chez les adolescents et les jeunes adultes, a déclaré le CCNI.

Les fioles de la version pédiatrique ont des bouchons orange (violets pour les adultes) afin que les agents de vaccination puissent facilement les différencier.

Une fiole de vaccin sur laquelle est indiqué qu'il est destiné aux 5 à 11 ans.

Une fiole du vaccin Comirnaty des laboratoires de Pfizer et BioNTech contre la COVID-19 destiné aux 5 à 11 ans est photographiée dans un centre médical pour enfants à New Hyde Park, dans l'État de New York, le 4 novembre 2021.

Photo : Reuters / Andrew Kelly

Moderna a également développé un vaccin (nom de marque Spikevax) pour les enfants de 6 à 11 ans et a demandé son approbation à Santé Canada plus tôt en novembre. En date du 24 novembre 2021, la demande est toujours à l’étude.

La dose pour enfant de Moderna serait la moitié de la quantité administrée aux enfants de 12 ans et plus et aux adultes (50 mcg au lieu de 100 mcg).

2. Pourquoi vacciner les enfants?

C’est connu, les enfants ont généralement moins de risque de développer des formes sévères de la maladie, mais il y a tout de même quelques centaines d’enfants canadiens qui ont été hospitalisés en raison de la COVID-19. Ce n’est pas banal une hospitalisation en raison de la COVID-19. Ça vaut la peine d’être prévenu, dit le Dr Jesse Papenburg, spécialiste en infectiologie pédiatrique et microbiologiste médical à l’Hôpital de Montréal pour enfants, en entrevue à l’émission 24-60.

La principale complication grave chez les enfants est le syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique, qui peut toucher différents organes, dont le cœur, précise le Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, en entrevue à l’émission En direct avec Patrice Roy.

L'épidémiologiste Nimâ Machouf ajoute qu’il y a un pourcentage de gens qui n’arrivent pas à se débarrasser du virus et qui en subissent des effets pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. On ne sait pas combien de temps dure la COVID longue. Je voudrais protéger mon enfant de cet effet sournois de la maladie.

La vaccination des enfants protège aussi les proches, dont les aînés et les enfants de moins de 5 ans qui ne peuvent pas être vaccinés.

Vacciner les enfants va aider à contrôler la pandémie, dit le Dr Papenburg. Au cours de la dernière vague, une infection sur quatre au Canada était le fait d'enfants de 12 ans ou moins. Les enfants contribuent substantiellement à la transmission communautaire, dit-il, tout en ajoutant qu’un enfant peut transmettre le virus probablement de façon similaire à un adulte. Ainsi, plusieurs enfants asymptomatiques ne sont pas détectés et continuent de propager le virus dans la communauté.

Le Dr Carignan ajoute que plus les jeunes seront vaccinés, plus vite le Canada atteindra une immunité collective. Ça va devenir plus difficile pour le virus de faire son chemin dans la population, dit-il.

Par ailleurs, plus il y a d’infections dans la population, qu’elles soient bénignes ou sévères, plus il y a le risque qu’un nouveau variant, plus contagieux, ou qui échappe au vaccin, apparaisse et se répande à nos dépens.

En plus des bénéfices pour la santé, vacciner le plus d’enfants possible permettra de réduire les perturbations au niveau familial et social (quarantaine, écoles et garderies fermées, activités parascolaires annulées, etc.)

Je pense que la vie telle que nous la connaissons sera beaucoup plus facile à reprendre [avec la vaccination des enfants], dit la Dre Caroline Quach, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques et microbiologiste médicale au CHU Sainte-Justine à Montréal, en entrevue à CBC.

3. Des risques pour les enfants?

Santé Canada et le CCNI ont tous deux examiné en profondeur les données sur l'innocuité et l'efficacité avant d'approuver le vaccin pour enfants. Les données des essais cliniques de Pfizer comprenaient 2268 enfants âgés de 5 à 11 ans.

Les effets secondaires observés sont similaires à ceux observés chez l'adulte (douleur au point d'injection, fatigue, maux de tête et fièvre, frissons, etc.) et durent en moyenne de 48 h à 72 h.

Au début des études cliniques, l’inquiétude principale était l’incidence des cas de myocardite, un effet secondaire observé chez les adolescents surtout après la deuxième dose. Mais aucun enfant ayant participé à l’étude clinique n’a développé de myocardite. De plus, parmi les 3 millions d’enfants désormais vaccinés aux États-Unis, il n’y a aucun signe que la myocardite est problématique. Les experts estiment que la dose moins élevée chez les enfants réduit les risques d'en développer une.

Mais même dans les rares cas qui se sont produits, la plupart étaient bénins et se sont résolus d'eux-mêmes sans hospitalisation, précise la Dre Caroline Quach. Elle rappelle que les gens sont beaucoup plus susceptibles de contracter une maladie cardiaque s'ils sont infectés par la COVID-19.

Par exemple, on estime que chez les jeunes de 16 à 19 ans, le risque de développer une myocardite en raison du vaccin contre la COVID-19 est d'environ 15 sur 100 000; (Nouvelle fenêtre) comparativement à 45 sur 100 000 (Nouvelle fenêtre) pour ceux qui ont été infectés par le virus.

4. Peut-on leur donner le vaccin contre la grippe et celui contre la COVID-19?

Oui, toutefois, le CCNI recommande que le vaccin contre la COVID-19 soit administré au moins 14 jours avant ou après avoir reçu un autre vaccin, y compris le vaccin contre la grippe.

Ainsi, il sera plus facile pour les médecins de savoir si les effets secondaires sont causés par le vaccin contre la grippe ou par celui contre la COVID-19.

5. La vaccination des enfants est-elle obligatoire?

Une infirmière parle à un jeune avant de le vacciner.

La vaccination n'est pas obligatoire pour les jeunes au Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Non, la vaccination ne sera pas obligatoire au Canada, mais elle est fortement recommandée par les autorités de santé publique.

Normalement, afin de fréquenter une école en Ontario, la Loi sur l'immunisation des élèves exige une preuve de vaccination (ou une exemption) pour une série de maladies, notamment la diphtérie, la rougeole, les oreillons, la polio, la rubéole, le tétanos, et plus encore. Pour l’instant, la COVID-19 ne fait pas partie de la liste des vaccins obligatoires pour aller à l’école en Ontario.

Les autres provinces et territoires n’exigent pas de preuve de vaccination pour les différentes maladies infantiles et aucun n'a annoncé que le vaccin contre la COVID-19 serait rendu obligatoire pour aller à l'école.

Le Dr Papenburg affirme qu’il faudra convaincre les parents hésitants, sans toutefois stigmatiser les familles en raison de leur choix.

6. Combien d’autres pays ont approuvé la vaccination pour les enfants?

Aux États-Unis, le vaccin de Pfizer-BioNTech a été approuvé le 2 novembre dernier pour les enfants de 5 à 11 ans. Déjà, environ 10 % (environ 3 millions) des enfants dans cette tranche d’âge ont reçu leur première dose.

Le Chili et le Salvador vaccinent les jeunes de 6 à 11 ans depuis septembre. Le Costa Rica a rendu la vaccination obligatoire pour les enfants de 5 ans et plus. Israël a commencé à offrir le vaccin de Pfizer-BioNTech aux 5 à 11 ans. La République tchèque, la Malaisie et les Émirats arabes unis l’ont aussi approuvé pour les enfants de 5 à 11 ans.

Bahreïn, la Chine et l’Argentine offrent le vaccin Sinopharm aux 3 à 11 ans. Hong Kong a autorisé le vaccin Sinovac pour les jeunes à partir de trois ans. L’Indonésie a approuvé le vaccin de Sinovac pour les enfants de 6 ans et plus.

Le Venezuela a commencé à vacciner les enfants de 2 à 11 ans avec le vaccin Cuban Sobernara 2. Cuba vaccine aussi les enfants à partir de 2 ans.

La France et l’Allemagne prendront une décision concernant la vaccination des enfants de 5 à 11 ans au début de 2022. Une décision de l’Agence européenne des médicaments est aussi attendue sous peu. Singapour doit prendre une décision à la fin du mois de novembre et Hong Kong étudie la demande de Pfizer.

Illustration d'une seringue entourée d'un bouclier qui bloque des virus et des microbes.

Le vaccin contre la COVID-19 expliqué aux enfants

Photo : Radio-Canada / Simon Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !