•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination des jeunes âgés de 5 à 11 ans est lancée

Des enfants dans un site de vaccination

Des explications sont données aux enfants avant la vaccination contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

La vaccination pour les jeunes âgés de 5 à 11 ans a débuté, mercredi après-midi, à Jonquière. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean a reçu, mardi, une première livraison de vaccins destinés aux jeunes.

Plus de 3000 rendez-vous ont été réservés pour cette tranche d’âge, en moins de 24 heures, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Des enfants et des adultes font la file

Environ 150 enfants ont été vaccinés lors du début de la vaccination des jeunes âgés entre 5 et 11 ans.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Considérant le taux élevé de vaccination dans la région, le directeur régional de la campagne régionale de vaccination, Marc Thibeault, espère atteindre une couverture vaccinale d'au moins 80 % pour les jeunes âgés de 5 à 11 ans.

On est probablement dans le dernier droit. On l’espère. On a commencé la vaccination le 22 décembre l’an passé. On se rappelle aussi l’importance que ça avait et le temps des Fêtes qui n’était pas du tout agréable l’an dernier. Cette année, on est ailleurs. C’est très positif la vaccination des 5 à 11 ans, affirme-t-il.

Les vaccins pour cette partie de la population sont offerts en centre de vaccination. L'offre sera étendue à certaines écoles au cours des prochains jours. Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean doit répondre aux besoins de vaccination dans 95 écoles. Les ententes ont été réalisées avec les différents centres de services scolaires de la région.

On espère amener les gens sur les sites de vaccination pour favoriser l’accompagnement du jeune par son parent. À l’école, c’est le jour en semaine, les parents travaillent, c’est plus compliqué. On a mis des heures de disponibilité pour permettre aux parents de venir sur les sites, jusqu’à 19 h 30 et la fin de semaine, précise-t-il.

La vaccination contre la COVID-19 des touts petits débute alors que l’opération se termine en résidence privée pour aînés (RPA). À compter de jeudi, tous les sites de vaccination du Saguenay-Lac-Saint-Jean seront en mesure d’accueillir des jeunes.

Je pense qu’il faut se permettre de faire un beau cadeau de Noël à nos jeunes, de les faire vacciner. Nos gens ont été exemplaires dans la région. Le taux de vaccination a été extraordinaire. Il faut transférer cela aux jeunes. Il faut qu’ils puissent raconter l’histoire, leur contribution au combat contre la COVID. Je pense que ces jeunes méritent cela aussi, mentionne-t-il.

Un enfant est vacciné

Les enfants âgés de 5 à 11 ans peuvent maintenant être vaccinés contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Les enfants âgés de 5 à 11 ans recevront une dose de vaccin qui correspond au tiers de celle administrée à un adulte. Les vaccins proviennent de la compagnie Pfizer. Les doses reçues se conservent un peu mieux , selon M. Thibeault, et sont plus faciles à transporter. Il s’agit là de conditions idéales pour le responsable de la vaccination au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Marc Thibeault rappelle l’importance d’informer tant les jeunes que leurs parents. Il comprend que certaines peurs existent. Toutefois, il rappelle que les effets secondaires à la suite de l’administration d’une dose de vaccin sont moins présents chez les jeunes.

Des effets graves, il n'y en a pas eu. c’est moins pire. Évidemment, il y aura peut-être un mal de bras, un mal de tête, mais rien de majeur, pour l’instant, qui est détecté chez les jeunes, explique-t-il.

Des parents heureux

Les parents rencontrés par Radio-Canada lors de la première journée de vaccination pour les jeunes âgés de 5 à 11 ans attendaient ce moment.

C’est la continuité pour que tout cela arrête et que ça aille bien , disait une mère.

Pour plusieurs, la vaccination est synonyme de rencontres familiales.

C’est pour avoir le privilège de fêter le temps des Fêtes qu’on n’a pas eu l’an passé , soulignait une femme. 

Au fond, c’est surtout pour pouvoir faire des fêtes en famille, se rapprocher des gens qu’on aime. Et pour éviter d’avoir peur de donner la COVID aux gens plus vulnérables , témoignait une autre.

Avec les informations de Flavie Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !