•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un foyer pour jeunes ferme subitement ses portes à Dalhousie

Édifice vert en arrière plan avec une rue en avant plan.

Le foyer de groupe Choices a fermé ses portes le 29 octobre en raison de difficultés financières.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Sans avertissement, le foyer de groupe Choices à Dalhousie a cessé ses opérations, le 29 octobre dernier. La fermeture, le 29 octobre dernier, a surpris les employés et plusieurs citoyens.

Le Dalhousie Choices Group Home Inc., un organisme sans but lucratif, a ouvert les portes de son foyer de groupe en 1987. L'endroit hébergeait des jeunes âgés entre 12 et 18 ans vivant des difficultés diverses.

La fermeture subite est attribuable aux difficultés financières que traverse l'organisme depuis de nombreuses années.

Dans une lettre du ministère provincial du Développement social datée du 1er novembre, dont Radio-Canada a obtenu copie, on apprend que l’organisme a déclaré un déficit de près de 160 000 $ pour l'exercice financier se terminant le 31 mars 2021.

On y apprend aussi que l’argent de divers fonds spéciaux visant à couvrir les avantages sociaux des employés et l’entretien de l'édifice a été utilisé pour des dépenses opérationnelles.

L’organisme doit de l’argent à plusieurs fournisseurs. Parmi les créditeurs qui attendent d’être payés, on note Travail sécuritaire NB pour un somme d’environ 23 000 $.

Sous-financement chronique

Homme avec lunettes et cheveux courts.

Allain Thériault était directeur du foyer Choices lors de sa fermeture le 29 octobre.

Photo : Radio-Canada

Selon Allain Thériault, directeur du foyer depuis 2013, la fermeture est causée par un sous-financement chronique de la province. Le gouvernement provincial est le seul bailleur de fonds du centre, par l’entremise du ministère du Développement social.

Il affirme avoir reçu des promesses d’un financement additionnel d’un ancien directeur régional de ce ministère, sans que l’argent arrive dans les coffres.

« Vraiment, il nous manque un financement de 6000 $ par mois pour arriver à zéro, pour finir notre mois. On parle d’un manque de 72 000 $ par année. »

— Une citation de  Allain Thériault, dernier directeur, Dalhousie Choices Group Home Inc.

Pire encore, selon Allain Thériault, le ministère a récemment demandé de réduire le budget de fonctionnement de 73 000 $. La province fournit actuellement 752 000 $ par année à l’organisme, en plus d’une somme de 10 000 $ par année pour l’entretien de l’édifice.

On ne pouvait déjà pas arriver. Donc, couper le budget d’une organisation qui est déjà dans la misère financièrement, ça ne peut pas fonctionner, ajoute celui qui était à l’emploi du foyer Choices depuis 24 ans.

Démission du conseil d'administration

La fermeture du foyer Choices a été accélérée par la démission de chacun des cinq membres du conseil d’administration au cours des derniers mois.

Le président Kevin Murphy affirme avoir démissionné durant l’été, mais il ne veut pas expliquer les raisons qui ont motivé son geste. Après une deuxième démission en septembre, les trois derniers membres du conseil d'administration ont démissionné en bloc le 8 octobre.

Les administrateurs à qui nous avons pu parler, ont confirmé leur départ, sans pour autant donner de détails pour justifier leur décision.

Devant l’absence d’un conseil d’administration, le Dalhousie Credit Union, l’institution financière de l’organisme, a gelé les comptes bancaires. Ce geste a sonné le glas du foyer, qui était alors incapable de payer les employés et les fournisseurs.

Maison verte avec édifice en brique avec tourelle en arrière-plan.

L'édifice abritant le foyer de groupe Choices de Dalhousie

Photo : Radio-Canada

Un financement « comparable », selon la province

Une porte-parole du ministère du Développement social indique que le financement obtenu par l’organisme est « comparable » à ce qui est alloué à chacun des 37 foyers de groupe de la province.

En raison de leurs difficultés financières, le ministère affirme avoir travaillé durant plusieurs années avec la direction de l’établissement afin de l'aider. Cependant, l’élaboration d’un plan de redressement financier ne s’est jamais manifestée, toujours selon cette porte-parole.

Le ministère assure que les derniers enfants hébergés dans ce foyer de groupe ont été pris en charge et placés dans des environnements appropriés qui répondent à leurs besoins.

Fermeture surprise

La fermeture du foyer de groupe Choices a pris tout le monde par surprise dans la communauté.

Les employés l’ont soit appris sur place après le départ des derniers jeunes, soit par téléphone ou encore par courrier électronique.

Des employés ne comprennent pas comment on a pu en arriver à fermer le foyer, leur milieu de travail.

Le Syndicat canadien de la fonction publique qui représente les 18 employés de l’établissement est aussi surpris par la fermeture. La représentante Janice Melanson ne sait pas comment ni quand les sommes dues aux employés seront réglées.

Homme à lunettes avec barbichette portant un manteau bleu devant bibiliothèque.

Le maire de Dalhousie, Normand Pelletie, est déçu de la fermeture du foyer de groupe Choices.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Dalhousie, Normand Pelletier, ignorait totalement que tout ne tournait pas rond dans les finances de ce foyer.

Il tente de trouver des réponses sur ce qui a mené à cette fermeture, tout en tentant de trouver des moyens pour sauver l’établissement qui œuvre dans sa ville depuis près de 35 ans.

« On essaye de voir ce qu’on peut faire pour essayer de sauver les meubles. Mais présentement, on se sent comme si le Titanic coulait et que nous n’avons pas de radeaux de sauvetage. »

— Une citation de  Normand Pelletier, maire de Dalhousie

Fermer avec dignité

Un peu plus de trois semaines après sa fermeture, les espoirs de sauver ce foyer pour adolescents d’une capacité de six lits semblent de plus en plus minces.

L’édifice, qui est situé en face de l’école élémentaire Académie Notre-Dame, appartient à un organisme sans conseil d'administration, donc sans aucune forme de pouvoir décisionnel.

Avec personne vers qui se tourner, Allain Thériault, le dernier directeur du foyer, ne sait même pas quoi faire avec les clés de l’édifice.

« Moi j’aimerais qu’on ferme avec dignité. Et que les sommes qu’on doit, qu’elles soient payées. On doit de l’argent à nos employés et aux commerçants locaux. »

— Une citation de  Allain Thériault, dernier directeur, Dalhousie Choices Group Home Inc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !