•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie touristique réclame la fin des tests PCR pour les voyageurs étrangers

bfb4a528293745ad85a6d002fbbd0594

Ornées de décorations de Noël, les rues du Vieux-Québec sont prêtes à accueillir les touristes.

Photo : Radio-Canada / Frederic Vigeant

Réunis à Québec, des acteurs de l'industrie du voyage exhortent le gouvernement fédéral à mettre fin aux tests PCR pour les voyageurs étrangers entièrement vaccinés qui entrent au Canada, une mesure jugée « irrationnelle » et « inutile ».

À compter du 30 novembre, les personnes qui quitteront le Canada par voies aériennes ou terrestres et qui y reviendront dans les 72 heures suivant leur départ seront dispensées de présenter un résultat négatif de test de dépistage de la COVID-19 à la frontière canadienne.

Or, cet allégement n'aide en rien la reprise de l'industrie canadienne selon la Table ronde canadienne du voyage et du tourisme.

On demande [d'aller] plus loin. Pour nous, la différence entre 72 et même 100 heures fait toute la différence pour notre industrie, estime Marjolaine De Sa, directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec.

Cela ne change rien pour les entreprises québécoises, grandes et petites, qui comptent sur les voyageurs internationaux. Au contraire, cette mesure permet aux gens de descendre aux États-Unis pour une fin de semaine et revenir plus facilement, ajoute-t-elle.

Les Américains qui comptent se rendre au Canada feront quand même l'objet d'un dépistage, peu importe la durée de leur séjour.

« Le test PCR cause un tort irréparable aux entreprises québécoises, locales et aux grands évènements québécois »

— Une citation de  Marjolaine De Sa, directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec

Prêts pour les clients étrangers

Selon l'industrie touristique, le taux de vaccination au Canada, parmi les plus élevés au monde, et le faible nombre d'hospitalisations, ne justifie pas plusieurs mesures toujours en place.

Maintenant, on est prêts à recevoir des clients, croit pour sa part Jean-François Côté, président de Destination Québec Cité et propriétaire d'hôtels.

Les derniers mois lui ont permis de mettre ses équipes en place. Là, on doit aller plus loin. On doit nous permettre [...] de recevoir des gens, de relancer notre industrie.

Des voyageurs attendent près d'un centre de dépistage à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Des voyageurs attendent près d'un centre de dépistage à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des centaines de millions $ perdus

Ce test-là n'a plus sa raison d'être, estime le directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, Patrick Dom.

« Les tests PCR, et je le vis quotidiennement [...] c'est 100 fois pire que ce j'avais imaginé. Les tests PCR sont un obstacle majeur. »

— Une citation de  Patrick Dom, directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec

Plusieurs équipes américaines, européennes, asiatiques, refusent de participer au tournoi en raison des frais trop élevés.

En temps normal, plus de 50 équipes proviennent des États-Unis. Cette année, le tournoi a eu de la difficulté à en recruter 40. Pour l'Europe, on a facilement une trentaine d'équipe, là [...] on est en bas de 15.

Le tournoi attire des milliers de jeunes normalement, qui passent près d'une dizaine de jours à Québec. C'est des centaines de millions de dollars qui sont perdus, croit M. Dom.

Flambée des cas en Europe

La demande de l'industrie touristique a lieu en même temps qu'une flambée importante du nombre de cas en Europe.

Depuis le début novembre, la hausse est causée notamment par cinq pays qui représentent à eux seuls plus de 50 % des nouveaux cas hebdomadaires de la région : la Russie, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Turquie et l'Ukraine.

Parmi ces pays, il y a ceux comme le Royaume-Uni où la courbe des hospitalisations ne suit pas celle des contaminations, grâce à la vaccination.

On a déjà une couche [de protection] qui est importante [la vaccination au Canada]. On n'est pas en train de demander que les gens pas vaccinés entrent. Ça, c'est super important, répond Luzana Rada, PDG de Global tourisme

L'Association hôtelière souligne que l'industrie touristique compte 400 000 employés au Québec et que les deux tiers des entreprises sont à l'extérieur des régions de Québec et de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !