•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination des enfants bien accueillie par le milieu scolaire à l’Î.-P.-É.

Gros plan sur l'épaule d'un garçon qui tient la manche de son chandail d'une main, et des mains d'un pédiatre qui tient une seringue.

Selon la santé publique de l’île, 70% des parents ont l’intention de faire vacciner leurs enfants.

Photo : getty images/istockphoto / Vadym Terelyuk

La campagne de vaccination contre la COVID-19 des enfants de 5 à 11 ans de l’Île-du-Prince-Édouard débute vendredi. Cette nouvelle réjouit des membres de la communauté scolaire de la province. 

Pour Gilles Arsenault, directeur de la Commission scolaire de langue française, l’immunisation des enfants d'âge scolaire est un pas important pour que les écoles puissent faire un retour graduel à la normale.

« Pour les gens du milieu scolaire, c’est une couche de protection supplémentaire. »

— Une citation de  Gilles Arsenault, directeur de la Commission scolaire de langue française

L’île a connu une éclosion à l’école West Royalty au début de l’automne, à la suite de la rentrée scolaire.

Plusieurs établissements scolaires de la région de Charlottetown ont été fermés temporairement, dont l’école francophone François-Buote.

L'école La Belle-Cloche à Souris a aussi dû être fermée pour une journée en septembre dernier, après qu'un cas de COVID-19 a été recensé dans cet établissement scolaire.

Gilles Arsenault pose pour la photo.

Pour Gilles Arsenault, directeur général de la Commission scolaire de langue française de l’île, les écoles auront un rôle important à jouer dans la vaccination des enfants.

Photo : Gracieuseté CSLF

Des parents pressés

Selon la santé publique de l’île, 70 % des parents ont l’intention de faire vacciner leurs enfants.

Melissa Bosredon fait partie du lot. Elle veut que sa fille de cinq ans qui fréquente l'école francophone de Charlottetown soit vaccinée le plus rapidement possible.

« C'est tout simplement pour la protéger. Je suis moi-même vaccinée, et son papa est aussi vacciné. »

— Une citation de  Melissa Bosredon

Pour cette mère de famille, la vaccination des enfants devrait réduire les risques d’éclosion de COVID-19 dans les écoles.

C’est important pour les protéger [les élèves] et pour que les écoles ne soient pas fermées, et qu’ils puissent avoir une scolarité de A à Z, ajoute-t-elle.

De droite à gauche, Melissa Bosredon ainsi que sa fille Ambre Fernandez et son conjoint Sylvain Fernandez.

De droite à gauche, Melissa Bosredon ainsi que sa fille Ambre Fernandez et son conjoint Sylvain Fernandez.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Selon Gilles Arsenault, de la commission scolaire, la plupart des parents dont les enfants fréquentent une école francophone souhaitent les faire vacciner dès que possible.

Pour plusieurs, ils ne vont même pas attendre qu’on offre la vaccination dans les écoles., ajoute-t-il.

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans débutera vendredi dans des cliniques de vaccination provinciales désignées pour cette tranche d’âge.

Des cliniques scolaires seront organisées pour les élèves de la 4e à la 6e année dès janvier prochain.

La médecin hygiéniste en chef de l'île, la Dre Heather Morrison, et la cheffe des soins infirmiers de l'île, Marion Dowling en conférence de presse.

La médecin hygiéniste en chef de l'île, la Dre Heather Morrison, et la cheffe des soins infirmiers de l'île, Marion Dowling ont expliqué les modalités de vaccination des enfants de 5 à 11 ans lors d'une conférence de presse, mardi.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Gilles Arsenault explique que la campagne de vaccination contre la COVID-19 dans les établissements scolaires sera semblable à d’autres campagnes, notamment celle contre la grippe.

Ce sera des journées désignées à laquelle les élèves devront se présenter, et les responsables de la vaccination vont coordonner les rendez-vous à l’intérieur de la journée scolaire, précise-t-il.

Le directeur de la Commission scolaire de langue française ajoute que la santé publique devrait contacter les parents dans les prochaines semaines afin d’obtenir leur consentement.

Pour Gilles Arsenault, les écoles auront un rôle important à jouer dans la vaccination des enfants.

Les écoles sont une partie intégrante du processus, parce qu’on dessert la plus grande majorité des enfants de la province, et on les a sur une base régulière et en groupe, déclare-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !