•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moncton cherche la source d’une forte odeur désagréable

Des maisons neuves.

Des résidents du quartier nord de Moncton se plaignent d'une forte odeur très désagréable depuis l'été dernier (archives).

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Radio-Canada

Les autorités municipales de Moncton au Nouveau-Brunswick cherchent la source d’une forte puanteur dont se plaignent des résidents du quartier nord. Selon eux, l’odeur est parfois si forte qu’il est difficile de rester dehors.

Le conseiller municipal Bryan Butler, qui représente le quartier 3, compare l’odeur à celle du fumier. Des résidents, selon lui, affirment qu’elle leur donne la nausée.

La Municipalité fera tout ce qui est en son pouvoir pour corriger le problème lorsque la source de la puanteur sera confirmée, promet M. Butler. Les autorités, dit-il, tiennent compte des renseignements fournis par le public.

Les citoyens ont commencé à se plaindre de cette odeur durant l’été, selon la directrice municipale de la planification et de la gestion de l’environnement, Élaine Aucoin. Les autorités municipales et provinciales reconnaissent l’existence du problème et elles communiquent régulièrement à ce sujet, explique-t-elle.

Les banlieues nord figurent parmi celles qui grandissent le plus rapidement à Moncton. La construction de maisons se rapproche peu à peu du secteur industriel du chemin de Berry Mills.

Les autorités effectuent des vérifications, notamment au site d’enfouissement des déchets géré par l’organisme régional Eco360 Sud-Est et aux installations de traitement des eaux usées de TransAqua.

Des fermes se trouvent aussi dans les environs.

Selon le directeur général de TransAqua, Kevin Rice, l’odeur peut être liée à diverses sources, dont des fermes voisines.

TransAqua a récemment modifié un processus secondaire, ce qui a augmenté d’environ 30 % sa production de compost.

L’enquête se poursuit. Entre-temps, TransAqua envisage certains changements dans l’espoir de réduire les odeurs émanant de ses propres installations.

D’après un reportage d’Alexandre Silberman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !