•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vendredi fou : les astuces d’un expert pour éviter de vous faire frauder en ligne

Un fraudeur devant un ordinateur portable.

Le nombre de fraudes liées à des achats en ligne a monté en flèche depuis le début de la pandémie.

Photo : getty images/istockphoto / ismagilov

C'est la nouvelle réalité : les mesures sanitaires liées à la COVID-19 en vigueur depuis mars 2020 ont incité les consommateurs à se tourner de plus en plus vers les achats en ligne pour se procurer des biens de consommation.

Le milieu criminel y a rapidement vu une occasion de se remplir les poches au détriment du consommateur qui cherche obstinément la bonne affaire pour toujours payer le moins cher possible.

En ce jour du Vendredi fou, voici donc quelques astuces pour éviter la désagréable expérience de s'être fait rouler dans la farine

L'être humain qui est derrière son ordinateur ou sa tablette reste le maillon le plus faible dans la chaîne de sécurité, lance d'entrée de jeu Martin Bélanger, directeur général de la cybersécurité chez Telus. Qui dit plus d'achalandage en ligne dit plus d'offres alléchantes, mais aussi, évidemment, plus de risques d'être victime de fraudeurs.

Le « https »

Quand vous naviguez sur les sites de détaillants, privilégiez ceux des marques reconnues pour diminuer les risques de fraudes. Assurez-vous aussi toujours de bien identifier si le site web en question est sécuritaire. Comme astuce, il suffit de regarder s'il y a un "s" après le "http" précédant l'adresse du site Internet, dans le haut de l'écran, conseille l'expert en cybersécurité.

Martin Bélanger dans son bureau, lors d'une entrevue en ligne.

Martin Bélanger, directeur général de la cybersécurité chez Telus, répond à nos questions pour prévenir la fraude en ligne à l'approche du Vendredi fou et du Cyberlundi.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Pascal Robidas

Ainsi, tout paiement en ligne devrait se faire avec un détaillant officiellement reconnu pour éviter de donner bêtement son numéro de carte de crédit à des inconnus.

Quand une offre est alléchante, on a tendance à cliquer rapidement sur le lien d'une annonce ou d'un courriel aux apparences crédibles. Autrefois, l'infographie et les fautes d'orthographe étaient des signaux d'alarme. Maintenant, les fraudeurs ont peaufiné leurs façons de faire pour voler. Ils recrutent des talents qui sont capables de reproduire l'image corporative de plusieurs détaillants officiels, souligne M. Bélanger.

Ne pas donner ses informations aux détaillants

Presque tous les détaillants reconnus offrent à leur clientèle en ligne de remplir un profil complet de leurs informations pour faciliter les achats ultérieurs. Ils utilisent des arguments tels que le repérage de colis à l'étape de la livraison ou encore la protection sous garantie des biens de consommation.

Le conseil que j'ai à vous donner, c'est d'éviter de faire ça. Soyez plutôt des acheteurs uniques. Vous aurez toujours l'option d'acheter en tant qu'"invité" au lieu de laisser des traces de vos informations personnelles. Si un jour, ce détaillant est ciblé par une cyberattaque, les données de toute sa clientèle se retrouveront sur le dark Web, met en garde l'expert en cybersécurité.

Une femme fait un achat en ligne.

Il faut en donner le moins possible aux détaillants.

Photo : iStock

Les criminels qui vont acheter ces données personnelles pourront en profiter pour se faire passer pour vous pour faire des achats en votre nom.

Le mot de passe trop facile

C'est un secret de polichinelle que l'utilisation d'un mot de passe trop simpliste et répétitif pour plusieurs comptes en ligne augmente les risques de fraude et de vol d'identité.

Vous créez des profils en ligne pour ouvrir des profils sur les réseaux sociaux, pour avoir des comptes clients, etc. Une grande tendance, c'est que les gens utilisent le même courriel pour se connecter à toutes ces plateformes-là. Évidemment, c'est un grand risque. Le jour où votre courriel et votre mot de passe se retrouvent en vente sur le dark Web, vous êtes à risque d'un vol d'identité. Ça ouvre aussi la porte à faire des achats en votre nom, explique Martin Bélanger.

Le spécialiste en cybersécurité recommande donc d'alterner non seulement le courriel, mais aussi le mot de passe, si vous possédez plusieurs comptes ou profils en ligne. Il reconnaît que l'exercice peut être laborieux, mais un vol d'identité est davantage compliqué à récupérer, une fois le mal accompli.

Affiche indiquant les coordonnées du Centre antifraude du Canada : 1-888-495-8501
www.antifraudcentre-centreantifraude.ca

Le Centre antifraude du Canada reçoit les plaintes de citoyens qui pensent être victimes de stratagèmes frauduleux.

Photo : Radio-Canada

Des fraudes en ligne coûteuses au Canada en 2020

Marchandise (achats non reçus, faux billets de spectacle, etc.) :

  • 3354 plaintes totalisant des pertes financières de 8,7 millions de dollars

Fraude liée à la vente (paiements fictifs, marchandise contrefaite) :

  • 2320 plaintes totalisant des pertes financières de 4,2 millions de dollars

Faux prix gagnés :

  • 754 plaintes totalisant des pertes financières de 3,5 millions de dollars

Hameçonnage (courriels ou textos qui semblent provenir d'une source légitime pour obtenir de l'argent ou des données personnelles) :

  • 1049 plaintes totalisant des pertes financières de 14,4 millions de dollars

Extorsion (appel automatisé de fausses menaces de l'Agence du revenu du Canada, ou encore de l'Agence des services frontaliers) :

  • 17 390 plaintes totalisant des pertes financières de 12,5 millions de dollars

Source : Centre antifraude du Canada

Pour signaler une fraude :

Sans frais : 1 888 495-8501

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !