•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tous les transports en commun accessibles en Autriche grâce au Klimaticket

Pour un peu plus de 1000 euros par année, les résidents de l'Autriche, un pays d’environ 9 millions d’habitants, peuvent voyager à bord de tous les trains, autobus, tramways et métros du pays.

Un train à la gare centrale de Vienne, en Autriche.

Les trains publics et privés d'Autriche sont maintenant accessibles avec une seule et unique carte de transport.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

« C’est une véritable révolution dans les transports en commun en Autriche », a déclaré la ministre de l’Environnement Leonore Gewessler au moment de lancer ce nouvel abonnement annuel, appelé Klimaticket.

Pour l’équivalent d’environ trois euros par jour, les Autrichiens ont désormais accès à pratiquement tous les systèmes de transports du pays, du métro de Vienne aux trains qui relient la capitale au Tyrol.

Le concept existe déjà en Suisse. Mais dans ce pays beaucoup plus petit, l’abonnement est nettement plus cher que celui qui est offert en Autriche voisine.

En plus du prix attractif, le gouvernement vante la simplicité de ce nouveau titre de transport.

« On n'a plus besoin de se poser la question : "Comment vais-je acheter mon billet? Est-ce que je peux l’acheter dans le bus ou est-ce que je dois l’acheter avant de monter à bord?" »

— Une citation de  Leonore Gewessler, ministre de l’Environnement d’Autriche

J’ai vraiment dû m’habituer à ne pas m’acheter de billet. C’était étrange au début, admet Andreas Lindinger, un consultant en développement durable, qui s’est rapidement procuré la carte.

Le consultant en développement durable Andreas Lindinger.

Le consultant en développement durable Andreas Lindinger s'est rapidement procuré son Klimaticket.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Le Klimaticket n’est en vente que depuis quelques semaines, mais sa popularité se constate déjà. Plus de 130 000 abonnements auraient déjà été vendus à travers le pays.

Les gens se sont rués vers les points de vente. Il y avait de longues files. Donc l’intérêt au sein de la population est très grand, explique Andrej Korenic, chercheur à l’Université de technologie de Vienne.

Suffisant pour encourager une transition dans les transports?

L’introduction de ce titre de transport universel fait partie d’une stratégie du gouvernement autrichien qui vise la carboneutralité d’ici 2040.

Une publicité du Klimaticket à la gare de Vienne, en Autriche.

130 000 abonnements du Klimaticket ont été vendus depuis son lancement en octobre.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Mais Andrej Korenic doute qu’à lui seul le Klimaticket encourage suffisamment d’automobilistes à abandonner leur voiture au profit des transports publics.

« Le prix n’est pas l’unique facteur ni le plus important quand vient le temps de choisir entre la voiture et le transport en commun. »

— Une citation de  Andrej Korenic, chercheur à l’Université de technologie de Vienne

En plus des prix, il faut rendre le transport en commun plus attractif, ajoute Sebastian Kummer, directeur de l’Institut de transport et de logistique à l’Université de Vienne pour l’économie et les affaires.

L’expert souligne par exemple qu’une proportion importante de la population autrichienne vit à l’extérieur des grands centres urbains, où l’accès au réseau ferroviaire est limité.

Le chercheur Sebastian Kummer, spécialiste des questions de transport et de mobilité.

Le chercheur Sebastian Kummer croit qu'il faudra plus que des prix abordables pour assurer une transition dans la mobilité en Autriche.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Selon Sebastien Kummer, il est donc primordial que l’initiative s’accompagne d’investissements dans les infrastructures de transport.

Les routes principales, Vienne-Salzbourg par exemple, sont déjà remplies. Si la demande augmente, il faudra ajuster l’offre, souligne-t-il, en précisant qu’avec l’introduction du Klimaticket, plus d’usagers pourraient voyager sur ces trajets.

À ce chapitre, l’Autriche a annoncé un investissement de plus de 2 milliards d’euros pour son réseau ferroviaire en 2021.

Par ailleurs, le gouvernement devra aussi débourser pour financer les coûts associés au Klimaticket. Vienne prévoit ainsi investir 150 millions d’euros annuellement, et même plus pour la première année, afin de compenser financièrement tous les réseaux publics et privés de transports en commun que les propriétaires de la carte peuvent utiliser.

Un tramway à Vienne, la capitale de l'Autriche.

Le transport en commun est déjà le mode de mobilité le plus utilisé à Vienne, la capitale autrichienne.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Je pense que c’est juste d’investir dans le transport durable et dans cet abonnement, lance le consultant Andreas Lindinger, qui souligne que le gouvernement investit aussi beaucoup d’argent pour entretenir son réseau routier.

S’il salue les possibles impacts du Klimaticket sur le front du développement durable, Andreas Lindinger se réjouit également des avantages que la carte représente pour lui en tant qu’usager.

Avec le même titre de transport, il peut régulièrement prendre le train pour rendre visite à ses parents qui vivent dans une autre région du pays. Son abonnement lui permettra également de se déplacer régulièrement pour s’adonner à sa passion : la randonnée près des montages et des lacs dont regorge l’Autriche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !