•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de l’Abbé Raymond-Sévigny, figure de proue de la lutte des Franco-Albertains

Une photo en noir et blanc montrant l'Abbé Raymond-Sévigny lorsqu'il était jeune.

L'Abbé Raymond-Sévigny a œuvré dans les paroisses francophones Immaculée-Conception, Sainte-Anne et Saint-Thomas d'Aquin.

Photo : Radio-Canada

La communauté franco-albertaine a perdu dimanche un de ses guides spirituels importants. L’abbé Raymond-Sévigny, qui a œuvré dans les paroisses francophones Immaculée-Conception, Sainte-Anne et St-Thomas d’Aquin, s’est éteint à l’âge de 85 ans.

Ardent défenseur de la communauté francophone catholique d’Edmonton, les paroissiens Claudette Roy et Yvon Mahé se souviennent de lui comme d’un homme intègre, amoureux de la culture canadienne-française et habité par une force tranquille. Selon eux, le religieux a fait sa marque dans la francophonie à plus d'un égard.

L'homme qui a souffert de l'assimilation dans sa jeunesse a notamment contribué à l'ouverture de l'École Maurice-Lavallée, première école francophone d’Edmonton financée par des fonds publics.

Il a appuyé ouvertement et sans équivoque les efforts en vue de l’obtention de l’école, et après l’École Notre-Dame et il ne se gênait pas de faire ça. Il ne disait pas : "C’est pas l’affaire de l’église", il comprenait vraiment, raconte la présidente de la Société historique francophone de l’Alberta, Claudette Roy, elle-même une figure de proue du combat pour les écoles francophones en Alberta.

Claudette Roy et Yvon Mahé regardent des photos de  l'abbé Raymond-Sévigny.

Claudette Roy et Yvon Mahé ont fréquenté l'abbé Raymond-Sévigny pendant des décennies.

Photo : Radio-Canada

S’il n’avait pas été là [...] je pense qu’on aurait été envahi par des vagues d’assimilation et des vagues de restructuration dans l’église. On a déjà perdu deux paroisses, mais on aurait pu en perdre quatre, cinq, ajoute Yvon Mahé, qui a côtoyé l’Abbé Raymond-Sévigny jusqu’à sa mort.

Pour lui, le religieux a donné sa vie pour la communauté francophone catholique d’Edmonton.

La principale raison pour laquelle il était important en tant que prêtre c’est qu’il avait compris que dans son arc-en-ciel culturel il y avait une couleur qui était sa couleur d'origine natale qui avait beaucoup diminué [...] et il voulait la redécouvrir, dit-il.

L'Abbé Raymond-Sévigny.

L'Abbé Raymond-Sévigny était un grand défenseur de la francophonie en Alberta.

Photo : Fonds Abbé Raymond-Sévigny

Il ajoute que l’Abbé Raymond-Sévigny était très respecté des évêques de la province.

Je me souviendrai toujours de sa manière d’apporter une vérité intérieure par rapport à la communauté catholique francophone d’Edmonton qui ne m’aurait pas paru évidente de prime abord. Les évêques l’écoutaient avec une attention quasiment sacrée, se souvient Yvon Mahé, qui affirme avoir assisté à plusieurs de ces rencontres.

Un homme au service de sa communauté

Pour Claudette Roy et Yvon Mahé, l’Abbé Raymond-Sévigny était avant tout un homme simple et proche de sa communauté.

Moi j’aimerais dire de Raymond que c’était un homme qui se trouvait homme ordinaire. Je pense que c’est ce qui faisait qu’il voulait être incarné dans la communauté, en faire partie, goûter ses saveurs, mais ne pas la dominer, affirme Yvon Mahé.

Il raconte que l’homme portait rarement son col romain et prenait souvent part aux fêtes familiales dans la communauté.

Il aimait les barbecues et le vin rouge. Quand il était invité à des fêtes ou des anniversaires, il y allait, ajoute Claudette Roy, amusée.

En 2014, le religieux a créé le Fonds Abbé Raymond-Sévigny pour appuyer la vitalité pastorale catholique francophone à Edmonton et les initiatives visant les jeunes de 25 ans et moins. Il a également été récipiendaire du prix Marguerite-Dentinger de l'Association canadienne-française (ACFA), en 2018.

Avec les informations de Lounan Charpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !