•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antilles françaises : éruption de violences et tirs sur les forces de l’ordre

Des branches et des pneus brûlés sur une route à Le Gosier, près de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

Des branches et des pneus brûlés sur une route à Le Gosier, près de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

Photo : afp via getty images / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Agence France-Presse

La Martinique et la Guadeloupe, deux îles des Antilles françaises, sont secouées par un mouvement social et de contestation des mesures sanitaires qui a vite été émaillé de violences, y compris de tirs contre les forces de l'ordre dans la nuit de lundi à mardi.

Le mouvement de contestation de la vaccination obligatoire contre la COVID-19 pour le personnel soignant et les pompiers a été déclenché le 15 novembre en Guadeloupe, avec un appel à la grève générale d'un collectif d'organisations syndicales et citoyennes. Celles-ci réclament aussi la hausse des salaires et des minima sociaux (allocations aux plus démunis) ainsi que la baisse des prix des carburants et du gaz.

Il a dégénéré les jours suivants, avec des barricades, des pillages de magasins, des incendies et même un vol d'armes et de munitions dans un poste de garde-côtes de la douane, à Pointe-à-Pitre, le chef-lieu de la Guadeloupe.

La Martinique a embrayé une semaine plus tard, lundi, les manifestants y bloquant notamment les principaux axes routiers.

Dans la nuit de lundi à mardi, policiers et pompiers ont été la cible de tirs d'arme à feu à Fort-de-France (Martinique) sans qu'il y ait de blessés, selon le Parquet, mais aussi en Guadeloupe, selon le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

La situation est toujours très difficile, a estimé ce dernier mardi, ajoutant que ce qui est certain, c'est que le rétablissement de l'ordre public est le préalable à toute discussion.

La veille, pour tenter de sortir de l'impasse, le gouvernement français avait annoncé la création d'une instance de dialogue pour accompagner les soignants et les pompiers opposés à l'obligation vaccinale.

Selon Sébastien Lecornu, le ministre des Outre-mer, les violences sont le fait de personnes qui sont malheureusement déjà défavorablement connues des services de police ou de la justice, qui se servent de cette crise pour s'exprimer dans la violence.

Selon les autorités françaises, plus de 90 interpellations et plus de 60 gardes à vue ont eu lieu depuis le début de la crise.

Renfort et prolongation du couvre-feu

Quelque 250 policiers et gendarmes ont été envoyés en renfort et un couvre-feu, qui expirait mardi mais qui a été prolongé jusqu'au dimanche 28 novembre, a été instauré de 23 h à 5 h, heure locale.

Mardi, les réseaux de transport en commun étaient totalement à l'arrêt en Martinique, car des barrages bloquaient les principaux axes routiers. En Guadeloupe, les stigmates de la semaine de contestation restaient aussi visibles sur plusieurs routes.

D'après M. Lecornu, il ne s'agit pas d'une question sanitaire et sociale.

Le président Emmanuel Macron avait déjà dénoncé lundi ceux qui utilisent la santé des Françaises et des Français pour mener des combats politiques.

« L'exaspération contre l'état d'abandon », dit Mélenchon

Mais le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon a estimé que le fond de l'affaire était l'exaspération contre l'état d'abandon.

La Guadeloupe et la Martinique sont deux départements français frappés, comme les autres départements d'outre-mer, par une pauvreté plus marquée et un taux de chômage supérieur à celui de la métropole.

En Guadeloupe, 34,5 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté national, avec un fort taux de chômage (19 %), selon les données de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

La Martinique est certes la région d'outre-mer la moins touchée par le chômage (12,4 % en 2020) et la pauvreté, mais celle-ci y est également très présente : Le taux de pauvreté [était] de 29,8 % en 2018, soit près de deux fois plus qu'au niveau national, avec des inégalités de niveaux de vie plus grandes qu'en France métropolitaine, selon l'INSEE.

Vue aérienne d'une route coupée avec des voitures brûlées.

Des voitures brûlées coupant une route à Petit-Bourg en Guadeloupe.

Photo : Reuters / RICARDO ARDUENGO

« Scandale du chlordécone »

Par ailleurs, l'opposition aux vaccins reflète, selon des sociologues, la défiance de la population à l'égard des autorités depuis le scandale du chlordécone.

Considéré comme perturbateur endocrinien et cancérogène probable, ce pesticide interdit en France en 1990 est resté autorisé dans les champs de bananes de Martinique et de Guadeloupe par dérogation ministérielle jusqu'en 1993, ce qui a provoqué une pollution importante et durable.

Mais depuis que la Guadeloupe a été frappée de plein fouet l'été dernier par la pandémie, le taux de vaccination a progressé.

Il atteint désormais près de 90 % chez les soignants et approche 50 % dans la population générale – loin toutefois des plus de 75 % de vaccinés en métropole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !