•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un compromis avec Hydro-Québec fait baisser la tension à Cap-au-Renard

Le régulateur de tension est situé très près des maisons.

Le régulateur de tension est situé très près des maisons.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Grâce à un compromis survenu entre Hydro-Québec et diverses instances locales, le régulateur de tension qui incommode les résidents de Cap-au-Renard sera remplacé avant l’hiver, comme prévu, mais déplacé l’an prochain.

Considéré comme une nuisance sonore et visuelle par une majorité de citoyens du secteur de Cap-au-Renard, qui fait partie du village de La Martre, l’équipement devait être remplacé début novembre.

Une trentaine de citoyens s'étaient rassemblés pour bloquer l'accès au site aux employés d’Hydro-Québec. Ils réclamaient que la société d’État profite du remplacement de l'équipement pour l’installer ailleurs.

Les résidents s'opposent à l'installation de régulateurs.

Une trentaine de résidents de Cap-au-Renard manifestaient contre l'installation de régulateurs par Hydro-Québec.

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Les discussions se poursuivaient depuis entre la société d'État, la Municipalité et le comité de citoyens de La Martre, ainsi qu'avec la MRC de La Haute-Gaspésie.

Cette dernière s’est engagée à payer la moitié des coûts de déplacement du régulateur, évalués entre 40 000 $ et 50 000 $.

On va avoir recours entre autres au Programme pour embellir les voies publiques d’Hydro-Québec pour monter le financement, indique le nouveau préfet de la MRC de La Haute-Gaspésie, Guy Bernatchez. La Municipalité de La Martre sera porteuse du dossier.

Il promet toutefois de poursuivre les démarches pour faire baisser la facture.

On a fait des pressions pour qu’Hydro assume les frais à 100 %, mais là, on a accepté d’en payer la moitié pour faire avancer le dossier, mentionne le préfet.

Compromis jugé acceptable

Le compromis est jugé acceptable par Laurence Boisvert et Camille Arsenault Hétu, deux citoyennes en pourparlers avec Hydro-Québec depuis l’été dernier. Elles y voient une entente satisfaisante pour l'instant même s’il faudra attendre des mois avant de voir disparaître l’installation. Il y aurait pu avoir des coupures de courant si le régulateur n’était pas remplacé. Personne ne veut causer de problèmes aux citoyens et aux entreprises, assure Camille Arsenault Hétu.

Laurence Boisvert et Camille Arsenault Hétu

Laurence Boisvert et Camille Arsenault Hétu estiment que la grande mobilisation des citoyens a fait bouger les choses.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Ce compromis est acceptable dans la mesure où les engagements, qui sont verbaux jusqu’à maintenant, seront respectés, estime pour sa part Laurence Boisvert.

Les deux se réjouissent de voir à quel point les citoyens sont restés mobilisés. Avec l'aide des médias, entre autres, ça a mis de la pression, puis on a parlé au député, au préfet, tout ça a fait avancer les choses, mentionne Camille Arsenault Hétu.

Le temps presse pour remplacer le vieux régulateur

Les travaux devraient commencer cette semaine pour remplacer le vieux régulateur. Le temps presse selon Hydro-Québec.

Stéphane Dumaresq, porte-parole d'Hydro-Québec

Stéphane Dumaresq, porte-parole d'Hydro-Québec

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Le régulateur est nécessaire pour la sécurité et la qualité du service électrique de Marsoui et La Martre. On en a besoin particulièrement l’hiver, explique le porte-parole de la société d’État, Stéphane Dumaresq. Il doit être reconstruit.

Les travaux sont commencés et devraient être achevés idéalement le 1er décembre.

Hydro-Québec devra ensuite enclencher les démarches pour trouver un autre endroit, ajoute M. Dumaresq. Il y a plusieurs étapes. Le nouveau site doit répondre à divers critères techniques et d’acceptabilité sociale. Il faudra ensuite obtenir les autorisations etc.

Un endroit situé à l’ouest de Cap-au-Renard avait été ciblé l’été dernier par le comité de citoyens. Selon M. Dumaresq, Hydro-Québec en fera une étude pour vérifier s’il satisfait tous les critères exigés.

Avec les informations de Bruno Lelièvre et Marguerite Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !