•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonnardel répond aux détracteurs du tunnel et du tramway

François Bonnardel présente un 3e lien « carboneutre », Catherine Dorion l’accuse de « greenwashing ».

François Bonnardel derrière le podium lors de la conférence de presse avec la carte du Réseau express de la Capitale en arrière-plan. (archives)

Le ministre des Transports, François Bonnardel, lors de l'annonce sur le tunnel Québec-Lévis

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Deux semaines après la publication de la lettre de Régis Labeaume s’attaquant au projet de tunnel Québec-Lévis, le ministre des Transports se porte à la défense du Réseau express de la Capitale. Dans un message publié sur les médias sociaux, François Bonnardel ne s'adresse pas directement à l’ancien maire de Québec, mais il réplique à certains de ses arguments.

Dans son message, M. Bonnardel dit miser notamment sur l’aspect vert dans sa défense du projet de tunnel. Il affirme que la construction du 3e lien sera carboneutre.

Une idée complètement farfelue, réagit en entrevue à Radio-Canada la députée solidaire Catherine Dorion qui milite contre le projet.

Le ministre va encore plus loin. Rappelons que ce nouveau lien, à l’est, permettra la mise en service d’une offre de transport collectif inédite, 100 % électrique faut-il le souligner, entre les centres des deux plus grandes villes de l’est du Québec, écrit-il.

Il souligne que le tunnel ne sera pratiquement utilisé que par des voitures qui n’émettront pas de gaz à effet de serre (GES), puisqu’il ne sera plus possible d’acheter des voitures à essence quand il sera en service.

Entre 2035 et 2045, le Québec devrait assister à la conversion de l’essentiel de son parc automobile en véhicules zéro émission, avance le ministre.

« Je sais que ces faits ne conviennent pas à certains opposants au tunnel, qui se plaisent à tort d’en faire un symbole d’augmentation des gaz à effet de serre, mais les faits sont les faits. »

— Une citation de  François Bonnardel, ministre des Transports

La députée solidaire accuse le ministre des Transports de faire de l'écoblanchiment.

Il s'essaye avec le greenwashing, faire de l'écoblanchiment, pis nous faire accroire comme dans le temps de GNL que ça va être ben vert pis carboneutre et tout ça, mais les gens sont de moins en moins innocents par rapport à ça, a-t-elle répliqué.

Dans sa publication, M. Bonnardel assure aussi que la construction de ce nouveau lien répondra à l’important problème de mobilité entre Québec et la Rive-Sud en soulignant que les périodes de pointe sont passées de deux à trois heures dans les deux dernières décennies.

Et si la tendance se maintient, l’heure de pointe deviendra de plus en plus infernale sur les ponts, puisque le parc automobile sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Québec devrait passer de 546 019 à 633 678 véhicules au cours des 10 prochaines années.

Enfin, le ministre des Transports souligne l’âge des ponts.

« Combien de sociétés dans le monde toléreraient que leur population dépende entièrement d’infrastructures aussi vieillissantes sans déterminer celles qui les remplaceront? »

— Une citation de  François Bonnardel, ministre des Transports

À cela, Catherine Dorion n’a pas tardé à répliquer par un gazouillis. Le ministre Bonnardel parle souvent des deux ponts "vieillissants"... J’aimerais lui rappeler que le pont Pierre-Laporte est 3 ans plus jeune que lui. Perso je trouve que le ministre des Transports est encore tout jeune et je suis sûre qu’il prévoit servir encore longtemps.

Le tramway

François Bonnardel tente aussi de rallier la population derrière le tramway. Dépassement de coûts, rapport défavorable du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, échec du processus d'approvisionnement, le ministre reconnaît que les embûches sont nombreuses. Mais il réitère sa détermination à mener ce projet à terme.

Pendant que certains font de la politique avec ce projet et voudraient accuser l’un ou l’autre des partenaires de tous les torts, nous gardons en tête deux objectifs fondamentaux : lutter contre la congestion avec un projet de transport moderne et faire profiter tout le Québec des retombées économiques de cet investissement en visant les plus hauts standards de contenu local dans les appels d’offres.

Il rappelle que cette colonne vertébrale pour le transport collectif à Québec aura des effets structurants pour les 100 prochaines années tant sur le plan de la mobilité que sur celui de l’économie de cette magnifique région.

Conscient du fait que le Réseau express de la Capitale, qui comprend le tramway et le tunnel, soulève de nombreuses interrogations au sein de la population, il invite les citoyens à consulter la foire aux questions du site Internet du Réseau.

Pour sa part, la députée de Taschereau demeure sceptique quant aux réelles intentions de la Coalition avenir Québec de réaliser le projet de tramway. La Coalition avenir Québec il y a ce qu'ils disent et il y a ce qu'ils font. Quand on regarde les actions, tous les moments où ils ont travaillé à ralentir le projet de tramway, tu te dis clairement, s'ils voulaient le saboter, ils ne feraient pas mieux que ça.

Avec les informations de Louise Boisvert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !