•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de pêche hivernale du flétan à des fins scientifiques dans le Saguenay

Le village de pêche blanche à l'Anse-à-Benjamin, à la Baie.

Le village de pêche blanche à l'Anse-à-Benjamin, à la Baie.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Pêches et Océans Canada approuve un projet de pêche hivernale du flétan atlantique à des fins scientifiques dans le fjord du Saguenay au cours des hivers 2022 et 2023.

Le projet, annoncé par communiqué mardi, sera mené par le Comité de bassin de la baie des Ha! Ha! (CBBH). Il permettra d’acquérir des connaissances scientifiques additionnelles sur l'espèce et sa présence dans le fjord du Saguenay. Il prendra place à l’intérieur des saisons régulières de pêche récréative hivernale du poisson de fond.

La pêche du flétan atlantique n'est plus permise dans le fjord depuis qu'un moratoire a été instauré en 1998.

Charles Gagnon-Brassard et son flétan

Charles Gagnon-Brassard avait posé avec son flétan, capturé accidentellement puis remis à l'eau en février 2016.

Photo : Radio-Canada

100 flétans par hiver

Pêches et Océans Canada délivrera un permis de pêche à des fins scientifiques au comité de bassin, qui sera chargé de désigner des participants en vertu de ce permis, a précisé le communiqué. Le nombre total de prises admissible pour l’ensemble des participants désignés, et pour chaque saison, sera de 100 spécimens. De plus, la taille minimale légale de capture sera de 85 cm, comme c’est le cas pour la pêche commerciale.

Le projet vise à déterminer si la population de flétans du Saguenay est isolée des autres de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent, comme le suggèrent des études.

La nouvelle a grandement réjoui Rémi Aubin, administrateur au sein du comité de bassin et président de l'organisme Promotion pêche, qui s'est beaucoup impliqué dans ce projet.

Il va y avoir une modalité bien sûr, mais je vais avoir le droit de conserver un flétan. Supposons que je prends un flétan de 300 livres, que je réussis à le monter jusqu'en haut, bien il va y avoir aussi un travail que j'ai à faire pour les scientifiques parce qu'il va y avoir un prélèvement qui va être fait de certains organes que les scientifiques vont demander, parce que les scientifiques ont besoin de savoir, par exemple, la reproduction, est-ce que c'est une population puits, est-ce que c'est une population du Saint-Laurent, a raconté Rémi Aubin au micro de Place publique mardi après-midi.

Il a ajouté que la façon de faire pour choisir les pêcheurs sera connue plus tard, mais qu'une bonne quantité d'entre eux sera nécessaire.

Une pétition

En février dernier, le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, avait déposé une pétition à la Chambre des communes demandant le retour de la pêche au flétan dans le Saguenay. Elle avait recueilli 888 signatures.

Marc-André Galbrant, Rémi Aubin et Richard Martel montrent la pétition.

Marc-André Galbrant et le spécialiste de la pêche Rémi Aubin ont présenté la pétition au député Richard Martel.

Photo : Radio-Canada

Je suis satisfait, mais on va servir un petit peu de scientifiques. [...] Ça ne sera pas comme de la pêche récréative, mais on est content de ça, a commenté Richard Martel, interrogé en marge de la rentrée parlementaire à Ottawa mardi.

À la fin de la première année de réalisation, une évaluation du projet et de ses impacts sera effectuée afin de déterminer si des modifications seront nécessaires pour sa poursuite, l’année suivante.

Le retour de la pêche récréative?

Il est évidemment trop tôt, selon Rémi Aubin, pour déterminer si un jour la pêche récréative pourra être possible de nouveau. Cependant, les nouvelles connaissances aideront les scientifiques.

Avant d'établir quelque chose, je pense qu'il faut d'abord comprendre le déplacement, comprendre le poisson dans le Saguenay et, par la suite, peut-être rêver à d'autre chose, mais il y a des étapes à respecter dans tout ça. Là, on est aux étapes de comprendre. Des études vont se faire sur le poisson, mais là on fait un travail scientifique, donc c'est vraiment valorisant pour les pêcheurs. On va aider un peu à comprendre une espèce de poisson qui est encore mal connue, a-t-il conclu.

Le comité de bassin comprend notamment, en plus de Rémi Aubin, le conseiller municipal Martin Harvey, le directeur général de Contact Nature, Marc-André Galbrand, ainsi qu'une représentante du Comité ZIP Saguenay-Charlevoix.

Michel Tremblay étendu à côté du flétan.

Ce flétan de 79 kilos avait été pêché en mars 2018. Il avait été remis à l'eau, comme l'exige la loi.

Photo : Boris et Michel Tremblay

De gros poissons

Des captures accidentelles se produisent parfois sur les glaces du Saguenay et les pêcheurs doivent alors remettre les poissons à l'eau.

Les grosses captures sont souvent rapportées dans les médias, avec des photos des pêcheurs étendus avec leur gros poisson. En février 2016 par exemple, un flétan de 70 kilos avait été pêché. En mars 2018, un autre flétan avait atteint 79 kilos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !