•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt les premiers travaux à la maison d’enfance de René Lévesque

La maison d'enfance de René Lévesque, après le retrait de la végétation qui l'entourait.

La végétation qui entourait la maison qui a été retirée au cours des dernières semaines. On peut désormais constater l'état de délabrement du bâtiment.

Photo : Gracieuseté de David Thibault

Roxanne Langlois

Deux mois après l’annonce de son acquisition par le gouvernement du Québec, la maison d’enfance de l’ex-premier ministre du Québec René Lévesque, située à New Carlisle, s'apprête à subir de premiers travaux afin de protéger les lieux qui ont manqué d’entretien au fil des ans.

Un contrat a récemment été octroyé par la Société québécoise des infrastructures. Selon le ministère de la Culture et des Communications (ministère de la Culture et des Communications), cette entente vise la réalisation de certains travaux de base pour éviter que la maison, dans un état de dégradation avancé, ne se détériore davantage. Ceux-ci devrait débuter sous peu.

On aperçoit la façade et un côté de la maison.

La maison a manqué d'entretien au fil des ans.

Photo : Gracieuseté de David Thibault

Le ministère travaille présentement à sécuriser le bâtiment et à établir son carnet de santé afin de prévoir les travaux de restauration, dont ceux qui devront être réalisés à court terme pour assurer sa protection jusqu’au printemps 2022, explique l’équipe des relations médias du ministère de la Culture et des Communications dans un courriel reçu par Radio-Canada.

Le chantier en cours consiste donc essentiellement à l’enlèvement des moisissures à l’intérieur ainsi qu’à certains travaux temporaires qui contribueront à éviter les infiltrations. Plus tôt cet automne, du débroussaillage a également eu lieu sur le terrain de la résidence afin de la dégager.

La maison était presque envahie par la végétation lors du passage de Radio-Canada, à la fin du mois de septembre

Lors de l'annonce de son acquisition par Québec, la maison d'enfance de René Lévesque était presque envahie par la végétation. (archives)

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Le nouveau maire de New Carlisle, David Thibault, suit de près l’évolution du dossier. Désirant redynamiser la petite municipalité d’environ 1400 habitants, l’élu voit dans ce projet une belle opportunité de rayonnement. Moi, je veux que les gens s’arrêtent à New Carlisle, lance-t-il d’emblée.

« En tant que maire, ce que j’aimerais voir, c’est une restauration quasiment complète, à l’intérieur et à l’extérieur, pour que ça devienne un attrait dans la municipalité, que [pour les gens qui viennent] visiter l’Espace René-Lévesque, [ce soit un] deuxième stop d’aller voir la maison de René Lévesque, là où il a grandi. »

— Une citation de  David Thibault, maire de New Carlisle

Des échanges ont déjà eu lieu entre la direction générale de New Carlisle et le ministère de la Culture et des Communications afin de discuter des étapes à venir.

Le 16, rue de Mountsorrel, où René Lévesque a vécu jusqu’à l'âge de 14 ans, a été reconnu monument historique en 1995 par le gouvernement péquiste de Jacques Parizeau. La maison a été construite en 1905. L’expropriation de l’ancien propriétaire, autorisée par décret en 2019, a été parachevée cet automne.

Prêts à collaborer

L’Espace René-Lévesque a ouvert ses portes en 2018 afin de rendre hommage au célèbre politicien et journaliste. Les bénévoles derrière ce projet avaient préalablement tenté, pendant plusieurs années, d’acquérir sa maison d’enfance.

Faute d’être parvenus à s’entendre avec le propriétaire de l’époque, ils avaient finalement opté pour la mise en œuvre d’un jardin-musée sur la route 132, un projet évalué à environ 2 millions de dollars.

L'Espace René-Lévesque, photographié lors de son inauguration, en 2018 (archives)

L'Espace René-Lévesque, photographié lors de son inauguration, en 2018 (archives)

Photo : Radio-Canada

Le président de l’Espace René-Lévesque, Gaétan Lelièvre, accueille très positivement l’acquisition des lieux par le ministère de la Culture et des Communications ainsi que le début imminent des travaux sur place.  L’important, c’est de sauver le bâtiment, défend-il.

M. Lelièvre explique qu’une rencontre virtuelle intéressante et rassurante entre le ministère et des représentants de l’Espace René-Lévesque a récemment eu lieu. L’organisation gaspésienne a offert sa pleine collaboration à Québec afin que la maison devienne un lieu complémentaire à ce qui est déjà proposé à proximité.

« On sent une réelle ouverture de la part de la ministre [Nathalie] Roy pour collaborer avec l’Espace-René Lévesque […]. Ce que l’on veut vraiment éviter, c’est un dédoublement ou une compétition. »

— Une citation de  Gaétan Lelièvre, président de l’Espace René-Lévesque

Le président rappelle que les discussions entourant la vocation du bâtiment viendront après les travaux urgents nécessaires à sa sauvegarde. Ça nous donne du temps […] pour évaluer les modalités d’une éventuelle collaboration, indique M. Lelièvre.

Gaétan Lelièvre, photographié à l'extérieur, en hiver.

Le président de l’Espace René-Lévesque, GaétanLelièvre, estime que l'important, pour le moment, est de préserver le bâtiment.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

À son avis, on peut parler de deux à trois ans avant qu’une ouverture au public soit officialisée. D’ici là, on va être vigilant et on va tout faire ce qui est possible pour convaincre le ministère de la Culture et des Communications que l’Espace René-Lévesque est là et qu’on doit être considéré dans le développement de ce site-là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !