•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination des enfants : il est maintenant possible de prendre rendez-vous au N.-B.

Gros plan sur l'épaule d'un garçon qui tient la manche de son chandail d'une main, et des mains d'une personne qui tient une seringue.

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans contre la COVID-19 débutera vendredi au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : getty images/istockphoto / Vadym Terelyuk

Radio-Canada

La vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans au Nouveau-Brunswick débutera vendredi. Il est désormais possible pour les parents de prendre un rendez-vous pour faire vacciner leurs enfants. La vaccination des enfants se déroulera uniquement dans les cliniques organisées par les régies de la santé, pour le moment.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, précise que d’autres séances de vaccination seront bientôt organisées, par exemple dans des pharmacies. Nous voulons nous assurer qu’un plus grand nombre d’enfants peut se faire vacciner. D’autres cliniques auront lieu dans les semaines à venir, dit-elle.

Dorothy Shephard précise que certains cabinets de médecins pourraient offrir le vaccin, mais que les efforts seront concentrés dans les cliniques des réseaux de santé pour commencer.

La ministre souligne que depuis le début du mois de septembre, environ 30 % des nouveaux cas de COVID-19 au Nouveau-Brunswick touchent des jeunes âgés de moins de 20 ans.

Les parents peuvent prendre un rendez-vous en ligne, sur le site du gouvernement du Nouveau-Brunswick (Nouvelle fenêtre).

Une 2e dose, 8 semaines plus tard

La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, indique que les enfants doivent recevoir leurs deux doses à au moins huit semaines d’intervalle.

La dose du vaccin de Pfizer-BioNTech sera de 10 microgrammes, soit un tiers de la dose injectée aux adolescents et aux adultes.

L'efficacité du vaccin offert aux enfants se situe à 90,7 % après les deux doses.

La Dre Rachel Ouellette, pédiatre à Fredericton, tient à rassurer les parents. Selon elle, il est normal que ceux-ci se posent des questions sur le vaccin offert aux enfants.

Je tiens à rassurer tous les parents que le vaccin a fait l'objet de tests approfondis et qu’il est sécuritaire pour les enfants, affirme la Dre Ouellette.

Elle ajoute qu’il est important que les parents se renseignent auprès de sources fiables pour obtenir les réponses à leurs interrogations, par exemple auprès de leur médecin de famille.

Quels effets secondaires?

Il est très fréquent d’observer des effets secondaires temporaires, qui peuvent durer de quelques heures à quelques jours, soutient la Dre Ouellette.

Parmi ces effets secondaires, on peut noter une douleur sur le bras où a eu lieu l'injection, ainsi qu'une rougeur ou une enflure au point d’injection du vaccin.

L’enfant peut également avoir des symptômes de la grippe, tels que des frissons, des douleurs musculaires ou une fièvre légère.

Si ces symptômes se prolongent au-delà de 72 heures, parlez au fournisseur de soins de santé de votre enfant, dit la pédiatre.

Le taux de vaccination diminuera temporairement

Environ 54 000 enfants sont admissibles à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech au Nouveau-Brunswick.

La Dre Jennifer Russell indique que le taux de vaccination de la province diminuera quelque peu dans les prochaines semaines, car les enfants âgés de 5 à 11 ans feront partie des statistiques provinciales à compter de lundi.

Au fur et à mesure que le nombre d’enfants vaccinés augmentera, le taux de vaccination augmentera également.

Lorsqu'on lui demande si la vaccination des enfants de 5 à 11 ans pourrait devenir obligatoire au Nouveau-Brunswick, par exemple pour fréquenter l’école, la ministre de la Santé affirme qu’il est trop tôt pour se prononcer.

C’est prématuré, on n’en est pas encore là, dit-elle. Elle ajoute que les autorités sanitaires évalueront la situation et la réponse des parents à la disponibilité du vaccin pour les enfants.

Quelques jours avant la rentrée scolaire, le ministre de l'Éducation, Dominic Cardy, avait affirmé que la vaccination obligatoire des élèves était une option envisagée par le gouvernement provincial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !