•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construction près de l’Hôpital Montfort : des résidents inquiets de la qualité de l’eau

Une femme regarde la caméra.

Pauline van der Roest s'inquiète de la qualité de l'eau de son puits lors de construction près ce chez elle.

Photo : Radio-Canada / Ben Andrews

Radio-Canada

Des travaux de construction qui ont cours près de l’Hôpital Montfort font craindre le pire à des résidents d’un quartier avoisinant, étant donné que leur puits artésien a été contaminé à de multiples reprises dans le passé par des travaux du même genre.

Selon les résidents du quartier Fairhaven, qui borde l’Hôpital Montfort à l’est, tous les projets de construction qui ont eu cours dans le secteur ont entraîné la contamination de l’eau à la bactérie E. coli.

Maintenant, ils craignent que ce soit le cas à nouveau en raison d’un nouveau projet de développement.

DCR Phoenix Homes, une entreprise d’Ottawa, souhaite construire deux immeubles résidentiels de neuf étages avec un stationnement souterrain. L’entreprise a commencé à recenser les arbres la semaine dernière et a fait une demande à la Ville afin de procéder à des forages exploratoires.

Or, les résidents estiment que les vibrations des forages exploratoires peuvent traverser le substrat rocheux et briser les particules dans l’aquifère souterrain, ce qui peut entraîner la contamination de l’eau.

Il faut constamment se battre pour notre eau, parce que de plus en plus de projets de développement immobilier sont approuvés par la Ville. C’est vraiment stressant, indique Pauline van der Roest, résidente du quartier Fairhaven depuis 16 ans.

Une femme en forêt.

Pauline van der Roest, une résidente du quartier Fairhaven.

Photo : Radio-Canada

On dirait qu’à chaque fois c’est le jour de la marmotte, dit pour sa part Al Crosby, qui habite le quartier depuis 1978.

Un homme dans le bois.

Al Crosby, un résident de Fairhaven.

Photo : Radio-Canada

Les résidents souhaitent qu’il y ait un moratoire sur la construction résidentielle dans leur secteur.

De son côté, l’entreprise DCR Phoenix Homes explique que son projet répond à un besoin criant de logements dans le secteur, notamment pour les employés de l’Hôpital Montfort.

C'est exactement ce que souhaite la Ville, a dit Michael Boucher, vice-président du développement du territoire chez DCR Phoenix Homes.

Il soutient que l’entreprise est bien au fait des inquiétudes des résidents du quartier Fairhaven et assure qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour ne pas avoir d’impact négatif sur les terrains adjacents.

Une protection inadéquate

Le conseiller municipal de Rideau-Rockcliffe, Rawlson King, estime que la Ville d’Ottawa doit être en meilleure posture afin de protéger son eau. Il rappelle que la réglementation entourant les puits artésiens découle en grande partie de la province.

D’ailleurs, il a soumis une motion au comité environnemental de la Ville d’Ottawa, afin de mieux équilibrer les objectifs de densité de population et ceux de protection des aquifères.

Un homme à l'extérieur.

Le conseiller municipal de Rideau-Rockcliffe, Rawlson King.

Photo : Radio-Canada

Selon lui, les protections offertes par les lois provinciales sont inadéquates en ce qui a trait aux ressources en eau potable. Pour Fairhaven, ce n’est pas suffisant. Et puis, ce n’est pas seulement pour les résidents, c’est aussi pour la protection de nos ressources naturelles. Le quartier est situé sur des terres boisées qui sont comme une oasis dans l’environnement urbain, évoque le conseiller municipal.

Un historique de contamination

Le quartier Fairhaven a été fondé en 1948 par un groupe d’employés du Conseil national de recherches du Canada. Ils avaient acheté le terrain à l’époque afin de s’isoler des bruits du Chemin de Montréal, qui passe tout près.

Ils ont géré le quartier comme une coopérative et l'ont conçu pour suivre les contours de la colline rocheuse et préserver bon nombre de ses arbres existants.

Chacune des 24 maisons du quartier est reliée à un puits artésien.

Selon les résidents, il en coûterait plus d’un million de dollars par maison pour se raccorder aux conduites d’eau de la ville.

Avec les informations de Ben Andrews

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !