•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discours du Trône : le gouvernement Trudeau promet d’endiguer la pandémie

Le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon regardent le président du Sénat George J. Furey prendre la parole avant le discours du Trône.

Le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon regardent le président du Sénat George J. Furey prendre la parole avant le discours du Trône au Sénat, à Ottawa, le mardi 23 novembre 2021.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau estime que « le temps de rebâtir est arrivé » après 19 mois passés à lutter contre la pandémie de COVID-19.

Parvenir à endiguer cette pandémie, notamment grâce à la vaccination, constitue la grande priorité du discours du Trône lu par la gouverneure générale, Mary Simon, mardi après-midi à Ottawa.

Afin que personne ne soit laissé pour compte, le gouvernement Trudeau promet de prolonger les mesures d'aide ou d'en ajouter pour soutenir les industries encore touchées par les bouleversements causés par la COVID-19.

Le discours du Trône contient l'engagement de rendre le système de santé plus accessible et inclusif.

« Pour bâtir un avenir sain, nous devons renforcer notre système de santé et augmenter les services au sein de la santé publique pour tous les Canadiens, particulièrement les personnes âgées, les vétérans, les personnes avec des handicaps, les membres les plus vulnérables de notre société, et ceux qui ont fait face à de la discrimination au sein même du système qui était censé les guérir. »

— Une citation de  Extrait du discours du Trône

Ottawa s'engage aussi à faire des investissements importants dans une stratégie de santé mentale destinée à accroître le mieux-être et à respecter les différences.

La pandémie a donné lieu à une hausse inacceptable de la violence contre les femmes et les filles, souligne le discours lu par Mary Simon. Le gouvernement est résolu à adopter un plan s'échelonnant sur dix ans pour contrer la violence fondée sur le sexe, tout en aidant les organismes offrant des services essentiels dans ce domaine.

Outre la nécessité de mettre un terme à la pandémie, le gouvernement Trudeau entend s'attaquer à d'autres priorités :

  • poursuivre la réconciliation avec les Premières Nations, les Inuit et les Métis;
  • s'attaquer à la hausse du coût de la vie, investir dans le logement abordable et dans les services de garde d'enfants;
  • lutter contre les changements climatiques par des actions vigoureuses et concrètes;
  • augmenter les cibles d'immigration et doter le pays d'un programme de réinstallation des réfugiés « parmi les meilleurs au monde ».

Le gouvernement Trudeau prend deux autres engagements législatifs :

  • déposer de nouveau le projet de loi visant l’égalité réelle du français et de l’anglais et le renforcement de la Loi sur les langues officielles;
  • déposer de nouveau un projet de réforme de la Loi sur la radiodiffusion.

Ottawa dit vouloir s'assurer que les géants du web paient leur juste part pour la création et la promotion de contenu canadien.

Un discours en trois langues

Mary Simon, première personne autochtone à occuper le poste de gouverneure générale du Canada, a fait la lecture du discours en anglais, en français et – une première au pays – en inuktitut, sa langue maternelle.

En français, Mme Simon a notamment parlé de la découverte de tombes anonymes d'enfants morts sous le régime des pensionnats, affirmant que cela montre à quel point les actions des gouvernements et des institutions de jadis ont été dévastatrices pour les peuples autochtones qui continuent de souffrir aujourd'hui.

La gouverneure générale a déclaré que les peuples autochtones se réapproprient leur histoire [...] et leur langue de manière concrète et que les non-Autochtones comprennent désormais et acceptent le véritable impact du passé et la souffrance subie par des générations d’Autochtones.

Mary Simon, Whit Fraser et Justin Trudeau s'avancent avec d'autres dignitaires sur le tapis rouge déployé dans le foyer du Sénat.

Discours du Trône

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Dans un autre extrait du discours du Trône, la gouverneure générale a par ailleurs affirmé qu'il était crucial d'appuyer les communautés de langue officielle en situation minoritaire et de protéger et promouvoir le français non seulement à l'extérieur du Québec, mais également au Québec.

Les deux langues officielles font partie de notre identité, a-t-elle déclaré.

Augmenter le prix de la pollution

Sur le plan environnemental, le gouvernement de Justin Trudeau procédera à la création de l'Agence canadienne de l'eau afin de protéger cette ressource vitale et aider les agriculteurs.

La protection des terres et des océans doit se faire en partenariat avec les Premières Nations, les Inuit et les Métis, a rappelé la gouverneure générale.

Ottawa se dotera par ailleurs d'une toute première stratégie nationale d'adaptation pour affronter des réalités déjà très présentes : inondations, feux de forêt, sécheresse, érosion des côtes et autres conditions météorologiques extrêmes qui sont exacerbées par les changements climatiques.

Le gouvernement libéral souligne aussi qu'il faut investir dans les transports en commun, rendre obligatoire la vente de véhicules zéro émission et augmenter le prix de la pollution.

« Il faut plafonner et réduire les émissions des secteurs pétrolier et gazier, et aller plus vite vers une électricité complètement carboneutre. »

— Une citation de  Extrait du discours du Trône

Priorité : changements climatiques

Un programme législatif chargé

Un plan plus détaillé de ce que compte faire le gouvernement Trudeau transparaîtra dans les lettres de mandat que M. Trudeau adressera à chacun de ses ministres pour leur donner des ordres spécifiques.

Le programme législatif promet d'être très chargé et débutera mercredi.

Au sujet du contrôle des armes à feu, le gouvernement veut instaurer le rachat obligatoire des armes d'assaut déjà interdites et accorder aux provinces et territoires la possibilité d'interdire les armes de poing, avec des ressources fédérales.

De plus, il est manifeste que les libéraux ont cette fois l'intention de s'attaquer rapidement à leurs priorités, malgré leur statut minoritaire qui les rend dépendants des partis d'opposition pour faire adopter des lois et survivre aux votes de confiance.

Le verdict des partis d'opposition sur ce discours du Trône n'a pas tardé à tomber, mardi : d'une vacuité considérable, a dit le Bloc québécois, dépourvu d'un plan pour l'économie, a affirmé le Parti conservateur (PCC) et sans vraie vision pour l'avenir, a déploré le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !