•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le casse-tête des camionneurs devant les routes fermées de la Colombie-Britannique

Trois camions bloqués sur une route.

De nombreux camions se sont retrouvés bloqués par les inondations en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee/CBC

Les multiples routes interdites à la circulation en Colombie-Britannique en raison des glissements de terrain, des inondations et des réparations causent des maux de tête logistiques aux camionneurs et aux compagnies de transport qui les emploient.

La compagnie Trans-West, basée dans l’est du pays, a une flotte de 200 camions et de 600 camionneurs qui transporte surtout des fruits et légumes d’un bout à l'autre du Canada.

On a eu des camionneurs qui ont été coincés [en Colombie-Britannique] de dimanche après-midi à jeudi midi, raconte Pascal Gaudet, vice-président à la gestion des routiers pour Trans-West.

Ils n’avaient plus de nourriture et ont dû aller dans des restaurants, ce qui représente des coûts additionnels, explique M. Gaudet. Ils ont pu dormir dans le camion qui était stationné et passer deux nuits à l’hôtel pour prendre une douche.

« Par chance, on a été capable de dérouter les camions avant de traverser le passage entre l'Alberta et la Colombie-Britannique. On les a déroutés par les États-Unis. »

— Une citation de  Pascal Gaudet, v.-p. gestion des routiers, Trans-West
Des camions bloqués sur la route.

Les inondations retardent la livraison de marchandises en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

Une équipe de deux camionneurs roule habituellement 24 heures sur 24, moins les pauses, les arrêts, les escales, les inspections, explique le gestionnaire.

« En tout, le camion roule au moins 20 heures par jour et l'aller-retour entre Vancouver et Montréal, quand tout va bien, c'est habituellement six jours. Je tente de préciser quels seront les délais et les coûts additionnels pour les détours effectués aux États-Unis. »

— Une citation de  Pascal Gaudet, v.-p. gestion des routiers, Trans-West

Les camionneurs de Trans-West parcourent de très longues distances dans l'Ouest américain et canadien et l'Est du Canada.

Déplacements essentiels

Même si le transport de marchandises est considéré comme essentiel et que les camions peuvent emprunter certaines routes désormais rouvertes par la Colombie-Britannique, Trans-West préfère continuer le détour par les États-Unis le temps que la situation se stabilise.

Faire face à l'inconnu, ça fait partie du métier. Mais notre travail, comme gestionnaire, c'est de limiter les risques au minimum, comme lorsque l'on sait que c'est une région qui est à risque, déclare Pascal Gaudet, le vice-président de la gestion des routier.

Des conteneurs au port de Vancouver.

Des conteneurs dans le port de Vancouver

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Impact pour le consommateur

Repenser les trajets et les horaires alors que tout change et que des délais sont inévitables reste un défi, explique Marc Cadieux, PDG de l’Association du camionnage du Québec.

« Il y a d'énormes difficultés, beaucoup de retards et beaucoup d'inquiétudes. Il est certain que l'augmentation de nos coûts d'opération aura une répercussion sur le coût des marchandises. »

— Une citation de  Marc Cadieux, PDG, Association du camionnage du Québec

L'impact des températures extrêmes s'ajoutent à la pénurie de camionneurs, au blocage ferroviaire et aux retards au port de Vancouver ajoute le PDG.

Par contre, l'Association dit comprendre que les caprices de Dame Nature sont imprévisibles et affirme que le gouvernement de la Colombie-Britannique est en contact étroit avec les entreprises de cammionage ailleurs au pays.

Le gouvernement fédéral a également négocié un droit de passage exceptionnel aux États-Unis ainsi qu'une couverture d'assurance pour le déplacement imprévu du côté américain pour les camionneurs qui ne peuvent poursuivrent leur route habituelle en raison des fermetures de route, précise Marc Cadieux.

Bannière pour dossier montrant des gens secourus dans une chaloupe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !