•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chère Audrey, de Jeremiah Hayes, Prix du public aux RIDM

Un homme âgé enlace une femme dont on ne voit pas le visage.

Le documentariste Martin Duckworth et sa femme, la photographe et militante Audrey Svhirmer,

Photo : Gracieuseté des RIDM

Radio-Canada

C'est le documentaire Chère Audrey, du réalisateur Jeremiah Hayes, qui a remporté le Prix du public aux 24es Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM).

Chère Audrey suit le documentariste Martin Duckworth qui accompagne sa femme, la photographe et militante Audrey Svhirmer, dans la dernière phase de la maladie d'Alzheimer.

Que ce soit à titre de réalisateur ou de monteur, Jeremiah Hayes a participé à plusieurs documentaires primés qui s'intéressent à diverses communautés, qu'elles soient, par exemple, autochtones ou hassidiques.

Coproduit par Cineflix Media et l’Office national du film, le film prendra l’affiche en salle au Québec en mai 2022. En attendant, il est aussi possible de le regarder en ligne, avec sept autres films, dans le bloc 3 de la programmation des Rencontres internationales du documentaire de Montréal, qui se prolongent jusqu'au 25 novembre.

Autres lauréats

Samedi dernier, le comité organisateur des Rencontres internationales du documentaire de Montréal avait déjà dévoilé 12 lauréates et lauréats.

Le Grand prix de la compétition internationale – longs métrages avait été décerné au réalisateur Stefan Pavlovic, installé à Amsterdam, pour son documentaire Looking for Horses, qui retrace son amitié avec Zdravko, un pêcheur solitaire qui a perdu l’ouïe pendant la guerre de Bosnie.

La réalisatrice indienne Payal Kapadia a, de son côté, remporté le Prix spécial du jury de la compétition internationale – longs métrages, pour A Night of Knowing Nothing, lauréat de l’Œil d’or au Festival de Cannes plus tôt cette année. On peut y suivre la correspondance entre L et K, deux universitaires dont l’amour est compliqué par le système de castes en Inde.

Plusieurs documentaristes du Québec faisaient aussi partie des lauréats et lauréates samedi dernier, dont Sylvain L’Espérance pour Anima macula (Prix spécial du jury de la compétition nationale – longs métrages) ainsi que Maude Plante-Husaruk et Maxime Lacoste-Lebuis pour Au-delà des hautes vallées (Prix nouveaux regards).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !