•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patience avant d’obtenir un taxi au Saguenay

Signe d'un taxi illuminé dans la nuit.

Les chauffeurs de taxi du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont débordés depuis la reprise de différentes activités.

Photo : CBC

Radio-Canada

Les chauffeurs de taxi du Saguenay sont débordés depuis la reprise des activités dans les restaurants et les bars. À l'approche des Fêtes, force est d'admettre que les prochaines semaines seront tout aussi occupées. L’industrie doit, en plus, composer avec un problème de rareté de la main-d'œuvre.

La clientèle qui voudra rentrer à la maison en toute sécurité devra faire preuve de patience ou opter pour d’autres alternatives comme les services de raccompagnement.

Un homme pose devant un taxi.

Hugo Lapointe, président de Taxis Unis, n'apprécie pas que les clients doivent patienter.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Le président de Taxis Unis, Hugo Lapointe, reconnaît que le contexte est difficile. Il n’aime pas que les clients soient confrontés à d'aussi longs délais d’attente. Malgré une certaine reprise des activités, il n’y a pas davantage de taxis dans les rues pour répondre aux appels. Cette pénurie de chauffeurs s'explique, en partie, en raison de la pandémie.

Cela prend 30-40 minutes avant que ça arrive, c’est inacceptable. Ce n’est pas le service qu’on veut donner. Nos chauffeurs font des 10-12-13-14 heures sans arrêt pour répondre à la demande. Dans le fond, on essaye de donner le meilleur service qu’on peut. Mais il faut s’armer de patience , mentionne Hugo Lapointe.

Il ajoute que les clients peuvent utiliser l'application mobile Taxi Coop pour connaître l'heure d'arrivée du chauffeur.

Les services de raccompagnement s'attendent également à être très occupés dans les prochaines semaines. Eux, aussi, doivent composer avec un manque d'effectifs.

On envoie des demandes sur Facebook et par SMS. Ils répondent et me donnent leur disponibilité. Ce n’est pas évident avec la COVID. Les gens ne veulent plus donner de temps, explique le responsable pour Tolérance Zéro au Saguenay.

Le service de raccompagnement Tolérance Zéro a dû être interrompu au Lac-Saint-Jean, faute de bénévoles et de membres abonnés. En revanche, la situation est complètement différente au Saguenay où le nombre d'appels est en croissance.

Le responsable pour le Saguenay se fait rassurant. Personne n’est laissé derrière. Néanmoins, les clients devront faire preuve de patience.

Baisse considérable de bénévoles chez Opération Nez rouge

Le recrutement se poursuit pour Opération Nez rouge qui amorcera les raccompagnements au cours des prochains jours. Contrairement aux éditions précédentes, les services de l'organisme ne seront pas offerts au Lac-Saint-Jean.

Environ 130 personnes sont déjà inscrites comme bénévoles pour le territoire de Saguenay. En comparaison, près de 650 personnes s'étaient portées volontaires lors de la dernière édition en 2019.

Pour l'instant, l'organisation avoue ne pas avoir trop d'idées quant au nombre de raccompagnements qui pourraient être effectués.

Une chose est certaine, moins d’équipes effectueront des raccompagnements. Un maximum de dix-huit équipes seront en action lors des grosses soirées. En 2019, cela pouvait grimper jusqu'à une trentaine d'équipes.

Un homme pose devant la caméra

Le coordonnateur de la campagne régionale d'Opération Nez rouge, Patrick Lalonde, explique que le contexte des règles sanitaires force à réduire le nombre d'équipes sur le terrain.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

La première raison qui explique cela, c’est que dans la centrale, il faut respecter une certaine forme de distanciation sociale entre les équipes et les individus. Donc, il fallait limiter le nombre de personnes maximum dans la centrale. La deuxième, c’est que cette année le passeport vaccinal est exigé chez les bénévoles. On s’est dit que ça pourrait diminuer un peu le nombre de bénévoles , explique le coordonnateur bénévole pour Opération Nez-Rouge Saguenay, Patrick Lalande.

Uber pourrait s’implanter au Saguenay

Le service de transport Uber pourrait bien effectuer une percée au Saguenay. Cette bonification de l’offre aurait également lieu ailleurs au Québec.

Uber souhaite effectivement rendre l'application Uber disponible dans d’autres villes du Québec et Saguenay en fait partie. Ceci permettra d’offrir une option supplémentaire de transport sécuritaire et abordable pour contribuer à répondre à la demande des citoyens , peut-on lire dans une communication écrite transmise à Radio-Canada.

D'après un reportage de Roby St-Gelais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !