•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève à l’Université du Manitoba ira vraisemblablement en arbitrage

Des professeurs de l'Université du Manitoba dans la rue avec des pancartes lors d'une grève des professeurs.

Des professeurs de l'Université du Manitoba font grève et manifestent à Winnipeg le 2 novembre 2021.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le médiateur Arne Peltz affirme que les professeurs de l’Université du Manitoba en grève et l’administration sont dans l’impasse et recommande l’arbitrage pour résoudre le conflit de travail.

La fin de semaine dernière, M. Peltz a indiqué au syndicat et à l’employeur qu’il estimait qu’il était impossible qu’ils concluent une entente sans que la grève dure encore longtemps.

Il suggère donc l’arbitrage exécutoire, où une décision serait juridiquement contraignante.

Dans un communiqué de presse publié lundi, l’Université indique qu’elle accepte cette recommandation.

L’Association des professeurs de l’Université du Manitoba (UMFA), qui représente plus de 1200 professeurs, chargés de cours et bibliothécaires en grève depuis le 2 novembre, n’est pas convaincue par cette proposition.

Dans un courriel, la présidente de l’UMFA, Orvie Dingwall, affirme que le syndicat examine cette proposition et qu’il fera une contre-proposition concernant les détails d’un arbitrage.

Le Syndicat déplore que le le niveau de salaire de ses membres soit bas, estimant que l’Université perd beaucoup d'employés pour cette raison. Le salaire moyen des professeurs de l'Université du Manitoba arrive en deuxième place des salaires les plus bas parmi les 15 universités de recherche du Canada.

La semaine dernière, le Syndicat a déposé une offre qui répondait à ses préoccupations en ce qui concerne la rétention et le recrutement de membres et qui aurait pu mettre fin à la grève. L’administration a rejeté l’offre ou fourni une contre-offre.

En plus de s’attaquer au manque de volonté de l’administration de présenter une offre réaliste aux membres de l’UMFA, les parties ne sont pas encore en accord en ce qui concerne des questions liées aux conditions de travail, indique Orvie Dingwall.

L’administration continue de refuser d’utiliser une formulation qui permette aux membres de prendre toutes leurs vacances et refuse d’accepter une formulation qui empêcherait l’administration de forcer des membres à enseigner des cours en ligne en temps de non-pandémie.

Mme Dingwall ajoute que ces problèmes doivent être résolus avant que le Syndicat n’accepte de participer à l’arbitrage sur la question des salaires.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...