•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque important de psychiatres au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

L'enseigne du pavillon Émile-Noël du CHUS-Hôtel-Dieu.

À l'heure actuelle, six psychiatres sont absents au CHUS. Ce manque d'effectifs amène des réaménagements importants au sein du département.

Photo : Radio-Canada

Selon des informations obtenues par Radio-Canada Estrie, au moins cinq psychiatres sont absents présentement au CHUS-Hôtel-Dieu. Ce nombre pourrait être appelé à augmenter au cours des prochaines semaines.

La nouvelle cheffe du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), Dre Annick Michaud, soutient que ces absences sont dues à des congés de maladie ou de maternité. Un poste est également vacant.

Ces absences représentent un peu moins de 15 % des effectifs en psychiatrie au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke-Hôtel-Dieu. Au total, selon le Plan des effectifs médicaux du ministère de la Santé, 38 psychiatres devraient être à l’emploi du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke en 2021.

Impacts de ces absences

Ces absences font en sorte que l’hôpital de jour et la clinique des troubles anxieux ne peuvent plus accueillir de nouveaux patients. D'ailleurs, les activités de l'hôpital de jour seront suspendues à compter de la fin décembre. Les gens qui le fréquentent sont toutefois déjà suivis. Concrètement, ils vont continuer à avoir des soins. Ça va juste prendre une autre forme, assure la Dre Michaud.

Elle soutient que tout est fait pour que les patients ressentent le moins d'effets possible de ces absences. Dans les dernières semaines, ce qu'on a fait, c'est de redistribuer les patients actifs aux médecins qui sont encore là. Tous les patients qui sont actifs ont été redistribués. Au total, quelques dizaines de patients ont été touchés par cette mesure.

« Il y a une pénurie au niveau du personnel en général. C'est comme ça à travers la province. La direction a demandé aux chefs de service de moduler certaines des activités des cliniques externes. Ce qu'on fait, c'est que les services plus essentiels, que l'on ne peut pas fermer, se maintiennent. On module les autres activités à la baisse.  »

— Une citation de  Dre Annick Michaud, cheffe du Département de psychiatrie du CHUS

En date du 13 novembre 2021, 354 usagers étaient en attente d’une consultation avec un psychiatre au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke.

Dre Michaud devant un mur beige.

La cheffe de département de psychiatrie du CHUS, la Dre Annick Michaud.

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Le manque de psychiatres n’est pas nouveau à Sherbrooke. En 2019, l’ancien directeur du département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, Jean-François Trudel, indiquait qu’il faudrait six de ces médecins spécialistes de plus au sein des deux hôpitaux sherbrookois. En décembre 2020, on a eu la nouvelle qu'on aurait six nouveaux postes d'ici 2025, se réjouit la Dre Michaud.

Ça fait longtemps que c'est difficile en psychiatrie. La demande pour des soins et des services en santé mentale augmente. On est dans un processus de recrutement, mais pour l'instant, on n'a pas recruté beaucoup de bras. C'est sûr que c'est compliqué. La situation est plutôt précaire, ajoute-t-elle.

La Dre Michaud assure qu'elle fera en sorte que l'urgence reste ouverte, que nos lits restent ouverts, que les nouvelles consultations soient faites en clinique externe et que mes collègues psychiatres soient les mieux supportés compte tenu des circonstances.

Si les besoins des patients sont comblés, reste que les médecins voient leur tâche être alourdie. C'est sûr que c'est un souci que l'on a pour les patients. Je pense que les gens ont les soins nécessaires quand ils sont en situation d'urgence, qu'ils ont besoin d'être hospitalisés ou qu'ils ont besoin d'un suivi, mais ça met une lourde tâche. Quand on vient travailler à Sherbrooke, on vient travailler fort, indique la représentante de l'Estrie de l'Association des médecins psychiatres du Québec, la Dre Jessica Desruisseaux-Roy.

Selon cette dernière, environ 12 nouveaux psychiatres sont diplômés de l'Université de Sherbrooke chaque année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !