•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième personne serait spontanément guérie du VIH

Illustration 3D du VIH.

Une illustration 3D représentant le virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

Photo : iStock

Une femme de 30 ans d'Esperanza, en Argentine, serait le deuxième cas connu d’une personne dont le système immunitaire se serait débarrassé du VIH sans traitement antirétroviral ni greffe de moelle osseuse.

Le VIH est un maître du déguisement. Lorsqu’il infecte le corps d’une personne, ce virus se cache sous forme dormante dans des cellules constituant un réservoir viral.

Chez la plupart des personnes, les traitements antirétroviraux empêchent les cellules infectées par le VIH de se multiplier, mais ils ne peuvent pas complètement éliminer le réservoir .

Les traitements actuels permettent de maintenir la charge virale d’un individu à un niveau indétectable, ce qui permet de prévenir la transmission du VIH, mais pas de l’éradiquer.

Chez la plupart des personnes, de nouvelles particules virales sont constamment fabriquées à partir de ce réservoir, explique dans un communiqué la Dre Xu Yu de l’Institut Ragon (associé au MIT et à l’Université Harvard).

Un traitement à vie est donc nécessaire pour que l’infection reste contrôlée.

Certains individus, toutefois, possèdent un système immunitaire capable de contenir le VIH sans prendre de médicaments. Ces contrôleurs d’élite représentent environ 0,5 % des personnes infectées par le VIH.

Bien qu'ils possèdent aussi des réservoirs viraux capables de produire le virus, ces individus ont des cellules immunitaires (les lymphocytes T tueurs) qui réussissent à empêcher la réplication du virus sans l'aide de médicaments.

Repères

  • À l’heure actuelle, environ 37,7 millions de personnes vivent avec le VIH/sida sur la planète. Pas moins de 1,5 million de nouveaux cas ont été diagnostiqués en 2020.
  • Selon les estimations nationales, 63 110 Canadiens vivaient avec le VIH à la fin de 2016.
  • Depuis 1985, pas moins de 84 409 cas ont été diagnostiqués au pays.

La Dre Xu Yu et ses collègues étudient les réservoirs de VIH des contrôleurs d'élite depuis plusieurs années. En 2020, l’équipe avait découvert que le génome d’une de leurs patientes ne contenait aucune séquence virale VIH intacte, ce qui semble indiquer que son système immunitaire aurait éliminé le réservoir du VIH. Cette personne se serait libérée du virus sans traitement.

Pour arriver à établir qu’il s’agit d’une guérison stérilisante (sterilizing cure en anglais), l'équipe de la Dre Yu a séquencé plus de 1,5 milliard de cellules sanguines et tissulaires de la patiente, maintenant connue comme la patiente de San Francisco.

Un second cas

Moins de deux ans après cette annonce, le groupe de la Dre Yu pense qu’elle a identifié une deuxième patiente infectée par le VIH non traité, connue sous le nom de patiente d'Esperanza. Les chercheurs n’ont trouvé aucune trace du génome du VIH après l’analyse de plus de 1,19 milliard de cellules sanguines et 500 millions de cellules tissulaires séquencées de la personne.

Ces résultats pourraient être la conséquence d'une réponse similaire des lymphocytes T tueurs des deux patientes, estiment les chercheurs qui décrivent ce deuxième cas dans un article publié dans les Annals of Internal Medicine (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

L’objectif est maintenant de comprendre les mécanismes immunitaires qui sous-tendent cette réponse pour éventuellement mettre au point des traitements qui apprennent au système immunitaire d'autres personnes à imiter ces réponses en cas d'infection par le VIH, conclut la Dre Yu.

Dans les dernières années, deux hommes – baptisés patients de Berlin et de Londres – semblent avoir été guéris après avoir subi une greffe de moelle osseuse à haut risque pour traiter un cancer. Un autre patient, un Brésilien de 34 ans, aurait éliminé le virus grâce à un traitement combinant plusieurs médicaments antiviraux puissants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !